Bunker type 669

Entrée d'une casemate 669 de la batterie côtière de Landaoudec.

Profil du bunker 669. Chaque bunker est recouvert d'un crépis de graviers pour que le béton ne luise pas au soleil et ne soit pas repérable par l'aviation alliée. Il recevait aussi un filet de camouflage si nécessaire sur lequel la végétation pouvait grimper.

Au fond, l'embrasure (ouverture) pour passer le canon. La pièce de combat, de forme trapézoïdale, a un angle de 60° pour avoir suffisamment de lattitude pour placer le canon selon la nécessité.
Le promontoire anti-recul en béton du canon (au sol) est "coupé" par deux rainures parallèles. Les roues du canon passent dans ces rainures pour être sorti de la casemate.
Un bunker 669 était servi par 4 soldats.

Photo prise par l'embrasure vers l'entrée du bunker.

La soute à munitions.

La soute de munition se trouvait dans une pièce à gauche de l'entrée du blockhaus. Les gargousses (sacs de poudre) étaient stockées dans la pièce à droite de l'entrée. La pièce principale, s'appelait pièce de combat et recevait le canon. Ce canon pouvait être sorti de sa casemate et installé sur une plate-forme de tir à ciel ouvert qui permettait cette fois toutes les positions de tir.

Les grilles d'aération du plafond du bunker se trouvent juste au-dessus de la culasse du canon. Les fumées de tir sont absorbées par des gaines noyées dans le béton et menées jusque la pompe à air dans la pièce gauche à l'entrée. Tous les plafonds sont en poutrelles métalliques.

Les embouts de gaines sur lesquels était fixé la pompe mécanique. La gaine du haut vient de la salle de tir par le plafond. La gaine du bas donne sur l'extérieur après avoir traversé 2 m de béton armé.

Sur la façade arrière du bunker, à gauche de l'entrée, à l'origine protégée par une grille métallique, la ventilation. En cas de grenadage ennemi, l'explosion se faisait dans le conduit horizontal ou la pompe sans atteindre le personnel.

La façade avant d'un bunker 669.

En pleine nature, un des bunkers 669 de la batterie de Trémaïdic.

Un autre bunker de Trémaïdic se devine au centre.

Un des 669 de Penn-ar-Menez.

Sachant la guerre perdue, les soldats Allemands ont détruit leur canon sur la plate-forme arrière d'un bunker 669. L'un des blockhaus de Landaoudec porte les éclats de l'explosion dans le béton.

Les restes d'une plateforme rotative permettant d'installer le canon sorti du casemate. Rapidité d'orientation des tirs. Cette plaque est associée à un blockhaus de Landaoudec

Les anciennes batteries de Trémaïdic et de Penn ar Ménez sont sur des terrains privés et souvent recouvertes de végétation. La batterie de Landaoudec codée Cr 23 est partiellement sur terrain communal. Certains bunkers de type 669 sont plus accessibles.

Le féraillage des bunkers 669 n'est pas soudé mais simplement maintenu avec du fil de fer ou recourbé aux extrémités. Du béton avec des galets ronds de plage.

Batterie divisionnaire allemande sous bunker 669

Vestiges actuels de la batterie divisionnaire de Landaoudec :
Carrés rouges - 4 bunkers 669 ayant perçu un canon français chacun.
Cercle vert - abri de personnel.
Cercle bleu - pas de tir circulaire.
Cercle jaune - plaque d'orientation de tir.
X - Fort français de Landaoudec ayant servi de soute à munitions et de poste d'observation pour cette batterie.

Les premiers mois de la guerre, l'armée d'occupation allemande développe des dispositifs de campagne sur les côtes et en seconde ligne, à l'intérieur des terres. Les positions d'artillerie de la seconde ligne sont tenues par l'armée de terre (Heer) tandis que la défense côtière est sous le commandement de la marine (Kriegsmarine). Dans cette première phase de la guerre, l'installation des batteries divisionnaires se fait donc en pleins champs (Pen ar Menez – Trémaïdic – Telgruc-sur-Mer) sans protection aucune avec des canons de 10 cm le.F.H.316 (j) de l'armée yougoslave (récupération sur le front). Ces batteries de 4 canons de la première guerre mondiale doivent soutenir les batteries côtières provisoires en cas de débarquement allié sur les plages.

La guerre n'évolue pas comme escompté et la décision de construire le Mur de l'Atlantique est prise. Cette ligne d'artillerie de côte nécessite un soutien à l'arrière, à moins de 10 km. Pour faire face aux bombardements alliés, la construction d'un bunker par canon est une obligation. Partout en Europe de l'Ouest, les batteries divisionnaires sont équipées à l'identique ou presque et positionnées pour tirer sur des zones de plage en face d'elles, distantes de plusieurs kilomètres. 4 batteries sont installées en presqu'île de Crozon en 1943.

La batterie de Telgruc reste une batterie de campagne comme aux premiers jours de la guerre avec ses canons de 10 cm. Elle couvre les plages de l'Aber, de Telgruc...

Les trois autres batteries sont équipées de 4 bunkers 669 armés de 4 canons français Schneider 15,5cm s.F.H.414 (f), 2 canons de flak 30 pour la défense antiaérienne de chaque site, de plaques de rotation (m.Sockel) pour usages externes des canons, d'abris légers, d'une soute à munitions. Chaque batterie a à sa disposition des postes d'observation sur la côte qui orientent les tirs. Les indications de télémétrie sont transmises par téléphone. Ces trois batteries types sont à Landaoudec proche du fort, à Pen ar Menez et à Trémaïdic. Cette dernière n'a pas encore fini de construire son quatrième blockhaus 669 quand la guerre s'achève.

La batterie de Pen ar Menez est orientée vers les plages du Verya'ch, Pen hat et Camaret-sur-Mer. Code radio CR21.
La batterie de Trémaïdic est orientée vers l'anse de Dinan. Code radio CR22.
La batterie de Landaoudec est orientée vers les plages de Morgat et de Postolonnec. Code radio CR23.
Chaque batterie est entourée de barbelés et de champs de mines. Chaque bunker couvre 60° maximum.

Le dispositif ne sera utilisé que pour des essais de tirs dont les autorités allemandes feront part à la population par souci de sécurité. Après guerre, il sera trouvé des obus français sur le rivage. A la fin de la guerre en septembre 1944, quand les chars américains et la troupe US sont face à la ligne de défense intérieure de St Efflez – Tal ar Groas ; les canons Schneider sont sortis de leurs casemates, puis disposés sur les plaques d'orientation, et orientés vers l'Est sans protection. Ce soutien d'artillerie commandé à partir du PC de Crozon de l./A.R.343 (Artillerie-Regiment 343) ne sera pas de grande utilité. Le matériel est saboté avant la reddition.

Abris des batteries de la Heer

Abri de personnels ouvert semi-enterré.

L'abri est en béton dans sa partie enterrée et en parpaings pleins pour les murs hauts. Plafond en poutrelles minces espacées. Des planches de coffrages subsistent.

L'abri de Landaoudec est noyé par les eaux.

Une simple pièce aveugle sous-terraine pour l'un des abris de Pen ar Menez. L'accès est empêché. Le plafond perle d'eau.

L'entrée de l'abri.

Une maçonnerie sommaire pour recevoir la tôle d'entrée évitant l'intrusion de la pluie.

L'inconvénient des bunkers 669 et des canons de la Flak est que ce dispositif est complètement aérien (absence de tranchée entre les points de défense), il est donc offert aux bombardements et aux éclats meurtriers de sorte que des abris légers enterrés aux normes Feldmässig (résistance aux éclats mais pas à une bombe) sont construits (1943) et dispersés dans les batteries afin que le personnel puisse s'y réfugier promptement. Abris modestes dont il reste des vestiges sur les terrains actuels des 3 batteries divisionnaires de la presqu'île de Crozon - Landaoudec (terrain communal) - Pen ar Menez (terrain privé) - Trémaïdic (terrain privé).

Les unités de l'armée de terre appartiennent à la 257.I.D lors de la première installation de campagne (1942-1943).
La seconde installation des batteries sous casemates à partir de décembre 1943 est sous la responsabilité de la 343.I.D.



Mur de l'Atlantique

Saint Efflez

Capitulation

Abris de Kersiguenou

Appontement pte des Espagnols

Batterie antiaérienne de Cornouaille

Batterie antiaérienne pte des Espagnols

Pourjoint

Cap de la Chèvre

Gouin

Petit Gouin

Aber

Bunker 669

Blockhauss Crozon

Goulien

Infirmerie Crozon

Kergalet

La Palue

Penaros

Kerloch

Morgat

Pointe du Menhir

Porte de Crozon

Rulianec

Telgruc

Les caissons du Fret

Canon 164.7mm

Canon de 95mm

Vestige de canon

Cantine allemande

Cartouche 12.7mm

Duc d'albe de Lanvéoc

Encuvement 2cm flak

Encuvement fl243a

Pointe Robert

Baril

Mkb Kerbonn

Moulins de Kerret

Munitions historiques

Piquets

Poutrelles

Stutzpunkt de Roscanvel

Tetraedre



Page récente :

Démolition de la chapelle de Morgat.
Les batteries haute et basse du Kador en Morgat.



Une information, une demande :

© 2019