Les canons obusiers américains de la WW2 lors de la libération











105mm M2.

L'howitzer 105 mm après guerre.

Version allégée : 105mm M3.

L'obusier de 105mm américain le plus utilisé à cette époque de la libération est le 105mm M2 construit à Rock Island Arsenal à partir de 1939 pour 10302 exemplaires. Portée de 11 km pour 20000 coups avant usure, 15 coups par minute. Servi par 8 artilleurs. Le camion de traction est le GMC CCKW 353 en général. Une version M2 A1 apporte quelques innovations mesurées. Le canon est monté sur quelques blindés tels que le M7 Priest et le T19. La 45ème Brigade d'Artillerie mobile l'utilise à St Efflez.





L'obusier de 155mm M1 construit à 6000 exemplaires porte à 15 km et est servi par 11 servants de pièce. Celui-ci est construit à partir de 1942 et remplit les mêmes fonctions que le 105mm. Ce nouvel obusier remplace le 155C mm Schneider français que les Allemands utilisent encore en presqu'île dans les batteries sous casemate 669. Les deux canons vont se confronter entre le 14 et 18 septembre 1944 sur la Presqu'île de Crozon. Le 28ème d'Infanterie s'en sert en batterie mobile à St Efflez.

L'armée américaine a utilisé les obusiers de 105mm et de 155mm pour progresser avec l'infanterie partout en France lors de la WW2 durant la libération. L'artillerie US mobile qui se présente en septembre 1944 est donc composée d'howitzers (obusiers) sur roues et tractés par des camions ou des véhicules blindés légers ce qui permet d'accompagner à la demande, la progression des troupes à pied. L'usage préférentiel d'un obusier est le tir en cloche à une distance modérée comme le fait le mortier à une distance courte. Un canon classique privilégie les tirs directs. Avant la seconde guerre mondiale, l'armée américaine achète des canons étrangers, bien souvent, tels que les canons Schneider mais pour asseoir une totale indépendance, l'entrée en guerre en 1940 est l'objet d'investissement spécifiquement américains.

La présence de ces obusiers se conrétise par l'intermédiaire de la 8ème Division d'Infanterie US pour la liération de "Crozon" et de ses alentours.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.
Un proriétaire immobilier particulier : le docteur Bavay.
Villa de la famille Crouan puis Farge en Landévennec.
L'intrusion du 709th tank battalion.
Des chars fabriqués à Détroit, affectés à Fort Lewis, participent à la libération de la Presqu'île de Crozon.
Photos souvenirs des vacances de femmes des années 30 lors d'une crise d'indépendance. Elles ont passé la nuit à l'hôtel sans époux, quel scandale ! Un tourisme de liberté.
Mathurin Méheut peintre créateur d'images remarquables.
Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



Au delà du bout du monde...

Compatibilité SMS Féminisme