La batterie antiaérienne de Kertanguy la mystérieuse

La batterie de Kertanguy du nom du hameau où elle se situe en Lanvéoc a gardé quelques étrangetés qui reflèteraient bien toute la complexité des mentalités des soldats Allemands de la seconde guerre mondiale. Cette batterie est un exemple de modernité pour l'époque avec 6 canons de 10,5cm antiaériens en encuvements en béton dédiés. Dirigé par un poste de tir et un radar et soutenu par 2 canons antiaériens de 2cm. La batterie est vaste, dotées de bâtiments en bois et de bunkers. C'est un « hameau hautement militarisé » au bord des pistes de la base de Lanvéoc-Poulmic qui se trouve à la fois utile pour défendre la base occupée par l'armée allemande et aussi disponible pour tirer sur les avions alliés qui s'en retournent sur Brest avant de repartir vers l'Angleterre vidés de leurs bombes.

Cette batterie optimisée est servie par l'unité de 2./Ma.Fl.A.804 – 2. Marine-Flak-Abteilung 804 appartenant au 24ème régiment d'artillerie de marine dont le commandement est à Brest. Il s'agit d'une batterie déplacée qui se situait au fort de Quélern durant les premières semaines de l'occupation avec un équipement de 4 canons de 8.8cm et 2 de 2cm. Un lieu où il ne se passait pas grand chose alors que la base de Lanvéoc était souvent survolée sans forcément être bombardée. C'est à ce titre que l'état major allemand déplace plusieurs batteries éparpillées en presqu'île vers la base.

Les habitants de Kertanguy ont quelques contacts avec cette batterie entourée de barbelés et de mines. Les cuisines de la batterie ne sont pas encore construites et les baraquements des logements ne sont pas encore achevés. Certains soldats Allemands résident chez les Lanvéociens et d'autres viennent dans les fermes pour s'alimenter. Ils font aussi l'achat de 4 bouteilles de vin chacun et par semaine dans les débits de boissons. Rien que des bonnes bouteilles de bordeaux et de bourgogne, jamais de gros rouge. Ils ont le droit à 4 litres de limonade hebdomadaires. Ces soldats sans être sympathiques ne sont ni renfrognés, ni hautains et leurs comportements ne sont pas ceux de va-t-en-guerre comme dans quelques autres batteries. Les aménagements de Kertanguy s’accroissent pour améliorer le confort des 150 marins qui y vivent en permanence surtout quand les cuisines sont enfin opérationnelles. Un radar est installé en 1942.

Quelques rumeurs se font entendre, vraies, fausses, personne n'en sait rien, mais il y aurait peut-être eu des déserteurs. On ne sait pas mais on en parle dans les bistrots de Lanvéoc. Certains marins Germaniques disent « pas bon la guerre pour personne ! » quand ils rencontrent les habitants.

Pendant la présence des croiseurs allemands dans la Rade de Brest jusqu'en février 1942, la batterie de Kertanguy est active. Puis jusqu'en septembre 1943, la Rade étant vidée des navires essentiels de la marine allemande, les alertes sont moins fréquentes.

Le 23 septembre, un premier bombardement lourd anglais occasionne des dégâts civils autour de la base. Suite à cela la préfecture de Quimper ordonne l'évacuation des civils qui n'est pas complètement effective.

Le 8 octobre, vers 16 heures, de nouveaux bombardements lourds surviennent dont la plupart des bombes explosent hors base sur des quartiers habités. Le hameau de Kertanguy est touché, des maisons sont abîmées. Les jours qui suivent cela se reproduit. Les habitants de Kertanguy quittent leurs habitations avant que la kommandantur de Lanvéoc ne décrète l'évacuation le 29 octobre.

A nouveau les bombardements sont moins fréquents début 1944. La nouvelle version de la batterie de Botsand épaule la batterie de Kertanguy avec densité.

Dans la nuit du 7 au 8 mai 1944, 6 Mosquito et 57 Lancaster du 83ème squadron du Bomber Command de la RAF, larguent vers minuit passé 300 tonnes de bombes sur la base. Quelques bombes tombent à côté. Un seul Lancaster est abattu, l'équipage est inhumé dans le cimetière. Kertanguy semble avoir été dépassé par les évènements. Les hangars de la base sont détruits.

Désormais les missions de destruction anglaises se répètent. Les Anglais avaient pour stratégie de ne pas trop abimer la base dans l'éventualité d'un réemploi après le débarquement. Les Américains ordonnent la destruction avant l'arrivée des troupes américaines à Brest et en presqu'île. A partir du 8 mai la batterie de Kertanguy réagit plus mal encore aux alertes. Les cadences de tir des canons sont en dessous des moyennes habituelles. A la libération, quand des maquisards viennent récupérer les 150 artilleurs ceux-ci se rendent avec le sourire, le 17 septembre, sans aucune résistance. Les Américains du 28ème Régiment d'infanterie sont eux-mêmes stupéfaits. Les canons ne sont pas usés comme peuvent l'être les canons du Grand Gouin.

Quel est donc ce mystère de ce peu d'entrain guerrier alors que des unités similaires appartenant au même régiment avait débordé d'activité ?

Il existe une histoire basée sur des on-dit qui expliquerait cette relative léthargie sans pour autant être assuré de la moindre certitude. Au cœur de la batterie des six canons disposés en cercle est enterré un petit bunker d'une seule pièce accessible par un escalier descendant. Des hommes si seraient trouvés confinés pour y être interrogés. Y-avait-il des soldats de la batterie dont le comportement n'avaient pas été approuvés par la hiérarchie ? Y-avait-on interrogé des prisonniers indisciplinés travaillant à la base de Lanvéoc-Poulmic ? Y-aurait-il eu des reprises en main de certains aviateurs connu pour leurs dépassements de la mesure ? Une rumeur parle d'un certain Pierre qui aurait été libéré par les maquisards le 17 septembre – il se dit qu'il n'était pas de Lanvéoc mais que c'était un personnage important, d'autres supposent qu'il s'agissait d'un agent double...

Tous les soldats Allemands n'étaient pas nazis de sorte que des actions punitives, des interrogatoires poussés jusqu'à la torture auraient pu déstabiliser les artilleurs qui en désaccord avec ces agissements auraient marqué leur réprobation en étant moins engagés dans leurs actions de défense. D'habitude les personnes arrêtées étaient emmenées à Châteaulin pour les faits mineurs et à Quimper pour les affaires jugées sérieuses. Peut-être que certains sombres dossiers étaient traités en dehors des créneaux administratifs qui se traduisaient toujours par des rapports détaillés. Quelle que fut la véritable histoire de Kertanguy, cette batterie reste à part dans son action limitée.

La batterie était commandée par le Kapitänleutnant (M.A.) d.R. Joachim Ziemer.
6 canons de 10.5cm S.K.C/32 nL. In M.P.L.C/30 dans 6 encuvements en béton Fl243a.
2 canons de 2 cm Flak 30.
1 radar Fu.M.O. 213.
1 kommando Gerät 41 L sous coupole blindée – Bunker avec appareil de direction de tir.
1 bunker énergie.
Des bunkers soutes.
2 bunkers tobrouk pour mitrailleuses MG.
Des barraquements – douches – cuisines – cantines – réserves d'intendance – armurerie – services administratifs – garage, etc...
Et ce petit bunker central officiellement dédié aux transmissions et qui aurait reçu un certain Pierre et bien d'autres « invités » avant lui...
Nommée M.F.B. Nanni à Quélern et Zander à Kertanguy – Code radio Wn. Cr 309.

Les vestiges de la Batterie de Kertanguy sont répartis sur plusieurs propriétés privées actuellement. On distingue en bord de route une cuve Fl243a.

48° 17' 8.94" N
4° 26' 46.91" O



Mur de l'Atlantique

Saint Efflez

Capitulation

Abris de Kersiguenou

Appontement pte des Espagnols

Batterie antiaérienne de Cornouaille

Batterie antiaérienne pte des Espagnols

Batterie antiaérienne de Botsand

Batterie antiaérienne de Kertanguy

Pourjoint

Cap de la Chèvre

Gouin

Petit Gouin

Aber

Bunker 669

Bunker 638

Bunker 621

Bunker 501 et 502

Portes et créneaux de bunker

Blockhauss Crozon

Goulien

Infirmerie Crozon

Kergalet

La Palue

Penaros

Kerloch

Morgat

Pointe du Menhir

Porte de Crozon

Rulianec

Telgruc

Les caissons du Fret

Canon 164.7mm

Canon de 95mm

Vestige de canon

Cantine allemande

Cartouche 12.7mm

Duc d'albe de Lanvéoc

Encuvement 2cm flak

Encuvement fl243a

Pointe Robert

Baril

Mkb Kerbonn

Moulins de Kerret

Munitions historiques

Piquets

Poutrelles

Stutzpunkt de Roscanvel

Tetraedre

Les citernes



A la une :

Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Jean Ménez - un grand souvenir.
Villa Trombetta en béton armé.
Chemins de service de l'armée française.
La mousse blanche sur des plantes, danger ou pas ?
La colonisation des algues.
Traversées d'espions Allemands en Manche avec la Soizic
Rose Bruteller servante de St Pol Roux victime de guerre
Manoirs ou maisons manales de Roscanvel.
La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019