Avion de servitude Junkers 88 – Ju 88

Ravitaillement d'un Ju 88.

Préparation de l'armement.



Illustration du cockpit d'un Junkers 88.

Cette photographie a été censurée par le service postal de l'armée allemande (Feldpost). Les immatriculations se rapportant à l'unité d'engagement ont été masquées afin de ne pas dévoiler le déploiement aérien à l'ennemi.

Photo : Seiler. Cette photographie de 1941 servit à la propagande afin de prouver la capacité industrielle de l'Allemagne en temps de guerre.

Quelques avions chasseurs bombardiers Junkers 88 (ou Ju 88) sont présents sur la base de Lanvéoc Poulmic lors de l'occupation allemande entre 1940 et 1944. La fabrication de cet avion de combat polyvalent dont la maniabilité était appréciée des pilotes, commence en 1939 et ceci pour 15000 exemplaires.

Plusieurs versions ont été conçues : l'avion de reconnaissance (ce qui pourrait être la version retenue à Lanvéoc en l’occurrence la version Ju 88D ), le torpilleur, le chasseur de nuit, le chasseur anti-bombardier, le bombardier de jour... Des bombardements en piqué, très efficaces.

Dans le cas des Junkers 88D, ce fut les premiers avions disposant d'un radar intégré... Jusqu'ici les radars étaient ajoutés par de savants bricolages.

A Lanvéoc, à l'époque, les Ju 88 sont utilisés en tant qu'avions de servitude c'est à dire qu'ils ne combattent pas mais remplissent des tâches complémentaires de service. Vraisemblablement des missions de reconnaissance. La reconnaissance consiste à survoler la mer et à détecter la présence de convois maritime anglais – français afin d'informer les états majors pour organiser une attaque dans les meilleurs délais.

Un autre appareil de servitude fut affrété à la base : l'Arado 196.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Michèle Morgan, Jean Gabin à Telgruc-sur-Mer
La villa Sévellec.
Emmanuel Macron un mutin gourmand.
La Maison du marin de Morgat.
Les plissements et grottes roses de Keric Bihan en Argol.
Le chantier naval Belbeoch de Morgat.
Voltigeur Mudry Cap 10 des poussins de l'escadrille 50S.
Naufrage du Galant Passeur.
Maison du garde-barrière de Telgruc, le modèle typique des PN.
Le palmier de Chine signe extérieur de bon goût 1930.
Un peu de clarté sur les prénoms bretons...
La rue du Pâl dite Grand-rue...
La vedette Diane Rouxel volontaire de la BAN de Lanvéoc Poulmic.
Hôtel le Repos de la côte
La dernière vie de Simon.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite