Ilot du Diable en Roscanvel Crozon

L'Ilot du Diable, l'usine électrogène à gauche dans un fossé, en pointe la casemate à projecteur. A droite le mur d'enceinte du Fort de la Fraternité. A l'horizon Camaret-sur-Mer. Par le passé, sur la Pointe du Grand Gouin, un projecteur antiaérien de la Flak et une batterie hors norme au coeur des combats lors de la seconde guerre mondiale.

La casemate du projecteur avec un mur de camouflage partiellement effondré. L'édifice est français (1912). Une casemate élaborée sur un plan modèle de base qui se retrouve ailleurs sur la côté comme à Plougastel par exemple.

La casemate française du projecteur vue de Camaret-sur-Mer. Derrière, le Fort de la Fraternité.



Le projecteur était monté sur rails pour être déplacé facilement. La platine tournante (disparue) permettait de déplacer le projecteur en angle droit. Le jour, le projecteur était dans une "remise" à l'abri des tirs et des intempéries, voire des grandes marées. La Nuit, le projecteur revenait dans la salle, le rideau métallique était ouvert et la lumière "courait" sur l'eau. Subsiste les guides du volet au plafond.

La pièce de jour du projecteur.

Le pont digue qui mène à l'Ilot du Diable avec l'escalier qui distribue un chemin protégé vers l'usine électrique visible. Aujourd'hui la digue est ruinée.

L'usine électrique.

L'usine est composée de deux pièces reliées par un couloir court.

L'usine est entourée d'un mur protecteur.

Les fenêtres de l'usine donnent sur le Fort de la Fraternité.



WC à la turque qui donne dans la mer.

Depuis les premières heures des fortifications de la côte de la Presqu'île de Crozon au 17ème siècle, l'Ilot de Diable est une batterie côtière sommaire de 4 canons.

Les aménagements "modernes" du 19ème transforment la batterie en lieu de surveillance nocturne de l'entrée de l'anse de Camaret. Un projecteur, au niveau de la mer, éclaire l'anse. Le projecteur était un feu de tir de 90 cm installé en 1884. Le projecteur est transféré l'année suivante au Fort des Capucins. En retrait, un bâtiment en béton qui était l'usine de production électrique permettant l'alimentation du projecteur de manière autonome. Ce projecteur était commandé électriquement à partir d'une plate-forme au sommet de l'îlot.

L'accès à l'Ilot du Diable se faisait par une passerelle digue pouvant conduire rapidement au Fort de la Fraternité.

En 1942, l'armée d'occupation allemande réaménage partiellement le site. Selon certaines sources, le projecteur allemand aurait été un 150cm, commandé à partir d'un poste d'observation sur la hauteur de l'îlot.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Le Grand Magasin des Bassemaison
La singulière destinée du moulin de Rosmadec.
La publicité du C'Haludy.
L'évolution de la rue Charles Lévenes - Levenez.
Catapultage tragique sur le Friesenland en rade de Brest.
Maison des mareyeurs du peintre Scoriel, une histoire d'attachement.
Le Chanoine Joseph Bossennec un saint homme.
L'hôtel Moreau - Roi d'Ys d'un architecte révolté.
Fût à carburant de 200 litres historique !
Slipway de Camaret-sur-Mer - historique et origine.
Faits de résistance de Pierre Merrien, Stanislas Saint-Cyr
Mosaïque art-déco des devantures.
Le printemps 1942 de la Marie-Thérèse à Morgat
Piquet silencieux obstacle défensif de fils de fer barbelés
Des plages et des chiens...






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite