Canon 164,7 mm Mle 1893-1896 ou 16,4 cm kanone (E) 453 454 (f)

Dans les cades rouges, les versions originales du canon de 164,7 mm de marine. Avant la première guerre mondiale.

Disposition des canons sur le République et les navires de sa classe.

Version à terre sans blindage durant la guerre 14-18.

Version sur rails.

Version sur affût Schneider et roues.

Version avec blindage.

Version avec blindage sous casemate à Kerbonn en 1944.

Le canon de la marine française 164,7 mm Mle 1893-1896 fut un canon embarqué sur les plus gros navires croiseurs cuirassiers à titre de canon de second rang. Il s'insérait par deux dans des tourelles blindées sur les flancs des navires . Les canons de 300 mm de premier rang étaient à la proue et à la poupe (devant et derrière).

A la fin de cette ère maritime qui consacra le gigantisme, les canons avaient vieilli et ont été débarqués pour différents usages.
• Canon sur rail version TAZ Tir tous azimuts dans le cadre de l'ALVF artillerie lourde sur voie ferrée.
• Canon sur roue sur affût Schneider.
• Et en ce qui concerne, la presqu'île de Crozon, il fut présent en quatre exemplaires au cap de la Chèvre sous blindage dans des encuvements encore existants. Il fut aussi présent en quatre exemplaires sous blindage et casemates SK allemandes à Kerbonn toujours visibles. Deux batteries côtières disposées pour des tirs sur des navires croisant au large à une distance de 19 km (portée maximale). Des obus de 164.7mm variés de 50 à 52 kg selon les versions.

Lors de la seconde guerre mondiale, l'armée d'occupation allemande récupère le matériel français en modifie quelques aspects et renomme le canon : 16,4 cm Kanone (E) 453 et 454 (selon version) (f).

Dès la fin de la guerre, il est abandonné définitivement.

Il reste un demi fût brisé en bas de la falaise de Kerbonn visible à marée basse. Cette pièce aurait été projetée en dehors de sa casemate après le bombardement de celle-ci dont il ne reste que des blocs de béton éparpillés.

L'étrange calibre de 164,7mm part de l'histoire du canon de 30 livres...

Vestige d'un canon 16,4 cm (E) 453 qui, entier, faisait 7m42 de long.



Plus au Nord, dans des conditions similaires, un autre canon perdu.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

La Libération de Crozon et de Camaret-sur-Mer
Les Crozonaspis, une vie locale d'antan.
La pegmatite, la grotte du Charivari, l'îlot de la Baleine, le schiste rouge du cap de la Chèvre.
Le drame du Golo II.
Croiseur Amiral Charner - Kapitänleutnant Otto Hersing un héros douteux !
La belle histoire du Bel Espoir !
Auguste Labouret maître-verrier breveté !
La Villa Bellevue Peugeot de Morgat.
Marins de Crozon sur le Croiseur Ernest Renan.
Une modiste s'installe à Telgruc-sur-Mer.
CES le collège Alain de Crozon, quelle histoire ?
La niche votive des maisons nobles.
Visite médicale de l'armée en plein air.
Les conserveries de Morgat dont l'usine Poriel du bas.
L'aviso Détroyat porte les cendres de Jean Gabin en mer d'Iroise.
Les salles de danse des années tellement folles et son jazz révolutionnaire.
Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal et de son arrière petit fils Eugène-Hervé Vincent.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



talmadeen