Les cabanes noires de coaltar de Camaret-sur-Mer











Le sillon de Camaret sans les cabanes, avant 1923.

Le sillon de Camaret avec les cabanes, dans les années 1950. Les viviers flottants en bas à gauche.

Les cabanes de chantier naval à gauche ont disparu depuis la fin de ces entreprises.

Les cabanes noires de Camaret-sur-Mer constituent les dernières souvenances d'une période économique liée à la pêche. Le coaltar, produit pétrolier certes polluant et désormais interdit, enduisait les surfaces extérieures du lattis de bois pour une étanchéité complète et durable.

Le sillon de Camaret, cette bande de terre qui protège le port, était géré en concessions qui étaient utilisées pour la construction de remises de matériels de pêche, d'ateliers de construction pour les chantiers navals... La première concession semble avoir été occupée par Albert et Eugène le Fur à partir du 4 février 1923 proche de l'église de Rocamadour. Vient ensuite, la cabane d'Arsène le Dé, pêcheur mareyeur, en 1924 ou 1925 pour entreposer son matériel dont des caisses étiquetées qu'il remplissait de copeaux de bois pour les expéditions de langoustes provenant de ses viviers flottants dans le port. Il y avait aussi les paniers à marée rectangulaires ou circulaires en osier pour transporter les produits de la pêche jusqu'aux conserveries ou jusqu'aux lieux de vente. Cette cabane a résisté au temps jusqu'en 2015, bien qu’abîmée par les tempêtes, et fut remplacée avec le soin de la continuité. Louis le Mérour y installa aussi son chantier naval. Une autre cabane fut la forge d'André Barbu jusqu'en 1955 puis rachetée par Albert Péron qui cessera son activité en 1990.... Elle contint longtemps une machine de sablage pour décaper les coques métallique des bateaux de pêche. La cabane Titive, la dernière construite à des fins de chantier en 1994 eut pour mission d'entreposer la logistique pour la restauration du « Bel Espoir ».

Quelques autres cabanes sont proches des quais... Après une période d'abandon relatif et d'incertitude, les cabanes au coaltar de Camaret sont devenues un patrimoine identitaire.

Les photos de Camaret-sur-Mer

Quai Gustave Toudouze

Carrefour des 4 vents

Zone portuaire du quai Téphany

Hôtel Moderne

André Antoine Théâtre et Cinéma

Villas d'artistes sur la Montagne

Villa Dirag ar Mor de Gustave Toudouze

Villa atelier Marcel Sauvaige

L'étonnante Mme Rosalie Dorso

Hôtel de France veuve le Goff

Le sous-marin Nautilus de Fulton

Les filles de Camaret

Notre Dame de Rocamadour

Eglise de Saint Rémi

Paysage alentours

Tour Vauban

Cimetière de bateaux

Grand Hôtel des Pois

Photos anciennes de Camaret

Secours en mer d'un hydravion

Naufrage du Saint Valentin

Viviers flottants

Cabanes noires de coaltar

Vente langouste homard breton

La pêche au thon miraculeuse

Abri du marin

Les chantiers navals de Camaret

Port de plaisance

Station essence Purfina

Le quartier du Styvel - Stivel

Le quartier du Notic

La place St Thomas

Sauvetage en mer

Phare du Toulinguet

Club Léo Lagrange

Almanach des postes et des télégraphes

Grue d'armement

Lavoir

Les feux du port

L'hôtel Trez Rouz

Tyan Avel Ar Mor




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies