Timbres et affranchissements sous l'occupation allemande WW2

La Semeuse qui sème le grain à contre-vent est une création allégorique d'Oscar Roty et une gravure de Louis-Eugène Mouchon. L'idée de la France et de ses prodigalités indéfectibles. Un symbole de la république française de 1903 qui se retrouvait aussi sur les pièces de monnaie durant des décennies jusqu'à l'avènement de l'euro. Le timbre ici présenté est la version semeuse camée c'est à dire dont le fond est uni. Il a existé parallèlement une version lignée, avec le dessin d'un soleil à l'horizon. La mention 10c est la valeur monétaire (10 centimes d'ancien franc) du timbre qui permettait d'envoyer une lettre ou une carte postale par la poste. La mention Argol est le nom du village de départ du courrier. En temps de paix, l'oblitération était un cachet circulaire portant le nom de la commune et la date d'oblitération pour éviter qu'il ne soit décollé et réutilisé.



Les mineurs sont un timbre dessinés par Henry Lucien Cheffer peintre graveur Français. Cet artiste eut une réputation mondiale et créa les dessins de plusieurs papiers monnaies pour différentes banques nationales. Ce timbre d'une graphie très moderne pour l'époque fut en vente entre le 17 mai 1941 et 16 août 1941. Dans le cas présent, l'utilisateur a envoyé son courrier à la poste de Morgat, un courrier plus lourd que la norme nécessitant un affranchissement d'1 franc (valeur faciale rectifiée). Le timbre des mineurs avait été prévu pour un usage de 2fr15.











Chancelier Hitler.

1 Pfennig 1 centième de Mark depuis les années 1920 jusqu'à l'Euro. La valeur des timbres sous l'occupation avait pour unité le pfennig - Pfg, l'équivalent du centime ou cent français.

Maréchal Pétain.

L'administration allemande lors de l'occupation de la France et donc de la presqu'île de Crozon, s’immisce jusque dans les PTT, postes télégraphes et téléphones, l'organisme d'état qui distribue le courrier, les télégrammes papiers et les appels téléphoniques.

Si les timbres d'impression française sont autorisés, ils sont oblitérés à « l'allemande ». Sans oublier les bureaux de censure plus ou moins discrets, plus ou moins officiels. Le tampon allemand porte deux symboles, l'aigle du saint empire germanique auquel s'ajoute la croix gammée du 3ème Reich.

Pour mémoire :
Côté allemand.
Après la république de Weimar, la Reichpost (poste de l'empire) devient une entreprise étatique en 1924 de sorte que progressivement cette dépendance de l'Etat contraint l'organisme à accepter les directives politiques et partisanes. Il est donc demandé à la Reichpost de se moderniser, d'être rentable mais aussi d'être partie prenante de l'absorption du chômage endémique de l'Allemagne qui glisse vers le nationalisme exacerbé.

En 1929, la Reichpost est contrainte de se séparer de plus de 25000 employés pour cause de crise mondiale ce qui est du plus mauvais effet dans l'esprit de la population. Ce sont les femmes fonctionnaires qui sont davantage touchées bien qu'une loi de 1932 impose que soit considérée la situation financière de chaque fonctionnaire afin de n'en mettre aucun dans la précarité.

30 janvier 1933, Hitler est nommé chancelier de l'empire allemand. L'ancien ministre de la poste (Eltz-Rübenach) est reconduit dans ses fonctions dès lors son adhésion au parti nazi se fait « naturellement ». En 1937, un secrétaire d'état propagandiste du IIIème Reich est nommé : Wilhelm Ohnesorge. Il est à l'origine de tous les timbres nazis...

Côté français.
En 1929, un ministère de la poste est créé (sous l'acronyme P.T.T.) dont le ministre fut Germain Martin. Dans les premiers temps de la guerre, sous le gouvernement de Vichy, un secrétaire d'état de la poste est nommé pour assurer le lien entre Vichy et les autorités allemandes de Paris. Après quelques changements de personnalités politiques, Vincent Di Pace (conservateur), du 20 décembre 1940 jusqu'au 25 août 1944, est responsable de l'application des directives de l'armée d'occupation. Une régulation du courrier sous censure, l'interdiction d'employé du personnel juif...

Durant la seconde guerre mondiale, la moitié des timbres français célèbre le « génie français » et les personnalités du passé ainsi que le président de la république en fonction ce qui est une entorse à la règle. Le maréchal Pétain ne manque pas d'être représenté en civil ou en uniforme.

En Allemagne, la tendance générale est la représentation d'Hitler sous toutes ses formes jusqu'aux timbres de la jeunesse hitlérienne, du parti... Pour les timbres à caractères culturels, la sélection y est drastique et se doit d'être compatible avec l'idéologie nazie. Schiller, Wagner sont appréciés...

En Autriche la diffusion des timbres se fait sous l'égide de l'Empire allemand. Le nom de la nation est effacé.

Les colonies françaises balancent entre la France libre et le respect envers Vichy. Selon l'importance des menaces, les timbres changent d'imageries.

Plusieurs campagnes de propagande déteignent sur les compositions philatéliques  : l'homme nouveau, le soldat invincible... La femme nouvelle quant à elle est maternelle et travaille en usine pour la nation.

Marianne revient en 1944 en compagnie du Coq d'Alger (relatif au gouvernement provisoire d'Alger).

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

La Libération de Crozon et de Camaret-sur-Mer
Les Crozonaspis, une vie locale d'antan.
La pegmatite, la grotte du Charivari, l'îlot de la Baleine, le schiste rouge du cap de la Chèvre.
Le drame du Golo II.
Croiseur Amiral Charner - Kapitänleutnant Otto Hersing un héros douteux !
La belle histoire du Bel Espoir !
Auguste Labouret maître-verrier breveté !
La Villa Bellevue Peugeot de Morgat.
Marins de Crozon sur le Croiseur Ernest Renan.
Une modiste s'installe à Telgruc-sur-Mer.
CES le collège Alain de Crozon, quelle histoire ?
La niche votive des maisons nobles.
Visite médicale de l'armée en plein air.
Les conserveries de Morgat dont l'usine Poriel du bas.
L'aviso Détroyat porte les cendres de Jean Gabin en mer d'Iroise.
Les salles de danse des années tellement folles et son jazz révolutionnaire.
Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal et de son arrière petit fils Eugène-Hervé Vincent.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



talmadeen