Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944

Dès le début de la seconde guerre mondiale, l'aviation anglaise bombarde régulièrement Brest et dans une moindre mesure Lanvéoc et sa base aéronavale. L'Etat major allemand se voit contraint d'augmenter le nombre de batteries antiaériennes pour se défendre. Trois lieux de renfort sont choisis : Grand Launay, Maison Blanche, Botsand (Botsant). Ce sont des batteries de campagne (sur terrain sans aménagement en dur) équipées de canons qui sont susceptibles d'être déplacés rapidement selon les nécessités.

Sur le site de Botsand s'installe une batterie déplacée provenant de Roscanvel : la 5./Marine-Flak-Abteilung 804 commandée par l'Oberleutnant (M.A.) d.R. Ludwig Horn. Batterie équipée de 9 canons de 2 cm Flak 30 rapidement remplacés pour plus de capacité de destruction par 9 canons de 4 cm Flak 28 Bofors. Eux-mêmes vont devenir insuffisants face aux blindages croissants des avions anglais.

Après le bombardement du 23 septembre 1943, la préfecture de Quimper ordonne l'évacuation des civils proches des batteries et de la base. Le hameau de Botsand se vide. Quelques vaches restent sur place.

La batterie de Kertanguy n'est pas performante. Peu réactive, peu efficace fréquemment bombardée sans réplique suffisante, le commandement allemand décide de refondre la batterie de Botsand début 1944 alors qu'un débarquement allié devient probable. L'équipage de la batterie de Trébéron équipée de canons 8,8 cm est redisposé sur Botsand mais avec à disposition, en remplacement, 4 canons de 10,5 S.K.C/32 in M.L.P.C. Les choses se font à la va-vite. Seules des dalles en béton sont coulées pour poser les canons et en assurer la stabilité. La batterie est composée de 120 marins ( 1./Ma.Fl.A.803 ) commandé par l'Oberleutnant (M.A.) d.R. Heinrich Grimm et opère des tirs de plus en plus fréquents à l'égard des avions américains ou anglais. Le niveau de réaction dès l'instant que les sirènes d'alerte sonnent sur Lanvéoc est très efficace. Les rares agriculteurs qui viennent surveiller les vaches une ou deux fois par jour jettent un œil sur la batterie. Parfois un soldat, demande du lait. Difficile de dire non car la tension est palpable. Un parfum de fin de guerre se diffuse – chacun à peur, soldats Allemands comme les civils.

25 août 1944, la Task Force B (unités américaines composites) déloge les soldats Allemands de la presqu'île de Plougastel. Ils ont une vue imprenable sur la presqu'île de Crozon encore occupée.

Quelques jours plus tard, le général Rauch, commandant une troupe allemande de 12000 hommes en presqu'île fait une tournée d'inspection dans toutes les batteries et passe donc à Botsand avec pour seule consigne, tenir jusqu'à la mort. Chaque groupe d'artilleurs réagit en fonction de son commandant. L'oberleutnant Grimm va vouloir aller jusqu'au bout.

1er septembre 1944. L'artillerie américaine du 8ème corps d'armée opère ses premiers essais pour ajuster les tirs. Des obus tombent au milieu de nulle part pouvant atteindre des civils.

8 septembre 1944, des chasseurs bombardiers Thunderbolt propagent la terreur. Cette fois les derniers habitants, ceux qui ne voulaient pas quitter leur ferme, les plus âgés souvent, les impotents, les malades, fuient. Botsand est complètement vide, les autres hameaux aussi. Les soldats Allemands facilitent les départs la gorge serrée car eux doivent rester.

14 septembre, des obus américains de réglage tombent sur Kernaval là où des habitants de Botsand s'étaient réfugiés, certains y meurent.

Des résistants étaient venus il y a peu de temps demander où se situait la nouvelle batterie de Botsand aux paysans. Ceux-ci avaient expliqué ce qu'ils avaient entrevu, les canons, les barraquements en bois... Une batterie dépouillée sans bunker. L'état major américain sait donc tout de la batterie et connaît sa « réputation ». Il pleut des obus désormais sur la batterie codée Wn. Cr317 – nom de code Enterbeil (ex-Richard). Les Allemands meurent les uns après les autres jusqu'à la nuit du 16 au 17 septembre durant laquelle l'évacuation est ordonnée. Il reste un seul canon de 10,5cm en état et les pertes humaines sont très élevées.

