Les villas de la station balnéaire de Morgat

Armand Peugeot octroie à son gendre une parcelle de terrain dans le lotissement de sa compagnie immobilière. Charles Breitling fait appel à l'architecte Gaston Chabal très en vogue à Morgat et bénéficiant déjà de la réputation de son père, Abel Chabal, ayant construit la villa Bellevue du beau-père, pour fournir un plan d'une villa en 1928. La construction de la villa Ar Maner aux allures traditionnelles date de 1930.


Antoine Bott, ancien cafetier de Brest, se reconvertit en politique en tant que radical socialiste et fut conseiller régional, conseiller municipal à Crozon mais ne parvint pas à être député* et ceci avant la première guerre mondiale. Il fut aussi secrétaire général des Bleus de Bretagne. Cet homme engagé est l'instigateur de la construction de l'abri du marin de Morgat en 1904 qui fut bombardé à la fin de la seconde guerre mondiale.

L'association des Bleus de Bretagne se veut une représentation radicale, anticléricale plus encline à intégrer en politique des hommes issus du peuple qu'une élite bourgeoise. L'association défend l'école pour tous, les élections proportionnelles. Créée à Paris en 1899, elle se développe en certaines villes de Bretagne avant de disparaître après la première guerre mondiale.

Les Crozonnais appréciait cet homme qui s'intéressait aux problèmes locaux des plus démunis.

Cet élu local n'appartenait pas à la nouvelle aristocratie industrielle qui rêvait de transformer Morgat en cité balnéaire luxueuse. Cependant, il s'offrit des terrains jouxtant "le territoire" de la famille Peugeot pour y construire une villa haute et de belle allure qui surplombe l'anse de Morgat. Le chantier daterait de 1898. Le nom de la villa Ker Lisanton est la contraction de Lise (son épouse) et d'Antoine. Monsieur Bott décrivait sa villa comme une "petite maison d'été" qu'il occupa jusqu'à sa mort en 1933. Une de ses filles adoptives de Paris en hérita.

Cette maison dispose d'un "chateau-d'eau" dans la "tour" qui colle la façade arrière de la villa. Les toits récupéraient les eaux de pluie grâce à des gouttières qui alimentaient un réservoir. Du haut de ce réservoir, l'eau récoltée alimentait les robinets de la maison avec une pression suffisante. L'eau courante n'existait pas alors.

*Antoine Bott se présente à la députation en 1910 en tant que radical socialiste. Le député maire de Châteaulin Halléguen d'une gauche plus modérée est pourtant favori contre le journaliste maire de Locronan, le conservateur Daniélou. Le premier tour positionne Daniélou en tête mais en additionnant les voix d'Halléguen et de Bott, Théodore Halléguen est vainqueur ! Bott se retire mollement et tardivement :"Je me désiste de la lutte engageant mes électeurs à toujours voter pour le candidat qui représente la république laïque."

La campagne fait rage. Charles Daniélou soudoie des loueurs de voiture de proposer leurs services à Halléguen en presquîle pour empêcher le député sortant  de rejoindre les salles des réunions.

Tout se joue à Crozon, le fief de Bott. Des affiches douteuses sont collées. Daniélou offre des tournées dans les troquets et reprend les critiques de Bott à l'encontre d'Halléguen : mollesse, sans éloquence, sans programme... Bott est discret dans son soutien au candidat de gauche. L'argent du conservateur coule à flot.

Le report se passe mal en presqu'île. Certains électeurs de Bott votent Daniélou et c'est ce dernier qui l'emporte le 10 mai 1910 et devient député du Finistère. Une procédure d'annulation est enclenchée mais n'aboutit à rien sous le prétexte que les actions de Daniélou étaient "liées aux mœurs du moment". La tournure évoque l'état d'esprit de la 3ème République.

Charles Daniélou, anti-dreyfusard notoire, fut deux fois député et trois fois ministre tout en changeant de bord politique en cours de route...

Théodore Halléguen, avoué à Châteaulin, ne se remit pas de la défaite et ne fut donc qu'une seule fois député sans jamais avoir oeuvré à la moindre proposition au parlement, sans jamais avoir pris la parole dans l'hémicycle, ce qui mettait en rage Antoine Bott.

Antoine Bott ne connut aucun rebond dans sa carrière politique, certains ne lui ont pas pardonné sa candidature à la députation.

