Algue Laminaire en laisse de mer

La Laminaire digitée – Laminaria digitata – semble être plantée dans le sable et y vivre. Les images sont trompeuses.

La Laminaire est composée de crampons / haptères – d'un thalle soit une tige (un stipe) et une fronde. Abandonnée sur la plage, elle appartient à la laisse de mer c'est à dire aux débris variés naturels ou pas que la mer abandonne en redescendant.

Les galets transportés sont de la taille d'un melon.

Après une forte de houle hivernale, les fonds marins sont ballotés avec violence durant des heures. Les algues Laminaire - Laminaria (regroupe plusieurs variétés) en sont les victimes. Ces algues commencent leurs vies sous la forme microscopique de fibres qui ne songent qu'à une seule chose se fixer sur un support dur. Des rochers certes, mais aussi, tout bêtement, des galets. Sur les trois à cinq ans qu'elles ont à vivre, elles se développent grandement parmi des millions d'autres. La houle passant violemment, de nombreuses laminaires des rochers cassent leur stipe (tige) et sont emportées vers la côte pour échouer sur la plage, se dessécher, se réduire en poudre et disparaître de la vue des humains. Les laminaires des galets font un voyage étrange, elles circulent dans un brassage infernal vers la côte et s'échouent avec leur support (substrat). Sur le rivage, si le sable est encore aspergé d'eau de mer, il est mou et avale le galet; si la Laminaire s'échoue sur un sable dense, son galet reste visible à la surface de la plage... Le suite est identique : séchage et disparition.

Ainsi des galets venus de loin circulent entre deux eaux et parcourent de grandes distances en quelques heures. Inversement les galets libres (sans algues) peuvent être ramenés sur les plages fortement exposées à la houle mais en un temps qui peut atteindre les années. Quand le galet est débarrassé de son algue, il roule esseulé et s'use au contact des autres galets pour devenir sable.

Les algues de la presqu'île

Algues rouges

Algues vertes

Colonisation

Laminaire digitée



A la une :

Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
E-book - livre numérique gratuit.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2021