Flakartillerie (DCA) légère mobile allemande

De 1940 à 1944, la batterie légère mobile allemande antiaérienne de Clouchouren Cr322 surveille le ciel, la rade de Brest, le bourg de Crozon et le carrefour du Poteau. Un seul canon servi par 7 artilleurs et sécurisé par un groupe de fantassins. Une menace constante pour la population. Le canon Flak 30 employé à cet effet a une portée terrestre de 5783 m et une portée anti-aérienne de 2200 m. Il  n'y a pas d'arbres, pas de haies hautes à l'époque. Le champ d'action est donc vaste.

Durant la seconde guerre mondiale, l'armée allemande d'occupation installe des batteries légères antiaériennes mobiles quelques jours après l'invasion de la presqu'île de Crozon, le 19 juin 1940.

La mission de défendre le ciel de Brest revient au Flak-Regiment 100 composé de cinq bataillons Flak : 152, 193, 321, 339, 553. Flak au féminin est un acronyque qui désigne l'artillerie antiaérienne allemande. Flak = Flakartillerie = Flugabwehrartillerie = Artillerie antiaérienne. L'acronyme Flak au masculin désigne une gamme de canons antiaériens. Flak = Fliegerabwehrkanone ou Flugabwehrkanone = Canon antiaérien. Le régiment de défense aérienne est commandé dès le 20 juin 1940 par l'oberst Franz Engel [finit la guerre au grade de generalmajor mais reste prisonnier en Russie durant 10 ans après guerre.] ceci jusqu'au 20 janvier 1942. Son successeur l'oberstleutnant Johannes Kördel est en poste jusqu'au 23 août 1942, repris par l'oberst Karl von Löderer [finit la guerre au grade de generalmajor, malade de 1943 à 1944, il commande par la suite une unité d'entraînement avant d'être prisonnier aux USA durant deux ans.] jusqu'au départ du Flak 100 pour Le Havre en mars 1943. Il s'agit d'un régiment motorisé de canons légers antiaériens assistés de matériels de transmission et de projecteurs, le tout en grande mobilité sans pour autant manquer d'efficacité. Le régiment se targue d'avoir abattu 68 bombardiers anglais et 1 chasseur anglais au cours de 37 raids pour l'année 1941. Sa mise en place en presqu'île de Crozon se fait sur les hauteurs de Kerguiriou/Kergariou, Kergrigent*, Rigonou, Kersiguenou, Guernigenet. Positions de campagne en attendant des renforts statiques.

Des éléments de ce régiment remettent en état les positions françaises de DCA de l'entre deux guerres essentiellement constituées de canons de 37mm CAD Mle 1933, de canons de 75mm CA 22/24 en tourelle, de canons de 75mm Mle 1897 CA sur plate-forme 1915, d'une mitrailleuse quadruple de 13,2mm CAQ et d'une autre mitrailleuse de 13,2mm CAD. Le matériel français est rapidement insuffisant. Ainsi la batterie française de DCA de Kerguiridic/Keradiguen est démantelée pour cause d'obsolescence et à proximité est installée une batterie mobile de canons de 3,7cm par les Allemands.

Les premiers renforts proviennent des forces allemandes de la Marine-Flak-Abteilung 804 dès octobre/novembre 1940 et cela jusqu'au printemps 1944 : unité d'artillerie de Marine au complet qui équipe les batteries lourdes et légères indifféremment. Ensuite, elle est renforcée par d'autres unités jusqu'en septembre 1944 dont la Marine-Flak-Abteilung 231 [1/231 2/231 en batteries lourdes uniquement] et la Marine-Flak-Abteilung 803 sous la forme d'une seule batterie lourde [1/803].

Les canons les plus utilisés sont : le canon Flak 28 Bofors de calibre 4cm, le canon Flak 36 (parfois Flak 37 identique hors système de visée) de calibre de 3,7cm et le canon Flak 30 [ bien qu'insatisfaisant pour cause d'enraiement fréquent, il est le canon le plus usité] et Flak 38 toud deux de calibre de 2cm. Les calibres supérieurs sont réservés aux batteries lourdes antiaériennes qui sont elles-mêmes secondées par ces canons légers montés sur chariot à pneumatiques et attelés à un camion pour un déplacement rapide si nécessaire.

La pression des missions de la RAF (aviation anglaise) impose un renforcement antiaérien par la construction en béton armé de batteries lourdes antiaériennes de 4 à 6 canons. Calibre 8,8cm ou 10,5cm dans la plupart des cas. Quatre canons 7,5cm ont été en usage à Saint Jean. Malgré ces aménagements imposants dès 1941, nombreuses sont les batteries légères de la DCA allemande qui perdurent durant la guerre. Quelques unes sont supprimées, quelques autres sont déplacées, mais elles restent nombreuses, isolées en pleine nature bien souvent. Elles sont officiellement 14 sur la zone Brest (la presqu'île appartient à Brest Süd), ce nombre correspond aux batteries légères ayant plusieurs canons légers et étant autonomes techniquement (transmission, projecteurs et détection acoustique des avions ennemis). Non seulement elles sont maintenues mais des projets de nouvelles installations sont prévus alors que le conflit arrive à son terme le 19 septembre 1944 en presqu'île de Crozon.

Les artilleurs, personnels radio et d'infanterie logent chez l'habitant si une ferme est proche ou sinon des baraquements en bois camouflés font office de casernement et d'abri technique.

Les batteries légères mobiles ayant un canon unique et peu de support technique sont incalculables. Elles sont rarement restées au même endroit par crainte d'attaque de la résistance, surtout en fin de guerre.

L'exemple de la batterie légère de Marros éclaire parfaitement cette faculté de déplacement. Cette batterie dispose de quelques canons légers, d'une réserve à munitions en dur et d'un projecteur, ce qui fait d'elle une batterie Flak autonome. Sa mission est de surveiller le ciel au-dessus du pont de Térénez, entrée Nord stratégique de la presqu'île. Simple coïncidence ou considération stratégique, cette batterie est reversée ailleurs quand les croiseurs allemands Scharnhorst et Gneisenau quittent Brest pour être attaqués en Manche et Mer du Nord par la flotte anglaise. Il est vrai que la nécessité de bombardement de Brest est alors amoindrie. Cependant Marros reste fortement occupé par la troupe allemande qui garde le pont jusqu'à sa destruction le 24 août 1944. Le contingent vit dans des baraques et vient quotidiennement acheter des œufs à la ferme avec le sourire, puis au fil du temps, quémander et enfin menacer quand le sentiment de guerre perdue prévaut.

Autre exemple, cette fois-ci, il s'agit d'une amélioration de performance. En janvier 1941 jusqu'à la mise en place de la batterie lourde de Botsand (première version), une batterie Flak légère est disposée au carrefour Keraël/Kerneval dans des encuvements sur plates-formes en bois.

L'exception de mobilité la plus connue est la batterie de Clouchouren qui connaît un seul canon Flak 30 en position de campagne tout au long de la guerre sans aucun mouvement, sans équipement de protection, simplement sous filet de camouflage et qui verra les premières unités de reconnaissance américaine du 13th Infantry arriver sur elle, après avoir anéanti la position de la Heer (armée de terre) dans les bunkers 669 de Landaoudec le 17 septembre 1944, deux jours avant la Libération. Au soir du 17, la 28th Infantry est en rescousse définitive. Il y a des combats à Clouchouren, les Allemands se sont réfugiés en retrait. Le canon en situation dégagée pouvait être pilonné par l'artillerie américaine, la position à découvert ne pouvait être tenue.

Autre exemple de batterie antiaérienne légère, cette fois disposant de trois canons de calibre de 3,7cm à Pont Scorff. La Cr330 a vécu l'enfer des bombardements et à fait vivre l'enfer à la population avoisinante.

En matière de défense aérienne, tout n'est pas que canons, le besoin de projecteurs se fait sentir pour le combat de nuit. Ceux-ci sont mis à l'écart des batteries, parfois même sont-ils isolés comme celui de Kerivin, surplombant le hameau. Les projecteurs se déplacent aussi sur roues de sorte que le projecteur du Moulin du Poulmic en Saint Efflez est resté environ 18 mois sur place à partir de janvier 1941, il est ensuite transporté vers une autre affectation. Enfin, il faut compter sur les stations d'écoute pour la détection des avions en vol sur zone.

La plus forte concentration de batteries légères « fixes » s'étend autour de la base de Lanvéoc-Poulmic pour défendre l'aérodrome qu'utilise la chasse allemande, ainsi que l'unité de sauvetage en mer des pilotes Allemands et le service de météo et de reconnaissance Atlantique Nord.

Batteries antiaériennes légères défendant l'aérodrome de Lanvéoc :
Kerlivit Nord (enclave d'Argol) altitude 73/79m codée Cr301
Le Quinquis (Crozon) altitude 69m codée Cr302
Kerguéréon Est altitude 52 m codée Cr304, dans la base
Pointe de Pen ar Vir codée Cr306
Kerlan altitude 80m codée Cr307
Fort de Lanvéoc altitude 54m codée Cr308
Lanvéoc Ouest codée Cr311
Lanvéoc Sud codée Cr312
Base navale codée Cr314
Maison Blanche Ouest altitude 61m codée Cr319
Kerzouanec Est altitude 73m codée Cr320
Clouchouren Est altitude 64m codée Cr322

Les numéros de Cr (Crozon) manquants sont des projets de batteries non réalisés.

Les positions de la Luftwaffe (aviation allemande) sont davantage technologiques alors que les défenses côtière et aérienne sont réservées à la Kriegsmarine (Marine) et l'intérieur des terres, défense sol-sol, réservé à la Heer (armée de terre). Elles sont codées Cr500 et plus. Les positions Cr506 et Cr507 sont représentatives de l'intégration de l'armée de l'air allemande en presqu'île de Crozon.

Sur le terrain, aujourd'hui, il ne reste que de très rares traces de ces batteries très actives contre les bombardiers légers (chasseurs bombardiers) qui volent à basse altitude et attaquent en piqué. Les avions à haute altitude ne sont pas atteignables. La position de campagne faite de rondins de bois étant rebouchée par de la terre, la place est nette désormais pour l'agriculture. Seules quelques dalles en béton sont construites en fin de guerre mais peu fréquemment, afin d'éviter les méfaits de la boue.

*Kergrigent est équipé d'un canon antiaérien de calibre 8,8cm les derniers jours de la guerre. Celui-ci est posé dans un petit décaissement de terre sans aucune protection. Il est sensé protéger les Allemands de l'avancée américaine de St Efflez. Le canon est abandonné en l'état lors de la Libération.



Mur de l'Atlantique

Garde de côte Allemand 1940

Saint Efflez

Capitulation

Wn Cr6 Abris de Kersiguenou

Appontement pte des Espagnols

Batterie antiaérienne de Cornouaille

Poste de tir des mines de Cornouaille

Batterie antiaérienne pointe des Espagnols Cr332

Batterie antiaérienne de Botsand

Batterie antiaérienne de Kertanguy

Flakartillerie légère et mobile

Batterie du Menez Caon

Station radar du Menez Luz

Détails de mission du bombardement du 3 septembre 1944

Bombardement du 25-26 août 1944

Missions RAF 1940

Missions RAF 1941

Missions RAF 1942

Missions RAF 1943

Missions RAF USAAF 1944

Administration des bombardements

Cr 42 ex batterie de rupture

Cr43 Pourjoint ex batterie de rupture

Cap de la Chèvre

Gouin

Aber

Bunker 501 et 502

Bunker 515

Bunker 601

Bunker 621

Bunker 627

Bunker 633

Bunker 634

Bunker 636a

Bunker 638

Bunker 667

Bunker 668

Bunker 669

Petit Gouin

Bunker VF2a

Bunker tobrouk Vf25

Bunker tobrouk Vf8 58 c & d

Mg-stand multi-créneaux

Bunker wellblech - tôle métro Vf1b

Kabelbrunnen - puits à câbles

Marquages bunkers

Bunker aux croisements

Portes et créneaux de bunker

Tranchées

Blockhauss Crozon

Goulien

Wn Cr7 Kersiguénou Sud

Wn Cr? Pointe de Trébéron

Wn Cr? Le Marros

Infirmerie Crozon

Kergalet

La Palue

Penaros

Wn Cr5 Kerloch

Wn Cr323 Batterie antiaérienne Saint Jean

Wn Cr330 Batterie antiaérienne Pont-Scorff

Wn Cr354 Batterie antiaréienne de Trébéron

Wn Cr507 Station radio Kervenguy

Kriegsfischkutter

Morgat

Pointe du Menhir

Porte de Crozon

Rulianec

Bunkers de Telgruc

Défense allemande de Telgruc

Défense allemande de Morgat

Les caissons du Fret

Canon 164.7mm

Vestige de canon

Cantine allemande

Cartouche 12.7mm

Duc d'albe de Lanvéoc

Encuvement 2cm flak

Encuvement fl243a

Encuvement fl307

Torpedobatterie Pointe Robert

Torpedobatterie de Cornouaille

Baril

Mkb Kerbonn

Moulins de Kerret

Munitions historiques

Piquets

Poutrelles

Stutzpunkt de Roscanvel

Tetraedre

Asperges de Rommel

Obstacles anti-débarquement en bois

Porte belge - porte Cointet

Les citernes

Le Fret quartier sanitaire allemand

Vedette fluviale - Flugbebriebsboot

Patrouilleur d'avant-poste - Vorpostenboot

Escadrille E6 ou 6e et hydravions Latécoère 521-522-523

Küstenfliegergruppe 406

Spitfire Mk Ia PR P9385

Avion fusée Messerschmitt 163 Komet

Aérodrome leurre

Stations de radio guidage allemandes

Position d'un projecteur de 60cm Flak-Sw 36

Mines allemandes

Radar et écoute acoustique

Embase béton de canon Flak 2cm

5e Panzerdivision

Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique

°°°

FORTS FORTIFICATIONS BATTERIES DE COTE AVANT 1939

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE

Vestiges à identifier



A la une :

Crabe araignée ou crabe mousse ?
Le BEM Monge.
La genèse et l'inauguration de l'abattoir de Camaret.
Le vice-amiral Thévenard à la Pointe du Toulinguet et aux alignements de Lagatjar.
Le maréchal Pétain à Morgat.
Louis-Ferdinand Céline décroché pour l'oubli !
Eugène Boudin à Camaret-sur-Mer.
Le danger d'une baïne, que faire ?
Le mangeur d'étamines : le Dasyte émeraude.
Nettoyage par criblage de la plage de Morgat.
Des marques de tracteurs anciens qui n'existent plus ou presque.
Du nouveau dans les orties, le papillon Carte Géographique arrive en presqu'île !
Surf et environnement, un rapport difficile !
Une nouvelle ponte pour les gravelots ! Troisième année de reproduction dans l'extros ! 2 poussins au 2 mai !
Cherche infos sur le "réservoir" de Camaret ! Merci de votre aide.
Les risques technologiques en Presqu'île de Crozon.
Le remorqueur Abeille Bourbon dans l'anse de Camaret.
Les anciennes carrières de la presqu'île.
La batterie de "la Mort Anglaise".
Le monument aux Morts d'Argol : le grand déplacement !
L'histoire des échaliers des enclos paroissiaux.
La position allemande du Marros pour défendre le pont de Térénez.
Les urinoirs d'Argol, une affaire d'Etat !
La géomatique surveille le recul des falaises en presqu'île de Crozon.
Les vapeurs du transport aérien, une calamité que les anciens avaient prévue.
L'activité humaine contre nature : fauchage des prunelliers et polystyrène indésirable.
Araignée Epeire concombre : la belle verte !
Fourmi, le genre Formica.
L'affaire de la rampe (rue) de la Montagne enfin éclaircie.
Flakartillerie légère et mobile.
De la grande guerre au tir aux poulets, l'histoire du canon de 32cm de Roscanvel.
Tournage d'un film policier à Morgat avec la célèbre vedette Suzanne Grandais.
Le bois du Kador, son histoire pour préparer sa découverte.
Un crime de guerre ordinaire resté impuni.
Le pré, la rue, le Grand Café du Luxembourg.
Garenne Goarem, les lapins du moyen-âge.
La répartition des algues.
Les limites élastiques de la commune de Camaret.
Bientôt le départ de la Grive Litorne.
Les victimes du cuirassé Danton.
L'Atalante d'Ifremer.
La batterie du Portzic "effacée" par une table de pique-nique.
Le sup foil est bien là à  Crozon !
Sensations fortes au rocher de la Cormorandière.
Les vestiges d'un poste de télémétrie Audouard à la Pointe des Espagnols.
Les défenses allemandes de Morgat.
Le radar pédagogique moins innocent qu'il en a l'air.
Un patrimoinne militaire sous-estimé : "la Vieille Batterie" du 17ème siècle.
Regelbau 667.
Une ancienne batterie française devenue allemande : Pourjoint.
Le monument aux morts de Crozon fit éructer le préfet.
Anne Le Bastard de Mesmeur, une religieuse royaliste.
Manoir de Lescoat des Poulmic aux Bastard !
Les trous des bonnes-sœurs.
Attaques des diligences à Crozon !
Le manoir de Treyer de la famille Le Jar de Clesmeur.
Les intentions du PLUiH de la presqu'île de Crozon.
Super-Marché Concorde de Crozon.
La fonte des cloches sous la Révolution.
La manoir de Goandour de la famille de Gouandour.
De la place des femmes, des cigarettes et des cravates dans les conseils municipaux.
Les chantiers Courté.
L'aventure du Centre Hospitalier.
Les excursions maritimes pour visiter les grottes de Morgat, toute une histoire.
Les cordages marins synthétiques la fausse bonne idée.
Abri de projecteur de DCA français redécouvert à la Pointe des Espagnols.
La batterie extérieure de la Tour Vauban.
Un rorqual sans queue ni tête mystérieux.
Usine abri groupe électrogène de l'armée française de la fin du 19ème siècle.
Faire connaissance avec la limace rouge.
Rue et impasse du Moulin Cassé, l'ultime souvenir d'un moulin à vent camarétois.
L'exploitation des roselières pour le chaume traditionnel.
La corvée de la buée.
La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021