Bateaux de Camaret arraisonnés ou mitraillés par la Royal Navy et la RAF

Reder-ar-Moriou, Cm 2704 de 1938 – chantiers Tertu.
Le 23 avril 1941, après des difficultés de navigation, le bateau s'approche des côtes anglaises. Le dundee est arraisonné par une vedette rapide britannique (MGB Motor Gun Boat - canonnière) et conduit en Angleterre, à Newlyn, petit port de Cornouaille. Corentin Sénéchal et son équipage de 18 hommes restent en Angleterre.

Cerbère, Cm 2343 de 1929 – chantiers Keraudren (même plan que le Bacchus).
Le dundee est mitraillé par un avion anglais en juillet 1942.

Sirène, Cm 2401 de 1929, propriété de Madame Rolande le Hégarat depuis 1938. Entreprise de mareyage.
9 août 1942, arraisonné par un patrouilleur britannique puis conduit en Angleterre à Helford. Le sloop ponté est enfin utilisé en lien avec les côtes françaises par les services secrets Anglais.

Le Bacchus à gauche.

Bacchus, Cm 2345 de 1928 – chantiers Keraudren.
Le dundee est mitraillé par un avion anglais en août 1942.

Asphodèle, Cm 2074 de 1924 – chantiers Le Fur.
Le dundee est mitraillé par un avion anglais en août 1942.

Quo-Vadis, Cm 2695 de 1938.
Le dundee est mitraillé par un avion anglais en août 1942 dans les eaux d'Ouessant ce qui occasionne 3 blessés parmi les marins.

Nébuleuse (à gauche coupé) - Louis-Raphaël - Belle Colombe - Roi Gradlon - Scabieuse

Louis-Raphaël, Cm 2351 de 1929, propriété de Madame Rolande le Hégarat depuis 1939.
Le dundee est mitraillé par un avion anglais en août 1942.

La Scabieuse, Cm 2306 de 1928 – chantier Le Fur.
Septembre 1942, arraisonné, le bateau est conduit en Angleterre de force malgré l'opposition du patron pêcheur Alfred Cornec.

Petite Annick.
Décembre 1942, arraisonné et retenu à Gibraltar.

Depuis l'occupation de l'armée allemande dans les ports de pêche bretons, les marins pêcheurs subissent des pressions de toutes parts pour que cesse la pêche.

Officiellement, le IIIème Reich interdit la pêche pour éviter que des résistants, des espions, de l'armement, ne circulent en mer. Concrètement, les autorités allemandes locales délivrent des permis de pêche à durée déterminée à tous pêcheurs qui osent partir en mer durant la guerre dans une zone hautement dangereuse la Manche et l'Atlantique Nord pour l'essentiel.

Dans les premiers mois de la guerre, les soldats Allemands de Camaret-sur-Mer envoient des colis à leurs familles en Allemagne contenant langoustes ou homards, huîtres, boîtes de sardines avec des petits mots de vacanciers qui découvrent le charme de la vie maritime. Plus tard, les réquisitions imposées à la population de la presqu'île ne suffisent plus à nourrir la troupe, alors quelques pêches ne sont pas à dédaigner... Ainsi « hypocritement  » la pêche interdite est reconduite tant bien que mal selon les appétits...

Officiellement, le gouvernement britannique interdit toutes les pêches en Manche et en Atlantique Nord pour éviter que les pêcheurs n'alimentent l'armée allemande, soit directement en produits de la mer frais, soit au travers de conserves que les conserveries du littoral fabriquent à tour de bras avant le conflit.

De nombreuses réunions diplomatiques entre les Anglais et les Français cherchent à trouver un point d'équilibre entre une interdiction totale et une forme de contrôle raisonnable. Ces réunions par ambassadeurs interposés dans des pays neutres s'achèvent invariablement par des échecs. L'amirauté française exècre la Royal Navy et le gouvernement français a des penchants non dissimulés pour le régime germanique. Churchill lui-même ordonne que tous les moyens soient pris pour empêcher les pêcheurs bretons de pratiquer leur métier. Toutes les unités de gardes-côtes marines (Royal Navy) et aériennes (Coastal command - RAF) de l'Angleterre sont en veille et font feu sur le moindre chalutier...

Pourtant, au vu des attaques que subissent les pêcheurs en mer, il n'y a que peu de victimes, peu de bateaux coulés... Les vedettes rapides tirent des coups de semonce pour dissuader le patron pêcheur de poursuivre sa journée en mer. Et les avions chasseurs bombardiers Whirlwind (non présent en presqu-île), Typhoon (le plus actif en presqu'île) et Tempest mitraillent aussi mais mesurent en général leurs tirs alors qu'ils agissent dans le cadre de l'opération « Rhubarb » qui a pour but de détruire tous les moyens terrestres et marins de circulation sur les côtes françaises... Dès 1942, l'aviation américaine participe aux agressions contre les pêcheurs.

Dans la réalité, les marins pêcheurs et leurs bateaux sont utiles aux Anglais car ils sont les ultimes maillons des réseaux d'évasion de la résistance française qui exfiltrent les pilotes Américains et Anglais tombés sur le sol français ou belge. Détruire un langoustier ou un thonier n'est donc pas une nécessité impérieuse, l'intimidation suffit. C'est d'ailleurs à ce titre que les vedettes rapides anglaises préfèrent arraisonner les bateaux de Camaret, par exemple, pour les ramener dans les ports anglais. Les marins les plus âgés continuent à pêcher dans les eaux britanniques tandis que les jeunes rejoignent De Gaulle à Londres. Certains bateaux quant à eux participent à des missions secrètes en traversant la Manche autant que les services secrets anglais le réclament. Quelques ports anglais de la côte Sud de l'Angleterre connaissent une agitation bretonne, on y chante, on y boit, on reconnaît les confrères... L'ambiance est à la résistance et à la confiance envers les Anglais, ce sont eux les amis malgré les tensions du passé. Ainsi les militaires britanniques de terrain et les pêcheurs tissent des liens contradictoires à ceux des diplomates qui pratiquent les suspicions et les écueils répétés... Churchill remerciera les pêcheurs Bretons pour avoir rapatrié tant d'aviateurs anglais... Remplacer un avion était rapide, faire la formation de nouveaux pilotes était long.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

L'attaque des bélugas au canon !
Un Farman Goliath dans l'Anse du Poulmic.
L'heureux krach boursier de 1929 vu de Roscanvel.
Le peintre Bernard Rivière devenu Camarétois !
Tuer le cochon à la ferme à l'ancienne comme autrefois.
Championnat d'anglais et de planche debout SUP !
Calfatage d'un bateau en bois par un calfat.
La Janine monument historique.
Nids d'abeilles sauvages solitaires dans une falaise maritime.
La pêche au casier une technique de pêche en évolution.
La vie engagée de Louis Prucser, moine, résistant, juste des nations, économat de l'école Jeanne d'Arc à Crozon.
Courrier d'un gardien du camp d'internés de Camaret.
La saga funéraire Donnart.
L'échouage du paquebot "Le Pérou"
Le mystère des ancres de Roscanvel.
CEC n°3 - CPEOM de Quélern.
Direction générale de l'enregistrement des domaines et du timbre
Les troupes américaines de la libération de Crozon.
15ème groupe motorisé de cavalerie US en Crozon avec des M8 lévriers.
Pétroliers ravitailleurs d'escadre la Seine et la Saône.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite