Dixmude - L'honneur des fusiliers marins français

L'armée allemande envahit la Belgique afin de basculer ses troupes dans le Nord de la France et prendre le contrôle des ports de la région pour éviter que l'armée française puisse avoir des contacts avec l'Angleterre. 6000 fusiliers marins français sont cantonnés dans la ville de Dixmude en Belgique, passage obligé pour envahir la France. Face à eux 30 000 soldats Allemands qui pilonnent et attaquent dès le 14 octobre 1914. Pendant dix jours les combats se feront au corps à corps avec des pertes importantes du côté français.
Heureusement, la ville de Dixmude est traversée par le fleuve Yser dont le débit est contrôlé par des écluses. Ces écluses sont levées le 26 octobre 1914, la ville côté allemand est envahie par les eaux, les tranchées sont inondées, les troupes allemandes sont bloquées. Côté français, un parapet protège partiellement les fusiliers marins qui de toutes les manières sont avant tout des marins. Radeaux de fortune, embarcations improbables permettaient aux français d'alimenter le front. Les combats se poursuivront dans l'horreur. Néanmoins les Allemands n'arrivent à rien de décisif. Cette protection d'eau et de boue bloquera définitivement les allemands. 3 à 4000 fusiliers marins sont morts durant 25 jours de combat.
Parmi les victimes :
Joseph Derrien mort le 27 octobre 1914 à l'âge de 28 ans, inhumé au cimetière de Crozon.



Destins de guerre

13ème RIC

Sous -marin Germinal

Dixmude

Tahure

La Fronde

Débarquement d'Athènes

3 frères morts pendant la grande guerre

Croiseur Ernest Renan

Cuirassé Suffren

Le Bouclier

El Ksiba Maroc

Le Sfax

Cargo le Granville

Camp de Watenstedt

Résistant 18 ans fusillé

Bombardement de Telgruc

Mémorial de l'aéronautique

Résistance à Camaret

Réseau Vengeance

Commandant L'Herminier

Tante Yvonne

Maquis de Spezet

La Croix de Pen-Hir

Les tombes du Commonwealth de : Camaret - Crozon - Lanvéoc - Roscanvel



Page récente :

Démolition de la chapelle de Morgat.
Les batteries haute et basse du Kador en Morgat.



Une information, une demande :

© 2019