Villas et maisons en location en Morgat : une longue histoire

Villa Ker Math puis Ker Avel Mor. Emile Peugeot vend des parcelles de terrain de la société immobilière Richard et compagnie à Alfred Fallot qui par mariage fait partie de la « nébuleuse » familiale Peugeot et se trouve actionnaire de la société immobilière Peugeot qui change de nom à chaque changement important d'actionnariat. Le nouveau propriétaire fait construire une maison type dont le plan se trouve en deux autres exemplaires à Crozon-Morgat mais aussi fréquemment sur le littoral français de l'époque. La villa mise en location saisonnière est gérée par Monsieur Péchin le gérant des hôtels « Peugeot » de Morgat. Une maison au bord de la mer avec 11 lits plus un pour enfant.


La villa Ker-Odette est construite pour Auguste Agombart de Crozon en 1907 puis revendue à Auguste Péchin, le gérant d'hôtels travaillant pour la famille Peugeot en 1913. Ce dernier loue la villa à la saison estivale à des clients fortunés du Grand Hôtel de la Mer qui sont servis par du personnel de l'hôtel. A l'origine deux palmiers chinois entourent l'escalier d'entrée. L'usage locatif se perd à la seconde guerre mondiale au changement de propriétaire.


La villa "les Glycines" élevée en 1913 pour un investissement locatif de Monsieur Péchin.


La villa "les Fuchias" bâtie en 1923 pour l'hôtelier Péchin fut d'emblée une location prisée jusqu'à la seconde guerre mondiale.


la villa Ti Huella construite en 1886, serait la première villa de Morgat et fut, jusqu'en 1978, une pension de famille que le Général de Gaulle aurait fréquenté en famille à titre privé.


Durant des siècles, la presqu'île de Crozon voit passer des militaires, des voyageurs de commerce, quelques artistes peintres et personne d'autre qui ait une allure étrangère. La presqu'île est un monde clos de pêcheurs, de paysans, souvent les deux activités sont cumulées pour survivre. La maison bretonne est élémentaire, exiguë. Nul n'envisage la moindre facétie.

"Un choc des civilisations" se produit quand de riches inconnus s'imaginent transformer Morgat en cité balnéaire Deauvillaise avec de grandes villas aux fenêtres béantes, aux toitures élevées face aux éléments.

Les premières villas (fin 19ème siècle) de Morgat en Crozon furent une génération de maisons de villégiature à la manière de la famille Peugeot et leurs relations invitées à enrichir le décor d'un habitat sur mesure... Ces industriels et hommes d'affaires séjournent en famille quelques semaines estivales tout au plus. Puis les villas se ferment durant des mois. On parle alors de quelques cambriolages, l'insécurité vient de naître ! En réalité, la rapine a toujours été dans un milieu de misère endémique, seules les victimes changeaient de classe sociale.

Parmi ces belles maisons de vacances, certaines sont construites ou utilisées à des fins de locations exclusivement. En général le propriétaire a déjà un bien familial et cet investissement dans la pierre lui paraît fructueux sachant qu'au début du 20ème siècle, chacun est persuadé que Morgat va devenir une station balnéaire de grande réputation. Ainsi au travers des exemples des villas Ker-Odette, Les Fuchsias, Les Glycines, Kerfeuntein, Ker-Math... Les touristes disposent du confort que vit la bourgeoisie installée dans le quartier Peugeot. La publicité immobilière existe. Publication d'annonces dans la presse ou dans les guides touristiques, fascicules, brochures du département, du Touring Club de France, etc, font la promotion locative. Ker-Odette, Les Fuchsias, Les Glycines ont appartenu à Monsieur Péchin hôtelier gérant des affaires Peugeot, c'était donc un professionnel du secteur touristique.

La Chambre d´industrie touristique répertorie les locations par classe : Ker-Odette, Les Fuchsias, Ker-Math sont en première catégorie pour une location de 17000frs minimum selon la grille tarifaire. "Les Glycines" était classée en troisième catégorie avec un tarif de base de 9000frs. La villa Kerfeuntein est une des toutes premières à accrocher un panneau "A louer" à son balcon. La villa située dans le quartier des hôtels bénéficiait d'une publicité aisée.

La venue des touristes dans les années 1930 commence à se démocratiser, une classe moyenne  arpente les plages. Après guerre, la classe populaire déferle.

Progressivement la location de villas de luxe diminue largement compensée par la location de maisons plus simples. Les premières locations basiques se font essentiellement dans le cercle familial ou amical, l'argent pour la publicité manque souvent. Cela ne suffisant sans doute pas, les premiers panneaux de location apparaissent "aux balcons". Ce mode d'affichage perdure encore partout en presqu'île de Crozon.

Depuis, la location de maisons de vacances est devenue une activité saisonnière régulière majeure pour les propriétaires au bord de la mer. Tous les styles, tous les budgets... A la journée, à la semaine, au mois... Plusieurs centaines de propositions, en agence, à l'office du tourisme, auprès de gestionnaires privés de locations, dans les sites de locations immobilières. Quelques villas ont renoué avec les prestations de luxe...

Port de Morgat

Villas de Morgat

Locations des villas

Château de Rulianec

Quartier des pêcheurs

Corps de garde de Rulianec

Hôtels d'antan

Cabines de bain

Ile Vierge

Les restaurants oubliés

Place d'Ys

Place de l'église

Grande marée du siècle

Vague submersion

Inondations

Môle des thoniers

Hélice de la Jeanne d'Arc

Maison du marin

Relais des pêcheurs

Les magasins d'avitaillement

Phare du Kador

Pointe du Kador

Corps de garde du Kador

Calvaire de Margerie

Stèle France Libre

Chapelle Notre Dame de Gwel Mor

La Potinière

Quartier du Portzic

Conserveries

Club de plage

Mardis de Morgat

Epicerie Félix Potin

Fontaines

Moulin à vent

Menhirs dolmens

Capitainerie de Morgat

Villa Gradlon

Ancienne Poste

Chemins, venelles, rues

Château d'eau Peugeot

Confiserie Landié

Cale brisée



A la une :

Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021