Camp de concentration de Watenstedt

Louis-Marie Vigouroux, né le 25 janvier 1920 à Crozon, décédé le 9 mars 1945 à Watenstedt (Allemagne) « Mort en déportation » par arrêté de la directrice générale de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre en date du 28 mars 2013. Monsieur Vigouroux est inhumé au cimetière de Crozon.

Photo d'un atelier de l'usine sous un jour de propagande.

Le camp de concentration de Watenstedt à Saltzgitter.
le KZ de Watenstedt/Leinde
KZ = camp de concentration
L'ensemble des travailleurs contraints portaient le nom de Kommando - Watenstedt Drütte.

Le camp de concentration de Watenstedt/Leinde est peu connu dans l'histoire de la seconde guerre mondiale sans doute parce qu'il s'agit d'un camp concentrationnaire "tardif" de travail créé en avril 1944 et occupé à partir de mai pour fournir de la main d’œuvre aux aciéries de Brunswick pour la fabrication d'obus. Le “Reichswerke Hermann Göring” en association avec le haut commandement de la Wehrmacht en était l'autorité suprême sous le terme de Braunschweig. Autrement exprimé, il s'agissait d'une organisation favorable à l'essor industriel allemand comme soutien à l'armée régulière. En réalité, c'était un camp de travail obligatoire réservé à 2000 hommes jusqu'en septembre 1944. Le nom donné à ce groupe de prisonniers selon les dénominations allemandes est : Kommando extérieur Watenstedt/Leinde. Le terme extérieur semble provenir du fait que ce camp était une des extensions administratives du camp de Neuengamme. A cette date le camp est agrandi et reçoit 800 femmes.
Les travailleurs forcés sont affectés aux ateliers 16 et 17 de l'usine d'armement distante du camp de 2 km. Le camp est clôturé électriquement et les conditions de vie sont difficiles : on y meurt de faim, d'épuisement, de mauvais traitements. L'unité SS, commandée par le SS-Scharführer Peter Wiehagen, sait que la fin de la guerre est proche. Ces soldats du pire ont peur, ils sont plus que jamais agressifs. Le nombre de prisonniers augmente jusqu'à 5000 en 1945. Tout particulièrement lors de la venue de plusieurs centaines de femmes juives provenant d'un autre camp. Leur état sanitaire est déplorable. Les SS cherchent à masquer leurs exactions en regroupant les prisonniers qu'ils n'ont plus le temps d'exécuter dans des camps ne disposant pas de chambres à gaz. Le camp de concentration de Watenstedt a une infirmerie de façade.

Ordre est donné de transférer le camp vers Ravensbrück dans la précipitation le 7 avril 1945. Les Américains approchent. Trois trains seulement emportent les malheureux dont certains tiennent à peine debout. Les SS laissent des morts derrière eux. Le voyage de 230 km dure 7 jours et fait de très nombreuses nouvelles victimes dans des wagons à marchandises couverts ou non. Les prisonniers sont entassés et meurent dans une lente agonie.

Quelques jours plus tard, les prisonniers aptes à marcher seront évacués à pied de Ravensbrück vers Wöbbelin surnommé le mouroir ou d'autres régions encore et seront libérés le 2 mai 1945 par l'armée américaine. Les SS ne savent plus que faire de leurs prisonniers, ordres et contre-ordres se croisent. La guerre s'achève le 8 mai 1945.

Parce-que l'horreur n'a pas de limite, le SS-Scharführer Peter Wiehagen participe à la pendaison de 20 enfants juifs dans une école de Hambourg (Bullenhuser Damm) le 21 avril 1945. Des enfants venus d'Auschwitz mais aussi des adultes cobayes pour des expériences sur le traitement de la tuberculose dirigées par le médecin SS Kurt Heissmeyer. Les alliés approchent, l'ordre est donné de supprimer toute trace de ce laboratoire humain. Les acteurs de ce crime de guerre, dont Peter Wiehagen, furent jugés et condamnés à mort au procès de Curio Haus, à Hambourg. Le 8 octobre 1946, fut la date de l'exécution.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.
Un proriétaire immobilier particulier : le docteur Bavay.
Villa de la famille Crouan puis Farge en Landévennec.
L'intrusion du 709th tank battalion.
Des chars fabriqués à Détroit, affectés à Fort Lewis, participent à la libération de la Presqu'île de Crozon.
Photos souvenirs des vacances de femmes des années 30 lors d'une crise d'indépendance. Elles ont passé la nuit à l'hôtel sans époux, quel scandale ! Un tourisme de liberté.
Mathurin Méheut peintre créateur d'images remarquables.
Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



Au delà du bout du monde...

Compatibilité SMS Féminisme