Le 18 septembre Rauch se rend au Cap de la Chèvre avec une légère blessure à la mâchoire inférieure, rien qui ne soit mortel. Le 19, la presqu'île est libérée.

La batterie antiaérienne de Botsand laisse quelques vestiges à l'Ouest du hameau à cheval sur la route qui mène au carrefour de la Maison Blanche.

48° 16' 8.42" N
4° 25' 45.93" O

Les unités d'artillerie de marine de Botsand appartiennent au 24ème régiment d'artillerie de marine renommé ensuite IIIème brigade d'artillerie de marine.
Marine-Flak-Abteilung 803 (Brest) – le 1er groupe est en presqu'île
Marine-Flak-Abteilung 804 (Brest) – les groupes 1 à 7 sont en presqu'île
Marine-Flak-Abteilung 805 (Brest)
Marine-Flak-Abteilung 811 (Brest)

En 1940, ces détachements sont motorisés puis perdent leurs véhicules pour devenir des batteries fixes.



Mur de l'Atlantique

Saint Efflez

Capitulation

Wn Cr6 Abris de Kersiguenou

Appontement pte des Espagnols

Batterie antiaérienne de Cornouaille

Poste de tir des mines de Cornouaille

Batterie antiaérienne pointe des Espagnols Cr332

SeeTakt C 42 - Position radar Cr42

Batterie antiaérienne de Botsand

Batterie antiaérienne de Kertanguy

Batterie du Menez Caon

Station radar du Menez Luz

Détails de mission du bombardement du 3 septembre 1944

Pourjoint

Cap de la Chèvre

Gouin

Petit Gouin

Aber

Bunker 669

Bunker 668

Bunker 638

Bunker 636a

Bunker 621

Bunker 501 et 502

Bunker VF2a

Bunker tobrouk Vf25

Bunker tobrouk Vf8 58 c & d

Mg-stand multi-créneaux

Bunker wellblech - tôle métro Vf1b

Kabelbrunnen - puits à câbles

Marquages bunkers

Bunker aux croisements

Portes et créneaux de bunker

Tranchées

Blockhauss Crozon

Goulien

Wn Cr7 Kersiguénou Sud

Wn Cr? Pointe de Trébéron

Infirmerie Crozon

Kergalet

La Palue

Penaros

Wn Cr5 Kerloch

Wn Cr323 Batterie antiaérienne Saint Jean

Wn Cr330 Batterie antiaérienne Pont-Scorff

Wn Cr354 Batterie antiaréienne de Trébéron

Wn Cr507 Station radio Kervenguy

Kriegsfischkutter

Morgat

Pointe du Menhir

Porte de Crozon

Rulianec

Bunkers de Telgruc

Défense allemande de Telgruc

Les caissons du Fret

Canon 164.7mm

Vestige de canon

Cantine allemande

Cartouche 12.7mm

Duc d'albe de Lanvéoc

Encuvement 2cm flak

Encuvement fl243a

Encuvement fl307

Torpedobatterie Pointe Robert

Torpedobatterie de Cornouaille

Baril

Mkb Kerbonn

Moulins de Kerret

Munitions historiques

Piquets

Poutrelles

Stutzpunkt de Roscanvel

Tetraedre

Asperges de Rommel

Obstacles anti-débarquement en bois

Porte belge - porte Cointet

Les citernes

Le Fret quartier sanitaire allemand

Vedette fluviale - Flugbebriebsboot

Patrouilleur d'avant-poste - Vorpostenboot

Escadrille E6 ou 6e et hydravions Latécoère 521-522-523

Küstenfliegergruppe 406

Spitfire Mk Ia PR P9385

Avion fusée Messerschmitt 163 Komet

Aérodrome leurre

Stations de radio guidage allemandes

Position d'un projecteur de 60cm Flak-Sw 36

Mines allemandes

Radar et écoute acoustique

Embase béton de canon Flak 2cm

5e Panzerdivision

°°°

FORTS FORTIFICATIONS BATTERIES DE COTE AVANT 1939

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE



A la une :

Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021