bataillon de FTP - Franc-tireur-partisan

La résistance sur la Presqu'île de Crozon n'a pu agir avec ampleur durant la seconde guerre mondiale. Il n'y a pas de hauts faits d'armes sur la presqu'île de Crozon pour plusieurs raisons. Tout d'abord le port militaire de Brest occupé par l'armée allemande nécessitait de la part de la résistance un travail de renseignement plus que d'action. Ensuite, la presqu'île disposait d'un système défensif concentré composé de quelques milliers de soldats Allemands munis d'un équipement lourd cerné par des champs de mines. Ce n'est certainement pas quelques bataillons de FTP qui auraient pu semer la panique. Ceci d'autant que plusieurs zones du territoire étaient considérées comme interdites aux civils et qu'un dispositif serré de contrôle d'identité maillait l'espace. Cela ne veut pas dire que la résistance était inexistante. Les actions au delà du renseignement se concentraient sur la destruction de câbles téléphoniques ou électriques et des agissements sporadiques sur les voies ferrées.

Les soldats allemands ont pris peur dès la libération de Brest sachant que l'armée américaine bombarderait nécessairement les points stratégiques de la presqu'île. Des bombardements qui se sont avérés meurtriers, et qui ont été jugés aveugles. Ces bombardements étaient toujours précurseurs d'une attaque terrestre.

Pour autant des bataillons de FFI/FTP commandés par le colonel Eon* ont très nettement contribué à libérer le Menez-Hom et sont descendus vers Plomodiern. Le 29 Août 1944, une première attaque de francs-tireurs partisans se retrouve neutralisée par des nids de mitrailleuses allemandes disposées sur le sommet du Menez-Hom. La seconde attaque du 1er septembre, menée par le bataillon de FTP "Normandie" appuyé par quelques chars américains est enfin couronnée de succès. Dans l'après-midi, la cote 299 (nord du Menez-hom) et la cote 330 centre du Menez-hom tombent. Le FTP Henri Birrien plante un drapeau tricolore au cœur de la cote 330. Ce poste de veille qui a une vision panoramique de la région n'est plus opérationnel.

Les FTP du bataillon Normandie provenait du maquis de Saint Goazec Spézet. L'armée américaine présente, nommée Task Force A, fit alors mouvement plus rapidement vers la ligne de front de l'axe nord sud St Efflez, l'île de L'Aber.

Quelques FTP ont attaqué les défenses de l'île de l'Aber mais sans succès en ayant eu des victimes. Ces Allemands là, tueront leur jeune officier avant de se rendre aux américains.

Le nombre exact de FFI/FTP victimes de la guerre est imprécis bien que le nombre de 42 soit souvent avancé. Certains combattants s'étaient enrôlés aux dernières heures et n'ont été répertoriés nulle part. Cependant 27 FFI/FTP, pour certains du bataillon Bellan, sont morts parmi de nombreuses victimes civiles et militaires (soldats américains) lors du bombardement américain de la ville de Telgruc le 3 septembre 1944.

"Faire la guerre" étant donc impossible à entreprendre sur le territoire de la Presqu'île, de jeunes camarétois, et bien d'autres, se sont rapprochés des réseaux de résistance du Finistère.

A la fin de la guerre, plus précisément le 16 octobre 1944, les bataillons sont regroupés sous l'appellation 1er bataillon du Finistère, puis sous une seule entité militaire, cette fois : le 118ème RI commandé par le Capitaine Le Cléach agissant à l'origine à Chateaulin.

Ils avaient 20 ans à peine, se sont investis dans les maquis le ventre creux, équipés de pétoires avant de s'organiser progressivement et de devenir des unités combattantes.

De "simple maquisard" démuni, on devient FTP quand le groupe est armé et qu'il combat en francs-tireurs. Puis le statut évolue, l'armée de l'ombre prend corps, les survivants deviennent des FFI (Force Française de l'Intérieur) avant d'endosser un statut militaire le temps de la libération complète du territoire.

La zone Bretagne portait le code M2, l'un des réseaux majeurs s'appelait le réseau Dentelles et s'activait de Brest à Quimper et était commandé par le colonel Berthaud. Sans oublier le réseau de Tante Yvonne de Morgat parmi tant d'autres... Quelques noms de bataillons  : bataillons Antoine Volant, Normandie, Stalingrad, Rosporden, La Tour d'Auvergne...

Le général Bradley commandant l'armée américaine avait demandé à ce que les FTP et FFI soient désarmés avant l'entrée en matière des Américains. Ce général estimant sans doute la résistance Française trop fantoche pour avoir une quelconque utilité. La demande ne fut pas appliquée.

*Le Général Koenig de l'état major des FFI de Londres, demanda au colonel Eon d'organiser la résistance qui manquait cruellement de chef militaire. L'officier sexagénaire fut parachuté sans aucune expérience du saut dans la nuit du 4 au 5 août 1944 dans les Côtes d'Armor dans le cadre de la mission Aloès. La mission de coordination Aloès se retrouve en porte à faux avec le plan Américain OssEx que le Général Bradley, dépositaire de l'autorité du Général Patton, impose en Bretagne. Bradley veut utiliser la résistance française comme simple guide et pour des traductions verbales sur le terrain, rien de plus. La résistance est outrée. Eon est obligé de communiquer avec l'Angleterre, qui renvoie les messages aux Américains... Une fois filtrés... La coordination est calamiteuse, proche de l'invective... Aux portes de la presqu'île de Crozon, la tension est à son comble et peut avoir été un des facteurs désastreux du bombardement de Telgruc.



Destins de guerre

13ème RIC

Sous -marin Germinal

Dixmude

Tahure

11 novembre

La Fronde

Débarquement d'Athènes

3 frères morts pendant la grande guerre

Croiseur Ernest Renan

Cuirassé Suffren

Le Bouclier

El Ksiba Maroc

Le Sfax

Cuirassé Bretagne

Cargo le Granville

Camp de Watenstedt

Résistant 18 ans fusillé

Bombardement de Telgruc

Mémorial de l'aéronautique

Le 248 RI 208ème compagnie et 5ème Bataillon en 1940

Résistance à Camaret

Réseau Vengeance

bataillon de FTP - Franc-tireur-partisan

Commandant L'Herminier

L'Emigrant sous protection allemande

Tante Yvonne

Maquis de Spezet

Jean Ménez

Yves Lagatu

La Soizic

Bateaux de Camaret arraisonnés ou mitraillés par la Royal Navy et la RAF

La Suzanne-Renée - Réseaux d'évasions des pilotes Américains et Anglais de la WW2

La Croix de Pen-Hir

Rose Bruteller

Opération Rhubarb

Les bancs de brouillard

Les tombes du Commonwealth de : Camaret - Crozon - Lanvéoc - Roscanvel



A la une :

Les ardoises gravées... Sculptures littéraires !
Le phénomène d'accrétion.
La pierre du mariage.
L'histoire des calibres des canons présents en presqu'île de Crozon.
Les microplastiques par millions sur nos plages.
Les fortifications de la Pointe des Espagnols.
Des croisements sous surveillance allemande.
Le cinéma le Rex de l'organisation Todt.
Le canon de 100mm TR en batterie de côte.
Le canon de récup de 75mm Mle 1908 à Fort Robert.
Le canon de 65mm TR 1888-91 au ravin du Stiff.
Souvenir des gués.
L'histoire des repères de nivellement général.
Marie-Jo Guével maître-verrier.
Gérard Guéguéniat artiste peintre sculpteur...
Le bunker 636a pas si fréquent que cela...
Préparation de l'arrivée du canon de 32cm Mle 1870-84 à la Pointe des Espagnols.
Le bunker 668 version simplifiée présent en 3 exemplaires en Roscanvel.
L'effet du climat sur le sol.
L'abri wellblech Vf1b - tôle métro
Le bunker - tobrouk Vf25 est en presqu'île de Crozon !
Le souvenir du château-fort de Castel bihan Poulmic.
La chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la fille.
Motte de Rozan - motte castrale féodale.
Un Pluvier doré juvénile en visite à la Palue.
11 novembre à Landévennec.
Ancienne batterie côtière de l'île de l'Aber.
Défense allemande de Telgruc-sur-Mer.
Des mouillages à cause d'Amélie !
Enfouissement des lignes électriques à cause des tempêtes.
Le débit de boissons du Fret.
Les indemnisations pour l'Erika un mauvais souvenir à Crozon.
La mairie de Roscanvel, l'ancienne école des filles.
Le temps des locations au Fret pour les pêcheurs de coquilles.
La tour pas si Intrépide que cela.
Yves Lagatu mitrailleur des F.A.F.L.
L'espar, le piquet balise dans la mer.
Le temps des grésillons...
Villas et maisons du Fret.
La Duchesse de Bretagne transite par le port du Fret avant de devenir reine.
Histoire de la liaison maritime Le Fret - Brest.
Batterie anti-aérienne de la presqu'île avant 1939.
L'historique des sémaphores du Cap de la Chèvre.
La flotte Tardieu offre son pin de l'Orégon à Rostellec.
La Pyrite, l'or des fous.
Pelouse aerohaline ou prairie du littoral.
L'histoire du boulet en presqu'île de Crozon.
Herbiers de zostères - prairie sous-marine.
L'érosion de la côte argileuse.
La crevette bouquet français.
Une nouvelle baleine morte au Kerloc'h.
Le sémaphore du Toulinguet c'est fini !
L'histoire du presbytère de Roscanvel.
Le street-art in Crozon !
La confiserie Landié sur les quais de Morgat, une institution.
Batteries côtières du 18ème siècle sur la côte Est de Roscanvel.
De la meurtrière au créneau de tir.
Quelle est l'origine du toponyme Rocher Lieval de Roscanvel ?
Sel de mer et canicule en Bretagne.
Chasmophyte - plante de fissure.
L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019