Les résidences occupées par l'armée allemande de 1940 à 1944

Un officier de la Luftwaffe, l'armée de l'air allemande, lors de la seconde guerre mondiale a pris des photos de son logement afin de les envoyer à sa famille en Allemagne. Cet aviateur, quand il n'était pas de service à la base de Lanvéoc Poulmic - Brest Sud, prenait ses quartiers dans une villa de Morgat. Les photos ne mentionnent pas le nom de la villa occupée. La guerre vue dans un tel confort fut tout à fait supportable voire agréable pour des militaires qui pensaient n'être que de passage en Presqu'île de Crozon avant de rentrer chez eux comme les héros d'une guerre sans combat.

Les logements occupés sont la conséquence de réquisitions décrétées par l'administration de l'armée d'occupation par le biais d'ordres sur bordereaux signés par le chef de la kommandantur. Contestation du propriétaire impossible sous peine d'emprisonnement à Quimper, voire pire en cas de violence. Par contre des dédommagements sont largement versés au début de la guerre. Avec le temps, les versements sont plus aléatoires, les fonds manquent. Les officiers occupent les villas, les manoirs, etc. Les sous-officiers les rez-de-chaussées de maisons cossues. La troupe occupe les écoles, les fermes, les casernements... Il y a des dégradations importantes parfois. Les meubles sont sortis dans la cour d'une ferme pour être transformés en mobilier de jardin. Progressivement, le bois de chauffe manque, les planchers et le mobilier sont consommés comme bois de chauffage. Les beuveries de certains soirs n'arrangent pas le décor.

Il ne faut cependant pas généraliser, certains occupants ont eu un comportement raisonnable et amical avec la population. Quelques cas d'amitiés réciproques améliorent l'image détestable de cette armée brutale. Une anecdote reflète la complexité des rapports entre la population terrorisée et leurs geôliers. Trois soldats Allemands occupent une ferme. La cohabitation est tendue, la nourriture manque pour tout le monde. Un jour enfin, les Allemands annoncent leur départ, ils sont atterrés. Ils vont sur le front russe. Avant de partir, l'épouse du fermier leur propose une collation avec de la nourriture cachée et des verres d'alcool. Elle lance à la famille : « On ne va pas les laisser partir comme cela tout de même ! »

La maison ci-dessus porte la mention QG Poulmic aux dos des photos. Un officier au moins de l'état major de la base du Poulmic y a donc séjourné. Le QG du Poulmic a logé, par exemple, quelques temps à Camaret, dont une villa de Kerbonn. Le site étant exposé aux bombardements, un déménagement s'en est suivi. Connaissez-vous cette maison qui peut être n'importe où sur la presqu'île, si elle existe encore ? Acceptez de la situer dans le champ ci-dessous, anonymement. Si vous souhaitez une réponse personnalisée, une adresse courriel est à votre disposition en bas de page. D'avance merci...




< >







Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite