Corps de garde défensif - Fort de Postolonnec





Le fort aujourd'hui, dépourvu de ses bretêches remplacées par des portes fenêtres et le tout recouvert d'un toit à quatre pans. Présence de schiste dans le mur de façade entre les deux voûtes.

Le corps de garde défensif de type 1846 de Postolonnec est la version « modèle n°2 » mais modifiée par mesure d'économie (prix des travaux 50000frs). Une construction de 1860 équipée de 3 canons de 30 livres et 3 obusiers de 22 cm alors que le modèle de base nécessitait 8 bouches à feu. Moins d'artillerie, moins de servants de pièces, 25 à 30 artilleurs suffisent au lieu des 40 prévus à l'origine. Même destinée que toutes les autres batteries de côte, il fut déclassé en 1876 s'avérant inopérant contre les nouveaux obus explosifs qui l'auraient pulvérisé en quelques coups au but. En temps de paix, un gardien y vivait en permanence. Le fort est vendu en 1894 dans le privé et change de propriétaire régulièrement. Le diocèse fut l'un d'entre-eux avant de devenir un centre de vacances appartenant à la commune de Crozon et nommé Postofort.

Le lieu n'est pas choisi au hasard car dès 1794, une batterie côtière y était présente mais sans fortification. Une simple plate-forme en terre derrière un talus de terre et quelques canons pointés vers la baie de Douarnenez. Juste à l'arrière, un bâtiment qui servait de poudrière et de maison de garde en temps de paix.

De tous les temps, cette position défensive avait pour mission d'empêcher le mouillage de navires ennemis avant un débarquement. La marine britannique s'aventurait régulièrement dans la baie de Douarnenez pour tester les points de défense sans jamais être importunée... Mais sans jamais pouvoir débarquer...

Le fort de Postolonnec serait le premier des forts de sa catégorie à avoir été construit en presqu'île de Crozon. Il est élevé au rabais. D'après son plan d'origine, il lui manque environ 2 mètres en largeur et de plus, dans ses murs sont inclus des pierres schisteuses récupérées sur place. La presqu'île de Crozon ne manque pas de pierres mais elles sont d'une nature friable pour un usage militaire. Utiliser du schiste (ardoise) dans un mur d'enceinte prouve un souci d'économie extrême. Le fort de Postolonnec sous sa forme d'origine mesure L : 19,80m, l : 10,50m - son plan de base nécessitait : L 19,90m x l 12,40m.

Corps de garde crénelés défensifs type 1846

< >




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies