Vivier Le Hégarat en Rostellec le Fret, Crozon

Rostellec, après avoir été un pôle du bois planté dans la mer pour le durcir avant de s'en servir dans la construction maritime, est devenu une "zone de transit" des coquilles St Jacques, des pétoncles...

Le vivier à crustacés de Rostellec est une entreprise créée par Roland le Hégarat, fils de mareyeur de Brest, qui installe sur le domaine maritime (la grève) une structure en pierres disposant de conduites d'eau pour alimenter les bassins, ceci sur une ancienne carrière désaffectée à titre "provisoire". L'abondance de pierres permet une construction aisée.

L'emplacement fait l'objet d'une location accompagnée d'une redevance alors que le bâti est en dur. Le vivier dès 1911 reçoit des langoustes, des coquilles Saint Jacques que les pêcheurs locaux vendent au mareyeur. Ce dernier écoule les pêches progressivement en faisant transiter la marchandise par Brest (grâce à son bateau qui traverse la rade) où il tient ses bureaux sur les quais.

Un gardien est présent aux viviers pour réceptionner la marchandise des pêcheurs qui viennent décharger sur l'appontement en bois. Parfois, il faut aller au port du Fret acheter aux retours des pêcheurs si la marchandise manque. Certaines langoustes sont acheminées par des charrettes...

Inversement, quand les langoustes sont abondantes ce sont plusieurs tonnes qui séjournent dans les viviers.

L'entreprise est contrainte entre les deux guerres d'armer des bateaux pour aller acheter les langoustes dans les ports anglais et irlandais. Les homards et de grands sacs de bigorneaux suivent le même parcours.

Une tempête de 1927 abîme l'installation. Il semblerait que l'affaire ne trouve plus autant d'essor dès lors. En 1934, les crustacés ne sont plus livrés au vivier de Rostellec, le bigorneau anglais prend le relais...

Après le décès du fondateur en 1919, le vivier reste dans la famille Hégarat jusqu'en 1967 date à laquelle l'expulsion est effective quand le chantier de l'île Longue devenue base militaire est commencé.

Camaret-sur-Mer connut les viviers flottants basés sur le même principe mais détaché de la côte pour conserver la langouste. Puis ce fut les viviers à terre dont il existe des exemples sur le port de Camaret.

Rostellec

La cale

Le vivier Le Hégarat

Le cimetière de bateaux de Rostellec

Carrières de l'Ile Longue

Le lavoir de Collauber

Rostellec présentation




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies