Voie ferrée écartement 60 cm Decauville en Crozon

L'île des Morts et sa poudrière à gauche. L'île de Trébéron et son hôpital de quarantaine au centre.

Une idée novatrice pour un XIXème siècle en pleine industrialisation, des voies ferrées transportables, modifiables à volonté. Les voies ferrées de l'industriel français Paul Decauville (1846 - 1922) ont un usage éventuellement éphémère pour le transport de matériaux et des personnes par des trains de petites tailles sur des voies de 60 cm d'écartement.

Ces voies sont présentes sur l'île des Morts et l'île du Renard. L'île des Morts a longtemps été une poudrière ce qui sous entend que le transport des poudres et des munitions entre les bâtiments de stockage et le quai d'approvisionnement devaient se faire par wagonnets.

De conception entièrement métallique, les tronçons de voies se posent sur un sol aplani. Le ballast est inutile. La formule modulable est parfois réduite à la traction de wagonnets par des hommes... La formule la plus aboutie fera appel à de petites locomotives à vapeur.

Sous l'influence du Capitaine Prosper Péchot, le développement du procédé aura des aboutissants militaires à l'approche de la première guerre mondiale.

L'idée d'un moyen de ramassage efficace des betteraves des champs trop boueux de la Beauce est à l'origine de cette invention qui fut un moyen de transport économique durant quelques décennies.

Les voies de l'île du Renard plongent dans la mer. Ces voies sont plutôt bien conservées quand elles sont immergées tandis que les voies toujours découvertes de l'estran ont été disloquées par la rouille. Des huîtres sauvages semblent servir de rivets de fixation !

Les voies Decauville étaient livrées montées sur leurs traverses de fer sous la forme que les passionnés de train électrique connaissent. Il s'agissait donc d'un "mécano" que l'on adaptait à la topographie du terrain. Une clé de mécanicien suffisait au montage.

Curiosités du pays

La coiffe du pays Rouzig

La coiffe Penn-Maout

Abreuvoirs anciens

Auge en pierre

Broyeuse hache-lande

Charrue de fonderie

Bois de chauffage d'antan

Chemins des goémoniers

Maison bateau de Crozon : une caloge

Publicités murales

Mosaïques et devantures

Gares bigoudenes

Haltes et PN

Ponts ferroviaires

Brume et embruns - différence

Ecume de mer

Ruisseau du Kerloc'h

Palplanche

Panneau indicateur

Tombe en ardoise

Niche votive

Aubette

Bac de lavage en béton

Pompe à bras

Puits

Voies Decauville

Cachoutage des voiles

Grand pavois

Canon bollard

Mouillage forain



A la une :

L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
La trace d'un petit commerce d'alimentation.
L'école de Saint Hernot - Maison des Minéraux.
L'abri du champ de tir de l'Anse de Dinan de l'armée : le mystère est complet.
L'histoire de la gestion de la forêt domaniale de Landévennec, ce n'était vraiment pas écolo !
L'effondrement de la falaise, un destin écrit d'avance.
Le statut des femmes lu sur les pierres tombales.
La charrue locale.
La belle histoire du Relais des pêcheurs.
Deux conceptions de l'urbanisme, la maison de santé d'Argol et la villa Gradlon à Morgat.
Les griffes de l'écureuil.
Démolition de la chapelle de Morgat.
Les batteries haute et basse du Kador en Morgat.



Une information, une demande :

© 2019