Batterie du Cap de la Chèvre

Poste de commandement et de direction de tir de la batterie du Cap de la Chèvre - Fabrication française. Au ras du sol, l'ouverture en arc de cercle pour l'observation visuelle et ceci aux deux niveaux. Code Wn. Cr350.

Depuis des siècles le Cap de la Chèvre est militarisé en défense côtière. Il y eut, par exemple, plusieurs générations de mortiers. La version qui précède l'actuelle visible sur le terrain, était constituée de deux batteries. L'une orientée plein Ouest vers l'océan nommée batterie du Cap de la Chèvre. L'autre orientée plein Sud vers la baie de Douarnenez nommée batterie de Saint Nicolas dont il ne subsiste que les vestiges du casernement.

La batterie "récente" du Cap de la Chèvre est française construite de 1937 à 1939 par la Marine. Elle est opérationnelle à partir de Mars 1940. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, quand les soldats Allemands arrivent au Cap de la Chèvre fin Juin 1940, ils découvrent une batterie de défense de la Marine Française neuve, "toute équipée" des moyens modernes de l'époque pour la visée (télémètre et périscope) et la transmission (téléphonie et radio). Ils conservent l'équipement en l'état et y ajouteront des tranchées en zigzag, des champs de mines et beaucoup de barbelés.
L'armée allemande va occuper le casernement à proximité de la batterie en ayant aussi ajouté des barraquements. A la fin de la guerre, ce "hameau" est en voie d'extension, la zone est en chantier. Les Allemands avaient donc l'intention de rester longtemps en guerre. Ces bâtis étaient codé Cr11.
La mission de base de cette batterie côtière est d'empêcher la pénétration de navires ennemis dans la baie de Douarnenez, ce qui aurait permis un débarquement de troupes sur les plages de celle-ci.
Dans les faits, durant la Seconde Guerre Mondiale, cette batterie a été utilisée par l'armée allemande en soutien à la ligne de défense de Telgruc – Tal Ar Groaz les jours précédents la libération de la Presqu'île de Crozon. En effet, les chars américains arrivent ! Ainsi les quatre canons récemment changés (allemands désormais) orientés vers la mer, ont pivoté pour viser les terres. Les 4 canons d'origine de fabrication française de 164,7 mm ont été remplacés au cours du conflit par des canons allemands Krupp de 150 mm. Les canons français ont été immédiatement réemployés à la batterie de Kerbonn sous casemate SK.

Le Generalleutnant Erwin Rauch (1889-1969) se rend au Major Général Stroh dans la nuit du 17 au 18 septembre 1944. Le Général Allemand porte un pansement au menton suite à une légère blessure lors des dernières heures de combat. Il est le beau-frère de Rudolf Hess, Chef de la chancellerie du Reich.

Une plaque commémorative installée sur le toit bas du poste de commandement : "Ici le 18 septembre 1944 le 17th Cav. Squadron du 15th Cavalery Group 3D US Army Général Patton puis 9th US Army après de durs combats obtint la reddition du Général E. Rauch Commandant Adjoint de la forteresse de Brest. Bretagne reconnaissante. (Dalc'h sonj - Souviens-toi Ô Bretagne).

Dans les faits, Le Général E. Rauch (commandant de la 343 Infanterie Division), commandant en second de la défense de Brest s'est replié au Cap de la Chèvre avec 120 marins Allemands. Brest a effectivement vécu une lutte acharnée. Les Allemands reculent enfin, d'autres se rendent. Le commandement américain détache des troupes partielles pour délivrer la presqu'île. Le Général Allemand organise un baroud d'honneur sur le cap sachant que la cause est perdue. La défense allemande a craqué à Tal ar Groas, St Efflez... Les Américains avancent vite avec des blindés légers. Le cap a subi d'importants bombardements américains dont les traces sont encore visibles sur le terrain (nombreux cratères). Les Allemands capitulent aisément, ils sont coupés de leurs lignes, la Bretagne est pratiquement libérée.

Le prisonnier Erwin Rauch au camp de Clinton Mississipi USA.

L'escalier d'accès au poste de commandement est équipé d'une rampe qui permettait de monter ou descendre un projecteur pour éclairer l'activité nocturne de l'ennemi. Sur la droite de la photo, comme sur la gauche (non visible sur la photo) des petites salles utilisées comme soute à carburant et remise pour le matériel du groupe électrogène.

Détail de la rampe.

Juste en bas de l'escalier, dans l'axe, la salle dans laquelle était stocké le projecteur. Un couloir (non visible sur la photo) à droite mène à l'entrée du poste.

La pièce qui recevait le groupe électrogène placé sur la dalle en béton au fond, le passage à droite donne sur la pièce du projecteur.

La porte d'entrée du poste de commandement est une porte marine étanche possédant des verrous à serrage progressif  appliqué sur rampe. Des portes que l'on trouve sur les navires de guerre par exemple. Toutes les portes intérieures sont de ce type assurant un isolement temporaire durant une attaque ennemie.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

La Libération de Crozon et de Camaret-sur-Mer
Les Crozonaspis, une vie locale d'antan.
La pegmatite, la grotte du Charivari, l'îlot de la Baleine, le schiste rouge du cap de la Chèvre.
Le drame du Golo II.
Croiseur Amiral Charner - Kapitänleutnant Otto Hersing un héros douteux !
La belle histoire du Bel Espoir !
Auguste Labouret maître-verrier breveté !
La Villa Bellevue Peugeot de Morgat.
Marins de Crozon sur le Croiseur Ernest Renan.
Une modiste s'installe à Telgruc-sur-Mer.
CES le collège Alain de Crozon, quelle histoire ?
La niche votive des maisons nobles.
Visite médicale de l'armée en plein air.
Les conserveries de Morgat dont l'usine Poriel du bas.
L'aviso Détroyat porte les cendres de Jean Gabin en mer d'Iroise.
Les salles de danse des années tellement folles et son jazz révolutionnaire.
Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal et de son arrière petit fils Eugène-Hervé Vincent.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



talmadeen