André Antoine Théâtre et Cinéma à Camaret



La première version de la villa Ar Mor Braz avaient des toits terrasses entourés de balustrades. La villa fut peinturlurée pour raison de camouflage par l'armée d'occupation allemande qui occupait la batterie côtière de Kerbonn à 80 m au Sud de la villa. Position fortement bombardée. Le premier occupant fut le médecin militaire Allemand de la batterie qui y installa son hôpital de campagne dans un certain confort. C'est le début de la guerre, peu d'avions de la RAF survolent et bombardent la zone, les pilotes ont l'air plus égaré qu'en mission. La batterie de Kerbonn est équipée à la française et la guerre est supposément finie dans quelques semaines. Le médecin choisit ensuite une maison du hameau de Kerbonn moins exposée avant de disposer d'un bunker sanitaire tant la guerre est devenue plus intense. Cette maison reçoit à la fin de la guerre une bombe américaine qui abîme très nettement la structure. La reconstruction avec toits à pans se fait vers 1951.

Cette villa est proche de celle d'André Antoine. Il se séparera des deux villas quand il quitte Camaret.

L'homme de théâtre* André Antoine (1858-1943) séjourne à Camaret à plusieurs reprises... Logé à la Tour Vauban, puis à l'hôtel de la Marine où il y fait quelques rencontres artistiques ou invite ses amis tel que le couple Ancey, il finit par acheter deux villas sur les hauteurs de Camaret.

André Antoine fait construire une première villa en 1904 – Armor-braz et en achète une seconde en 1912. Cette version est contestée par certaines sources**.

Il a pour voisins le poète Saint Pol Roux, l'auteur Toudouze entre autres... Les amitiés perdurent et Camaret devient un bouillon de culture... Paris n'est plus loin... La première guerre mondiale non plus. Antoine et Saint Pol Roux y perdent un fils soldat chacun...

André Antoine écrits trois scénarios fortement inspirés des "Travailleurs de la mer" de Victor Hugo et tourne des scènes du film muet à Camaret entre 1917 et 1918... Face à la déferlante des films américains de l'époque, André Antoine est un cinéaste méconnu dans son propre pays. Pourtant, il est celui qui tourne des extérieurs dans de merveilleux paysages choisis et qui fait participer la population locale. Les Camarétois figurants, bien qu'intrigués, furent heureux d'être filmés...

Un film d'un budget de 50 000fr vite dépensé. André Antoine filme un bateau échoué pour simuler un naufrage... L'histoire d'Hugo rentre mal dans le champ d'une caméra mais le film existe.

Il quitte Camaret en 1935 après la vente de ses biens. Il laisse le souvenir d'un homme discret et généreux puisqu'il aide financièrement la population de Camaret lors des famines de 1902 et 1903.

Depuis 1970, André Antoine est inhumé dans le cimetière de Camaret-sur-Mer avec Pauline Verdavoine épouse Antoine.

*Il prend "possession" du théâtre des Menus Plaisirs en 1897 (compagnie permanente du Théâtre-Libre d'André Antoine de 1888 à 1894 avant l'achat) et lui donne le nom du théâtre Antoine qui s'ouvre sur la modernité des spectacles. Il deviendra le directeur du théâtre de l'Odéon en 1906.

**Il existe une autre version dans les acquisitions d'André Antoine. Vivant à la tour Vauban, son fils tombant dans les douves, l'homme de théâtre décide de changer de lieu de vie et séjourne brièvement à l'hôtel de la Marine avant d'acheter une chaumière (la villa trois corps à deux pans). Il fait construire Armor-Braz dans les années qui suivent et la chaumière devient la maison des amis, des artistes pour la préparation de ses rentrées théâtrales. Armor Braz est vendue à un couple d'acteurs, amis d'Antoine en 1922.

Manoir de Saint Pol Roux

Abri du marin

Auberge de jeunesse

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Grand hôtel des pois

Grand Magasin

Hôtel de France veuve le Goff

Hôtel de la Marine veuve Dorso

Hôtel Moderne

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Réparation mécanique

Salle de Venise

Station service Purfina

Rue Georges Ancey

Villa André Antoine

Villa atelier Marcel Sauvaige

Villa Dirag ar Mor Gustave Toudouze

Villas maisons hôtels

Moulin à vent

Pont du Kerloc'h

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines



A la une :

Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021