Mortier de 120mm français russe allemand ww2

Mortier russe 120-HM38 en situation de tir par les soldats Soviétiques lors de la WW2.

Attelage munitions en premier plan, attelage du granatwerfer 42 en second plan.





Le soldat américain Harry Stockov (1924 - 1976 Illinois) utilisant un mortier de 12 cm.







Le lien entre le tube et la platine de sol est une rotule à l'orientation aisée.

Le fond de contact au sol de la platine.

L'armée allemande sur le front russe est confrontée à des insuffisances matérielles qui lui coûte cher en terme de vies humaines et de développement stratégique. L'armée russe résiste grâce, en autre, à un mortier de 120 mm, puissant, rapide, inusable, le mortier 120-HM38 qui produit d'importants dégâts sur la troupe et les véhicules.

Les fantassins Allemands récupèrent autant de mortiers russes que possible et administrativement rebaptisent celui-ci granatwerfer 378 (r).

En 1942, l'armée allemande fait réaliser une version identique par les industries germaniques. Sa dénomination devient granatwerfer 42 (12 cm Gr W 42). Il est à noter que le modèle russe est lui-même fortement inspiré par un modèle français de 1935, le mortier Brandt 120 mm M35. Brandt, futur fabriquant de machine à laver ! Le mortier français est exporté en URSS mais en trop faible quantité pour assurer les besoins de l'armée rouge.

Le mortier a pour seul défaut celui d'enterrer sa platine de recul dans la terre à force de tirs répétés. Une version sera équipée d'un amortisseur, pour le reste il est « parfait », il projette des munitions de 15 kg en moyenne à 6 km environ. Des versions dérivées sont encore en fonction dans certaines armées. Avec ses 280kg, il est déplacé sur remorque attelée à la remorque de ses caisses à munitions, elle-même attelée à un camion ou un véhicule blindé léger.

La pièce d'appui à tir courbe (en cloche) est servie par 5 à 6 soldats. Les munitions sont à explosion, fumigène, gaz toxique.

Le granatwerfer 42 avait la possibilité de servir dans une casemate enterrée (de type tobruk) qui lui était dédiée, le modèle Vf79 renommé Bauform 218 au cours de la guerre lors des changements de norme.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Le four à chaux de la Fraternité.
L'attaque des bélugas au canon !
Un Farman Goliath dans l'Anse du Poulmic.
L'heureux krach boursier de 1929 vu de Roscanvel.
Le peintre Bernard Rivière devenu Camarétois !
Tuer le cochon à la ferme à l'ancienne comme autrefois.
Championnat d'anglais et de planche debout SUP !
Calfatage d'un bateau en bois par un calfat.
La Janine monument historique.
Nids d'abeilles sauvages solitaires dans une falaise maritime.
La pêche au casier une technique de pêche en évolution.
La vie engagée de Louis Prucser, moine, résistant, juste des nations, économat de l'école Jeanne d'Arc à Crozon.
Courrier d'un gardien du camp d'internés de Camaret.
La saga funéraire Donnart.
L'échouage du paquebot "Le Pérou"
Le mystère des ancres de Roscanvel.
CEC n°3 - CPEOM de Quélern.
Direction générale de l'enregistrement des domaines et du timbre
Les troupes américaines de la libération de Crozon.
15ème groupe motorisé de cavalerie US en Crozon avec des M8 lévriers.
Pétroliers ravitailleurs d'escadre la Seine et la Saône.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite