Les cadavres de l'aviso Vauquois échouent en presqu'île de Crozon

L'aviso "Vauquois" (1919) du nom d'une commune de la Meuse, bataille de la première guerre mondiale, accompagne un convoi de 900 tonnes d'or français de la Banque de France embarquées sur des navires* vers le Royaume-Uni.

Des avions allemands précurseurs de l'armée d'occupation ont jeté, dès le 14 juin 1940, une multitude de mines dont certaines dérivantes dans le goulet et les alentours pour empêcher la marine française de quitter Brest.

L'aviso - de l'espagnol "barca de aviso" : "bateau d'alerte" - navire d'avis léger d'accompagnement dans les convois maritimes - le "Vauquois" saute sur une de ces mines magnétiques au large du Conquet le 18 juin au soir.

Il y a huit recapés ramenés au Conquet par un canot de sauvetage "Nalie-Leon-Drouin" de la SNSM. L'aviso la "Suippe" porte secours à onze marins dont un ne survivra pas.

132 morts et disparus. Des corps flottent sur la mer d'Iroise. Certains échouent en presqu'île de Crozon sur la plage de Pen Hat, Cap de la Chèvre et même sur la plage de l'Aber en baie de Douarnenez jusqu'à la mi-juillet. Des corps sont identifiables comme celui du quartier-maître Thépault François à Pen Hat le 7 juillet 1940.

*L'or est embarqué le 16 juin, sur les paquebots - croiseurs-auxiliaires : El Djezaïr, El-Kantara, Ville-d’Alger, Ville- d’Oran, Victor-Schoelcher.

L'hydravion Goliath secouru en Mars 1929 par le Vauquois.

< >




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies