Casemate SK variante Regelbau M270 Kerbonn en Camaret



Façade avant, côté mer d'une casemate SK.

La plate-forme métallique au sol est française, elle constituait la base du blindage du canon de la batterie avant 1939. L'armée allemande a conservé l'armement blindé tout en l'enveloppant d'une casemate en béton armé.

Façade arrière avec embrasure pour un canon de 7.5cm.



L'une des Casemates a été pulvérisée par une bombe américaine à l'été 1944 malgré ses 2 mètres d'épaisseur de mur en béton armé..

Une des casemates SK juste après guerre.

Le plan de base d'un bunker d'artillerie de marine M270 pour un seul canon. Geschützschartenstand 120°

L'adaptation en casemate hors norme (SK) pour deux canons diffère dans les aménagements. Le bunker est posé au sol tandis que le M270 est semi enterré. Perte du poste d'observation et de deux créneaux de défense, du sas anti-gaz...

La batterie côtière de Kerbonn d'origine française est remodelée par l'armée d'occupation allemande lors de la seconde guerre mondiale. Elle comporte 4 casemates (bunkers) SK dont le plan (regelbau) constitue une variante du type M (marine) 270. Ce sont donc des casemates de l'artillerie de marine allemande construites fin 1943 pour renforcer l'artillerie française réemployée sur place qui n'a que pour protection un blindage enveloppant inopérant contre un bombardement aérien.

L'appellation SK est l'abréviation du mot allemand sonderkonstruktion qui se traduit par hors norme. Le génie allemand responsable de l'implantation des défenses du Mur de l'Atlantique choisit dans un catalogue le modèle de blockhaus qu'il juge utile sur place mais s'autorise à apporter des modifications de dernière minute pour optimiser la défense.

Ainsi l'armée allemande élève 4 casemates hors normes à partir d'un plan de type M270 pour y ajouter une salle de tir arrière. Il y a donc deux canons dans ces casemates.
• Côté mer : canon de marine modèle 1893-1896 de 164,7mm KM,93-96 (f) – S.K.L./47 pour le tir sur navire de surface ayant une portée de 20 km.
• Côté terre : canon de 7,5 cm SHD K97 (fabrication française Schneider) monté sur affût crinoline (pied fixe boulonné au sol) pour du tir de proximité de type antichar.

Les plans de bunker n'ont eu de cesse d'évoluer durant la guerre selon l'expérience sur le terrain. Un bunker est une protection mais constitue aussi un handicap, il limite l'orientation des tirs à l'encontre de l'ennemi. Le regelbau M270 prévoit 120° d'angle de tir sur les 360° d'une orientation complète horizontale. Les 4 SK de Kerbonn, grâce aux canons arrières couvrent 120 autres degrés et évitent la mauvaise surprise d'une attaque de dos. Cette problématique de la limitation des orientations de tir va amener les ingénieurs germaniques à concevoir les premières casemates SK mobiles en rotation sur 360°. La guerre sera achevée avant que les modèles expérimentaux soient développés en grands nombres. Les casemates SK de la batterie de Kerbonn ont donc un grand intérêt du point de vue de l'archéologie militaire car elles font la charnière entre les blockhaus unidirectionnels et les blockhaus omnidirectionnels.

La casemate SK la plus au Sud qui est le musée de la marine marchande est elle-même une variante par rapport aux trois autres. Sa pièce de tir est en oblique.

Les casemates SK appartiennent à la M.K.B. Kerbonn (Marine Küsten Batterie "Kerbonn") codé Stützpunkt Cr346. Chaque casemate SK de Kerbonn est accompagnée d'un bunker de type regelbau R622 enterré qui sert d'abri aux servants de tir. Les artilleurs de marine de la 4ème compagnie de l'unité 262 de Brest passaient de leur abri 622 à leur casemate SK grâce à une tranchée spécifique.

< >







Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite