Casemate anti-chars plage de Kerloc'h

Une casemate anti-tanks est une sorte de tobrouk (bunker individuel) de grande taille avec une demi-sphère rotative métallique apparente au ras du sol. Cette coupole (ici disparue) avait un petit canon prévu pour percer les blindages des chars. Le servant de tir accédait à son poste par un escalier descendant sous la coupole.

Subsiste le siège de la coupole. La Casemate est remplie de déchets végétaux et ménagers. Le soldat se tenait debout.

Ci-dessus un tobrouk tourelle de char complet sur les côtes du Nord de l'Europe.

Accès de la casemate.



Les vestiges de l'abri à mitrailleuse.

L'étrange bâti (juste derrière le pont) au bord du ruisseau du Kerloc'h est une station de garage allemande de la Seconde Guerre Mondiale qui permettait, pour l'essentiel, les vidanges des véhicules militaires. Le bâtiment est recouvert de végétation, cependant il est constitué de rampes en béton permettant de positionner les véhicules en hauteur. En contrebas, les mécaniciens passaient dans des pièces et des couloirs, sous les véhicules et ceci en position debout en toute facilité.

L'espace de tir de la casemate à coupole : la plage de Kerloc'h et au fond celle du Goulien.

Le point de défense codé Cr5 de la plage du Kerloc'h, sous son apparence anodine, constituait un lieu stratégique. Les Allemands estimaient qu'un débarquement de péniches transportant des chars était une hypothèse recevable. L'armée alliée aurait directement accédé à la départementale 8 en bordure de la plage, soit pour se diriger vers le commune de Crozon ou pour prendre la direction de la Pointe de Pen Hir avec la batterie de Kerbonn et Camaret et la batterie du Gouin. Ces deux batteries "monumentales" auraient été prises à revers avec facilité car l'armement était orienté vers la mer pour défendre la rade de Brest.

Le Nord de la plage du Kerloc'h fut équipé d'une casemate enterrée anti-chars avec sur sa droite un bâtiment léger pour mitrailleuse afin d'éviter le harcèlement de la casemate à coupole.

Enfin, une casemate perchée sur le bord du ruisseau du Kerloc'h , juste derrière le pont, qui devait avoir, entre autre, une fonction de régulation du niveau d'eau dans les étangs du Kerloc'h. Maintenir la zone inondée était un impératif.

Cette plage était truffée de moyens anti-débarquement et de mines et fut bombardée à la fin de la guerre par l'aviation américaine. Des cratères de bombes sont visibles sur le GR34 à proximité. Il n'y pas eu de débarquement, les chars américains sont venus de Crozon après les accrochages de Tal ar Croaz et ont libéré Camaret. Les 30 soldats Allemands des postes alentours ont fui vers Camaret pour certains, pour d'autres, ils ont été faits prisonniers.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Le Grand Magasin des Bassemaison
La singulière destinée du moulin de Rosmadec.
La publicité du C'Haludy.
L'évolution de la rue Charles Lévenes - Levenez.
Catapultage tragique sur le Friesenland en rade de Brest.
Maison des mareyeurs du peintre Scoriel, une histoire d'attachement.
Le Chanoine Joseph Bossennec un saint homme.
L'hôtel Moreau - Roi d'Ys d'un architecte révolté.
Fût à carburant de 200 litres historique !
Slipway de Camaret-sur-Mer - historique et origine.
Faits de résistance de Pierre Merrien, Stanislas Saint-Cyr
Mosaïque art-déco des devantures.
Le printemps 1942 de la Marie-Thérèse à Morgat
Piquet silencieux obstacle défensif de fils de fer barbelés
Des plages et des chiens...






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite