Le voyage touristique utile à la libération de la femme

Un casier de pêche, son flotteur en carrés de liège. Trois femmes qui osent...





La plupart des photographies anciennes de la Salle Verte de la pointe de Pen Hir montrent des familles, un couple des enfants, des amis, ce que permet l'usage. La venue des femmes sur le rivage est une nouveauté qui se produit de plus en plus fréquemment. Une femme seule dans le cadre d'une photo est une complice du photographe, un élément de décor ajouté pour la poétique...

Ces femmes venues de Brest passent quelques jours en presqu'île de Crozon, elles ont suivi un itinéraire touristique incontournable. Ainsi, elles logent dans un hôtel à Morgat, rejoignent Camaret le jeudi 24 juillet 1930 après leurs petits déjeuners morgatois. Visite du port de pêche, brève cohabitation avec des pêcheurs, puis découverte de la Pointe de Pen Hir qui a vu tant de touristes piétiner sa lande, et s'asseoir sur ses rochers.

Demain, ces femmes qui découvrent l'art nouveau du tourisme s'en retourneront au port du Fret en compagnie d'une brouette, là où un vapeur semble déjà les attendre tant leur séjour ressemble aux séjours touristiques de chaque voyageur d'alors.

Le tourisme entre femmes, pratiqués depuis quelques années, fut peut être l'une des premières permissions de sortie des femmes. Autorisation accordée par une société qui n'avait eu de cesse de les astreindre à vivre à l'écart de tout, privées de la moindre découverte, pas même celle d'un paysage ou d'un port de pêche. Durant le siècle précédent, on avait interdit aux femmes de lire des livres qui parlaient de la liberté individuelle. La première guerre mondiale avait mis les femmes au travail rémunéré par la force des choses, par l'absence des hommes dans les usines. L'idée que les femmes puissent être bénéficiaires d'une forme d'indépendance au travers d'un voyage touristique fut tolérée parce que les profits monétaires servirent à l'économie toute entière et aux hommes tout particulièrement. Sans cet avantage substantiel, la liberté de se déplacer fut-elle accordée aux femmes dans les années 30 ? Et si le tourisme avait servi la libération de la femme ?

Août 1926, la terrasse de l'hôtel Moderne, deux jeunes femmes respirent librement. Une femme ne peut être aperçue seule sans être considérée comme une aguicheuse.

Les photos de Camaret-sur-Mer

Quai Gustave Toudouze

Carrefour des 4 vents

Hôtel Moderne

André Antoine Théâtre et Cinéma

Villas d'artistes sur la Montagne

Villa Dirag ar Mor de Gustave Toudouze

Villa atelier Marcel Sauvaige

L'étonnante Mme Rosalie Dorso

Hôtel de France veuve le Goff

Le sous-marin Nautilus de Fulton

Sous-marins Pluviôse et Emeraude dans l'anse

Les filles de Camaret

Notre Dame de Rocamadour

Eglise de Saint Rémi (ancienne)

Eglise de Saint Rémy (nouvelle)

Paysage alentours

Tour Vauban

Cimetière de bateaux

Grand Hôtel des Pois

Photos anciennes de Camaret

Secours en mer d'un hydravion

Naufrage du Saint Valentin

Viviers flottants

Cabanes noires de coaltar

Maison des mareyeurs du peintre Scoriel

Vente langouste homard breton

La pêche au thon miraculeuse

Abri du marin

Les chantiers navals de Camaret

Réparation mécanique des bateaux

La Salle de Venise - Musée du patrimoine maritime

L'usine Béziers friterie de sardines à l'huile

Le Grand Magasin des Bassemaison

Slipway

Port de plaisance

Quai Téphany

Station essence Purfina - Office de Tourisme

Le quartier du Styvel - Stivel

Le quartier du Notic

La place St Thomas

Sauvetage en mer

Baptême du canot de sauvetage Taï I

Phare du Toulinguet

Club Léo Lagrange

Almanach des postes et des télégraphes

Grue d'armement

Lavoir

Les feux du port

L'hôtel Trez Rouz

Camping le Grand Large

Le bistrot d'Albert Le Fur

Tyan Avel Ar Mor

Aux campeurs de l'Iroise

Ecole du Lannic

Cinéma Arc-en-Ciel

Chanoine Joseph Bossennec

Maison d'un armateur

Fresque murale de Jim E Sévellec

L'arche de Camaret

Le tourisme qui libère les femmes




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.
Un proriétaire immobilier particulier : le docteur Bavay.
Villa de la famille Crouan puis Farge en Landévennec.
L'intrusion du 709th tank battalion.
Des chars fabriqués à Détroit, affectés à Fort Lewis, participent à la libération de la Presqu'île de Crozon.
Photos souvenirs des vacances de femmes des années 30 lors d'une crise d'indépendance. Elles ont passé la nuit à l'hôtel sans époux, quel scandale ! Un tourisme de liberté.
Mathurin Méheut peintre créateur d'images remarquables.
Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



Au delà du bout du monde...

Compatibilité SMS Féminisme