Le dragueur de mines Basilic dans l'anse de Morgat

La photographie représente le « Basilic » au mouillage dans l'anse de Morgat lorsqu'il porte le n° de coque D04. Son numéro précédent fut BA, le suivant fut M644. Ses deux oropesas sont visibles à l'arrière – formes de bombe avec les palans de larguage.

Le dragueur de mines (YMS-13 / YMS Auxiliary Motor Minesweeper ) futur Basilic entre en service en 1941 sous pavillon américain puisqu'il est de conception américaine sous le n° de coque D317. Il est cédé à la Marine Nationale française et retrouve du service le 09 octobre 1944 jusqu'au 08 mai 1945 et ceci en situation de guerre.
Le navire rejoint la 31ème division des dragueurs de mines. En 1947, il est affecté à Brest. La 30ème division ,en 1948, l'attend à Lorient, il revient à Lanvéoc en tant que navire école jusqu'en 1963.

30 hommes à bord, équipé d'un canon de 76 mm, 2 canons de 20 mm et 2 mitrailleuses de13 mm. 1000 CV pour 12 nœuds.

L'une des missions du Basilic fut de longer les côtes françaises avec une drague magnétique pour détecter les mines. Le Basilic fait des allers-retours sur 300 yards à une vitesse de 10 nœuds. Le soir mouillage pour un nouveau quadrillage le lendemain. Le dragueur va dans les recoins de la côte où les manœuvres sont délicates.

HSM Hazard en opération de déminage en 1940 avec des Oropesas sur le pont et une drague en surplomb à droite.

Le navire utilisait l'Oropesa pour les mines à orins. Le système Oropesa anglais du nom du premier navire (navire commercial avant la première guerre mondiale) à l'avoir utilisé est un corps métallique profilé qui permet de maintenir un filin de drague à une profondeur constante alors que le navire progresse à vive allure. Les mines à orin sont lestées et maintenues à une profondeur stable par le câble (orin) qui relie la mine au lest.

< >




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies