Pétrolier Nivôse à Saïgon Louis Postic maître mécanicien



Une sépulture au cimetière de Lanvéoc porte le nom du marin Louis Postic.

Selon les directives de la dette de guerre de la première guerre mondiale, l'Allemagne vaincue doit des navires à la France. Le Nivôse* est construit en Allemagne, à Hambourg en 1931 et commence sa carrière en tant que transporteur d'huile alimentaire. Il est reversé à la marine française en 1933 puis équipé de canons (1 de 100 mm, 4 de 37mm et 2 mitrailleuses de 8mm). Il transporte du mazout dans ses cuves non pleines. Le mazout étant plus lourd que l'huile, il eut pu couler à plein.

Il parcourt le monde pour alimenter les navires de guerre français. Le pétrolier séjourne à Saïgon en Indochine française fin 1941 jusqu'à son départ pour l'Afrique. Commandant Costagliola.

Lors de l'escale, Louis Postic, maître mécanicien, décède de maladie le 31 décembre 1941 à l'âge de 31 ans.

Le 1er juin 1942, sous le commandement de F. Jouin, il quitte Saïgon avec 12000T de mazout à bord, direction Dakar. Page mémorable de la marine, le pétrolier boucle son périple de 67 jours sans rencontrer le moindre navire ami ou ennemi en pleine seconde guerre mondiale.

Le pétrolier est touché en Méditerranée lors d'un transfert d'un convoi (D64) entre Casablanca et l'Italie par l'aviation allemande le 11 novembre 1943 à 18h45. Un des avions lâche une torpille qui ouvre la coque. Le navire n'étant pas militaire de conception, les portes des compartiments ne sont pas étanches, l'eau rempli le bateau et le coule à 19h43 ce qui laisse le temps d'évacuer. L'équipage et la chienne Arlette sont sains et saufs et récupérés par les corvettes HMS Unx et Oxlip. D'autres navires du convoi sont en feu. Seulement trois avions ennemis sont abattus sur les 56 avions engagés.

*Nivôse est le nom du quatrième mois du calendrier républicain français sous la révolution française.

< >




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies