Tante Yvonne - Le Roux - réseau Johnny - Résistance



Le réseau Johnny dont fait partie "Tante Yvonne" a pour mission essentielle d'informer les services secrets britanniques de l'activité portuaire de la marine allemande dans le port de Brest durant la Seconde Guerre Mondiale. Madame Yvonne le Roux (née Rossel – 1882 – séparée d'un officier torpilleur sur le Suffren) devient un agent capital à propos des déplacements des deux croiseurs de bataille allemands Scharnhorst et Gneisenau qui écument les convois de ravitaillement de l'Atlantique Nord et de la Manche.

Quand Tante Yvonne et les résistants du groupe Johnny préviennent par radio la venue en escale technique des deux navires de guerre. L'aviation anglaise (RAF) entame des bombardements interminables sur le port de Brest. Des renseignements jugés hautement fiables par les Anglais, que Tante Yvonne savait glaner auprès de personnes ayant des postes stratégiques. Des informateurs parfois à leur insu, parfois Pétainistes en apparence...

Tante Yvonne trouvait cette information et recrutait des agents pour l'aider. Elle avait un caractère bien trempé et une intuition affûtée dans ses recrutements.

Les faits les plus connus à l'actif de Tante Yvonne  et de son groupe :

• Trois sous-marins allemands doivent quitter Brest. Tante Yvonne transmet l'info à un radio qui prévient l'amirauté britannique. Les trois sous-marins seront coulés.

• Le croiseur Gneisenau sera touché dans le port de Brest le 6 avril 1941 par une torpille de l'un des 178 bombardiers de la RAF engagé cette nuit là. Tante Yvonne parvient à communiquer sur l'importance des dégâts et la durée des réparations étape par étape. Le navire sera touché par 3 bombes le 10 avril et ne pourra jamais être réparé complètement.

Le Scharnhorst suivi du Gneisenau remontant la Manche.

• Tante Yvonne a été l'une des sources qui a averti les Anglais d'un projet de fuite des croiseurs allemands. La fameuse mission Cerberus (Channel Dash selon les Anglais) qui permettra à la marine allemande de se désenclaver de Brest. Elle donnera le jour du départ du convoi et l'heure prévue, soit une heure après le dernier bombardement de la nuit. L'information sera complétée par des précisions d'importance, le convoi se composera de 32 vedettes lance-torpilles, 14 torpilleurs, 6 destroyers et d'un appui aérien composé de plusieurs centaines d'avions de chasse. Un troisième croiseur lourd, le Prinz Eugen, est présent. Toute la marine allemande de l'Atlantique Nord s'apprête à rejoindre les ports germaniques. Hitler renonce aux opérations dans l'Atlantique. Du 11 au 13 février 1942, cette flotte passera la Manche malgré le minage et les bombardements anglais. Peu de dégâts côté allemand...

• Tante Yvonne informait aussi les services britanniques de l'activité de la DCA (Flak).

• Cette résistante a réussi à obtenir un échantillon d'un nouveau fumigène que les Allemands utilisaient pour générer un brouillard artificiel et organiser ainsi les déplacements de navires de surface sans être vu. L'armée britannique produira rapidement cette composition pour protéger leurs installations portuaires.

• Participation aux rapatriements des pilotes alliés vers l'Angleterre. Evasions des pilotes Anglais et Américains.

Tante Yvonne était convaincue qu'il y avait un traître dans son groupe et va aller à Paris pour obtenir une condamnation à mort de celui-ci. Elle n'a pas été écoutée. Assez rapidement le réseau Johnny est décimé. Sur les 197 agents reconnus, 53 vont être tués, 60 déportés dont Tante Yvonne qui sera arrêtée et déportée à Neuengamme puis Ravensbrück le 22 avril 1942. Elle mourra le 28 avril 1945, quelques jours après son retour d'Allemagne, à Paris, de dysenterie et d'épuisement après trois ans de captivité épouvantable.

Une plaque commémorative rue Tante Yvonne à Morgat.

Winston Churchill justifiant dans la chambre des Communes l'échec de la destruction de la flotte allemande en Manche «ce n'est pas notre service français de renseignements qui était en défaut»... Une reconnaissance magistrale de l'efficacité de Tante Yvonne et du réseau Johnny.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

La Libération de Crozon et de Camaret-sur-Mer
Les Crozonaspis, une vie locale d'antan.
La pegmatite, la grotte du Charivari, l'îlot de la Baleine, le schiste rouge du cap de la Chèvre.
Le drame du Golo II.
Croiseur Amiral Charner - Kapitänleutnant Otto Hersing un héros douteux !
La belle histoire du Bel Espoir !
Auguste Labouret maître-verrier breveté !
La Villa Bellevue Peugeot de Morgat.
Marins de Crozon sur le Croiseur Ernest Renan.
Une modiste s'installe à Telgruc-sur-Mer.
CES le collège Alain de Crozon, quelle histoire ?
La niche votive des maisons nobles.
Visite médicale de l'armée en plein air.
Les conserveries de Morgat dont l'usine Poriel du bas.
L'aviso Détroyat porte les cendres de Jean Gabin en mer d'Iroise.
Les salles de danse des années tellement folles et son jazz révolutionnaire.
Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal et de son arrière petit fils Eugène-Hervé Vincent.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



talmadeen