A l'époque, Crozon n'avait aucune représentation politique établie, Antoine Bott fulminait de ce désert idéologique. Aucun réseau local enraciné. Une terre oubliée politiquement ce qui laissait un large champ aux électeurs de voter selon leurs humeurs sans complexe !

La villa "le Cottage" est un plan de l´architecte Aimé Freyssinet (1881-1947) "promoteur du béton armé et de l'art nouveau", frère d'Eugène Freyssinet illustre concepteur du pont Albert Louppe, il fut aussi le premier architecte brestois diplômé d'Etat de Brest. Auparavant, l'expérience suffisait pour se déclarer architecte. La première mise en chantier de la villa date de 1910 mais le bâti fut repris et étendu juste avant la seconde guerre mondiale par du béton armé, ce qui était novateur à l'époque.


La villa Ker Maria est commandée par un conservateur de bibliothèque Parisien Pierre Lavallée qui connaît Gaston Chabal et invite ce dernier à dessiner les plans sous certaines recommandations esthétiques. Le commanditaire attend une tonalité anglaise et bretonne, la spécialité stylistique de Gaston Chabal. Un mélange aristocratique et rustique qu'il faut concilier sans heurter. Deux tendances architecturales qui plaisent à l'époque de la naissance de la cité balnéaire de Morgat.

Ce seront les architectes Abel Chabal (père) et Gaston Chabal (fils) qui seront les architectes de ce grand projet réalisé en 1908. Gaston Chabal est l'architecte Brestois, protestant à la mode. Il est l'auteur de la plupart des villas morgatoises.

Gaston Chabal choisira pour part le mobilier "à l'anglaise" qui se transmettra de propriétaires en propriétaires.

La façade ensoleillée, côté mer, donne toute l'ampleur à l'élévation. Côté rue, à l'ombre, l'aspect est simplifié, presque austère sans pour autant être négligé dans les détails, bien au contraire.

La villa existe toujours et se cache partiellement derrière de grands pins. Une descente privée permet l'accès à la plage.

La villa est construire sur l'ancienne batterie côtière dite du Milieu ou Ty Du.


La Villa Bellevue fut la propriété d'Armand Peugeot. La famille Peugeot est alors manufacturière de petits objets domestiques métalliques entre les baleines de corset, les ressorts, les pièces horlogères, les moulins à café, les outils de jardinage, de bricolage...

Armand Peugeot est invité par l'investisseur négociant Charles Louis Richard a créé une société immobilière à Morgat pour transformer le petit port de pêche en cité balnéaire. Suite à deux visites enthousiastes, l'industriel convainc sa famille d'investir. La société immobilière Richard et Compagnie achète des centaines de parcelles à des prix défiant toute concurrence puisque les propriétaires ruraux ignorent tout de la spéculation immobilière.

Pour le plaisir du bord de mer et asseoir le projet de station balnéaire, Armand Peugeot se fait construire une villa en matériaux traditionnels sur une parcelle de son lotissement. Selon les sources la date varie entre 1882 et 1884. La maison est confortable mais déplait à Mr Peugeot car du rez-de-chaussée, il ne voit pas la mer, un comble puisque la mer est à peine à 40 mètres. Il ordonne que la maison soit détruite et que la prochaine villa soit reconstruite en même place mais surélevée. La démolition est une occasion de revendre les pierres qui vont être réutilisées dans la construction de la villa Bel-Air à proximité. Il confie le chantier à Abel Chabal (père de Gaston Chabal) parce que celui-ci est protestant - il est en effet le seul architecte protestant de Brest. Celui-ci exécute les ordres avec soin sachant que des dizaines de villas sont prévues dans le quartier dit Peugeot. La nouvelle version est plus en hauteur, fait moins appel à la pierre traditionnelle et incorpore un nouveau matériau, le béton, ceci en 1906.

Si les affaires industrielles passées à la fabrication de bicyclettes puis d'automobiles sont prometteuses, l'investissement immobilier morgatois vire tout doucement au flop financier et Armand Peugeot frôle la faillite après l'élévation des hôtels. Si quelques villas sont bien construites, les reventes de terrain sont poussives, tardent, ne se font pas aux prix escomptés. La bourgeoisie renâcle, Morgat est loin de tout... La société change de nom plusieurs fois au fil des changements de l'actionnariat.

Après la mort d'Armand Peugeot (1849-1915), le gendre Charles Breitling (1881-1958 - époux de Madeleine Peugeot 1887-1952) gère au mieux la déconfiture et devient propriétaire de la villa qu'il vend quatre plus tard à un ingénieur parisien Philippe Kreiss (1887-1963). Ce dernier est tout simplement son beau-frère, l'époux (1912) de Germaine Peugeot (1889-1977), fille d'Armand... Le centralien avait été "invité" à prendre la direction d'une des usines Peugeot pour éviter le morcellement de l'empire mais, cela ne se réalise pas, il prend la succession de son père Adolphe Kreiss (1854-1931), directeur général des Brasseries de la Meuse, autre empire industriel de Bar-le-Duc mais aussi membre du conseil d'administration de la société Peugeot automobile... La villa reste donc dans la famille... La villa existe toujours.


La Villa Ker ar Bruck est entièrement métallique, constituée de plaques galvanisées.

Cette maison fut livrée démontée en provenance de Paris et serait une récupération d'un théâtre provisoire. Les matériaux furent transportés par train jusqu'à Brest, par bateau jusqu'au Fret et en charrette jusqu'au terrain.

Le procédé de tôle emboutie aurait été imaginé par un ingénieur Belge, Joseph Danly et breveté en 1887 en Belgique.

D'autres sources parlent d'une société américaine présente au pavillon Chicago lors de l'Exposition Universelle de 1899 à Paris à proximité de la Tour Eiffel. Une société qui aurait vendu des maisons en kit en Amérique du Sud en jouant de la notoriété Eiffel acquise par la participation à la fameuse exposition.

D'autres sources encore associent la société de l'ingénieur Belge qui aurait vendu sous licence son brevet aux Américains.

L'originalité de la conception démontable aurait attiré le propriétaire Maurice Desmaret qui a acheté une parcelle de terrain aux Peugeot voisins et amis. La famille Desmaret restera propriétaire jusqu'en 1969 et aura ajouté une véranda qui n'existait pas à l'origine.

La maison privée actuelle est un monument historique depuis janvier 2004 car unique en son genre en France, les quelques autres exemplaires français ayant été détruits.


La villa Ker Bili fut construite sur un terrain "Peugeot" vendu à un Notaire de Châteaulin, Maître Riou, époux de Mademoiselle Pelliet, fille du Maire de Crozon (1872-1882), lui-même notaire souvent au service des affaires immobilières de la famille Peugeot. La villa fut détruite par un bombardement américain lors de la seconde guerre mondiale et reconstruite en 1949 par une descendante de la famille Riou.


Le baron Joseph Salvain de Boissieu se fait construire une villa à Morgat en 1931. Le baron est issu d'une famille anoblie en 1720 en Dauphiné. A l'époque, il vit au château de Tronjoly à Gourin en Morbihan.

Cette villa à "l'ombre" du Grand Hôtel de la Mer est élevée pour "voir la mer". Une villa "tardive" s'insère à la lisière du quartier "Peugeot".

Suite à des changements proriétaires, le nom de la villa évolue de Boissieu à Kerflahel, ce dernier fut valorisé par la famille Coutras...


La villa Corn ar Hoat date de 1926 d'après les plans de Gaston Chabal. Mademoiselle Gabrielle Landormy avait expressement demandé à l'architecte de la simplicité avant tout. A la fin des travaux, elle remercia Chabal par lettre pour sa diligence, lettre conservée par l'architecte avec attention. Sur le portillon sombre de l'entrée de la propriété, Corn ar Hoat était peint en grand avec des lettres blanches, visibles de loin !

Le Philosophe Alain, alors compagnon de Gabrielle, y séjourna fréquemment avec délice selon lui, ceci avant leur première rupture de 1928. D'ailleurs la villa est souvent appelée maison Alain et elle se situe rue Alain en Morgat.

Gabrielle Landormy (1898-1969) nièce et fille adoptive de Paul Landormy, ami d'Emile Auguste Chartier (1868-1951) – le philosophe Alain – rencontre son futur mari en 1906 durant des vacances avec la famille Landormy à Trébéron. En septembre 1928, Gabrielle conçoit une première rupture... La relation amoureuse est tumultueuse. En 1929, elle part au Etat-Unis. De 1929 à 1930, Alain écrit 70 poèmes à Gabrielle. Gabrielle fait un bref séjour au Pouldu le 23 septembre 1939 alors qu'Alain souffre de rhumatismes déformants qui immobilisent le philosophe dans un fauteuil roulant, puis retourne aux Etats Unis. Elle revient en s'engageant dans l'armée du Maréchal Juin lors de la campagne d'Italie (1944) en tant qu'infirmière et participe à la libération de Paris. Le couple se reforme. Le mariage est prononcé en décembre 1945.


La villa Pen ar Trez, en seconde bordée, est une réalisation de Gaston Chabal des années 1930 environ qui met en valeur le parti pris de l'architecte d'ajouter des éléments décoratifs "venus" d'Angleterre. La clientèle de Gaston Chabal raffolait de ses ajouts et était assurée d'avoir une touche unique à Morgat. Etre dans le vent, sans copier le voisinage telle était l'attente exhaussée.


La villa Ker Kreis est une propriété Marcel Clément jusqu'à la revente à Pierre Péron, vers 1930, investisseur Brestois, propriétaire de la conserverie proche de la gare de Crozon, propriétaire de la villa Pen ar Parc et de la villa Réséda, cette dernière était en location.


La plupart des villas se situe dans le quartier de Kerigou.

Après plusieurs statuts depuis sa création en 1883, la société immobilière (Richard) de Morgat devient anonyme en 1912. Cette fois Armand Peugeot, le principal intéressé tient la société et exige que les nouvelles constructions de la station balnéaire gagnent en cohérence architecturale, à ce titre, il nomme Gaston Chabal qui a déjà œuvré dans le quartier Peugeot, en tant qu'architecte coordinateur de la société anonyme de la Plage. Ce dernier rédige un cahier des charges rigoureux dont les articles d'interdiction sont nommés «Prohibition». Les quelques architectes qui ont des projets de villa pour leurs clients ne doivent pas s'éloigner de la vision Chabal qui de son côté poursuit les constructions de ses propres plans.

1915, décès d'Armand Peugeot. 1918, Charles Brietling, gendre investisseur dans la société immobilière, reprend les rênes et transforme le Morgat bourgeois en salon mondain très hiérarchisé. A chaque niveau de fortune correspond ses réceptions, ses fréquentations. Il y a les régates, les concerts. De discrets visiteurs tels que la reine d'Italie, le roi d'Egypte et une multitude d'affairistes aristocratiques Russes animent les soirées internationales. Agitation estivale qui s'éteint à l'arrivée de l'automne. Les pêcheurs de Morgat deviennent les gardiens des villas fermées pour l'hiver (en été, ils sont cochers, marins des grottes ou de toutes les corvées) et quant aux épouses, elles perdent leur travail temporaire de cuisinière, femme de chambre, gouvernante pour les plus présentables jusqu'au prochain été. Les Morgatoises les moins avenantes se contentent de faire le ménage en hiver. Cet entre-soi convient aux propriétaires qui ne rêvent pas davantage que d'un beau quartier chic qui leur soit dédié. La présence d'hôtels n'a d'intérêt que pour les loueurs de villas.

Gaston Chabal ne semble pas avoir perçu ce repliement souhaité, il propose à la société qui l'emploie la construction d'un casino en 1923 d'après un plan de 1920 conservé aux archives municipales de Brest. Un grand bâti à 4 pans plongeants, très années folles, très Chabal aussi, une longue terrasse surélevée au-dessus de la mer et un pavillon faisant salon « flottant » sur l'eau de l'anse de Morgat. Le plan n'a pas dû beaucoup servir, le refus des membres de la société et celui des propriétaires indépendants est catégorique. Pas question non plus, de bains, de thermalisme ou d'animations excessives, toutes ces caractéristiques à la mode dans les stations balnéaires de l'époque ne sont pas envisagées de sorte que le golf prévu ne verra jamais le jour. Dès lors, l'expression Morgat station Balnéaire utilisée dans les publicités touristiques des années 30 est quelque peu surfaite. La société immobilière a spéculé, rentabilisé ses acquis par l'exploitation d'hôtels sans réelle intention de transformer Morgat en une Deauville finistérienne.

Enseignant, conférencier en économie et en sociologie, Max Lazard (1875-1953) fils de l'un des fondateurs de la banque Lazard, lui même fondateur en 1910 de l'Association internationale pour la lutte contre le chômage, se fait construire la villa Penn ar Bed en 1927 sur 30 hectares de terres boisées ou de landes qui d'après certaines sources étaient au nom de la banque Lazard. Plutôt que de s'enfermer sur sa propriété, ces terres sont libres de passage pour qui veut s'y promener. Cette attitude contrevient à celle des propriétaires des villas « Peugeot » à l'Est de Morgat qui tout au contraire construisent des murs et des clôtures autour de leurs propriétés et n'aspirait à aucune ouverture envers la population ou les touristes. La villa Lazard à l'Ouest, tout au bout de Morgat, devant le môle, est accessible par un escalier, provenant des quais en contrebas, qui possède une marche gravée « Penn ar Bed ». A l'époque de la construction, les pêcheurs qui y séchaient leurs filets se virent déplacés sur ordre de la direction des ponts et chaussées propriétaire de la bande de terrain longeant l'arrière quai, ceci à l'instigation de l'ingénieur Mougenot soutenu dans sa démarche par le maire de Crozon qui en référa au préfet en 1926.

Première villa extérieure aux lotissements de la cité balnéaire, elle est réalisée par des artisans locaux pour la plupart : Entreprise Offret pour le gros œuvre, électricité Camerer, plomberie Fabien, peinture Mammani . Certains noms ont encore une résonance locale. La maison construite sur les terre dite du « champ de bataille » emploie un gardien du nom de Jean Laouénan.

Lors de la seconde guerre mondiale, à sa toute fin, un bombardement américain détruit les quais partiellement et l'hôtel de la Montagne en voisinage. Les fils Simon et Didier Lazard se font construire respectivement les villas Bruck Ar Lann et Gwell Kaer à la place de l'hôtel.

En 1998, la villa Lazard est en feu, les autorités locales viennent sur place et le chef pompier déclare toute la difficulté de circonscrire le sinistre. Le gardien avait réussi à mettre à la cave certains objets selon la presse locale de l'époque. La villa Penn ar Bed est reconstruite et fait partie désormais du patrimoine local, un peu à part, comme l'avait souhaité son premier propriétaire.


La Villa "La Roseraie" de 1907 élevée pour le Sieur Renaud ayant une extension en véranda de 1930, étant à l'ombre du château de Rulianec, a pour particularité de présenter des décorations en briques et carreaux en listel en céramique inattendus à Morgat.


Port de Morgat

Villas de Morgat

Locations des villas

Château de Rulianec

Quartier des pêcheurs

Corps de garde de Rulianec

Hôtels d'antan

Cabines de bain

Ile Vierge

Les restaurants oubliés

Place d'Ys

Grande marée du siècle

Vague submersion

Môle des thoniers

Hélice de la Jeanne d'Arc

Maison du marin

Relais des pêcheurs

Les magasins d'avitaillement

Phare du Kador

Pointe du Kador

Corps de garde du Kador

Calvaire de Margerie

Stèle France Libre

Chapelle Notre Dame de Gwel Mor

La Potinière

Quartier du Portzic

Conserveries

Club de plage

Mardis de Morgat

Epicerie Félix Potin

Fontaines

Moulin à vent

Menhirs dolmens

Capitainerie de Morgat

Villa Gradlon

Ancienne Poste

Chemins, venelles, rues

Château d'eau Peugeot

Confiserie Landié



A la une :

Yves Lagatu mitrailleur des F.A.F.L.
L'espar, le piquet balise dans la mer.
Le temps des grésillons...
Villas et maisons du Fret.
La Duchesse de Bretagne transite par le port du Fret avant de devenir reine.
Histoire de la liaison maritime Le Fret - Brest.
Batterie anti-aérienne de la presqu'île avant 1939.
L'historique des sémaphores du Cap de la Chèvre.
La flotte Tardieu offre son pin de l'Orégon à Rostellec.
La Pyrite, l'or des fous.
Pelouse aerohaline ou prairie du littoral.
L'histoire du boulet en presqu'île de Crozon.
Herbiers de zostères - prairie sous-marine.
L'érosion de la côte argileuse.
La crevette bouquet français.
Une nouvelle baleine morte au Kerloc'h.
Le sémaphore du Toulinguet c'est fini !
L'histoire du presbytère de Roscanvel.
Le street-art in Crozon !
La confiserie Landié sur les quais de Morgat, une institution.
Batteries côtières du 18ème siècle sur la côte Est de Roscanvel.
De la meurtrière au créneau de tir.
Quelle est l'origine du toponyme Rocher Lieval de Roscanvel ?
Sel de mer et canicule en Bretagne.
Chasmophyte - plante de fissure.
L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019