Rose Bruteller servante de St Pol Roux victime de guerre

Depuis le 19 juin arrivée des Allemands à Camaret sur Mer, le champagne et les alcools fins coulent à flot à l'hôtel des Pois principal cantonnement de l'armée d'occupation. Les débits de boissons du port voient leurs caves vidées, les factures sont immédiatement honorées, les livraisons se font aussi par caisses entières par camion. Sur le chemin de leur envahissement, les soldats Allemands récupèrent les produits alimentaires de qualité et les boissons alcoolisées dans les épiceries des villages conquis. Le soir, au delà du couvre feu, la fête commence.

Le 22 juin au soir, un soldat Allemand ivre s'introduit dans le manoir de Coecilian du poète Saint Pol Roux sur les hauteurs de Camaret dans le quartier des "artistes" proche de la batterie de Kerbonn et de l'hôtel des Pois. L'homme de 79 ans y vit avec sa fille Divine de 42 ans et la servante Rose Bruteller, 41 ans. Rose Brutteler est à l'entrée en se demandant bien qui pouvait venir à cette heure tardive (22h30). Le soldat prend le prétexte d'une visite de contrôle de la maison, selon le témoignage écrit de Divine Saint Pol Roux du 22 juin 1940. La visite houleuse s'envenime et tarde au delà de minuit. Le poète tente de refouler l'intrus qui le prend mal. Il sort son arme, Divine s'interpose et reçoit une balle dans le tibia. La confrontation se passe dans la cave, le poète entre en lutte mais est rejeté, une balle lui passe à côté du visage, il s'évanouit. Rose agrippe le bras de l'agresseur et reçoit trois balles dans la bouche. L'Allemand remonte de force Divine dans le salon après lui avoir donné un coup de pied dans la jambe blessée. Elle y est violée à demi consciente. Le chien de la famille attaque et permet la fuite de l'assaillant qui interrompt l'exécution de la fille du poète. Cette dernière passera d'hôpital en hôpital durant plusieurs mois pour éviter l'amputation, elle fit aussi un séjour chez les parents de Rose. Le manoir est pillé puis réquisitionné pour devenir provisoirement le poste de commandement de la base de Lanvéoc avec deux canons français à l'entrée Est.

Ce n'est que le lendemain matin que les villageois se rendent compte des faits. On retrouve Divine hébétée, ensanglantée, elle parviendra à dire que son agresseur avait deux dents en or.

Le commandant de Camaret, l'oberleutnant Wichmann vient brièvement en voiture sur les lieux du crime le jour même et assure que justice sera faite devant les témoins qui ne s'attendaient pas à une telle barbarie de la part de soldats à l'allure aussi impressionnante qu'impeccable.

L'affaire embarrasse grandement les autorités allemandes qui voulaient inspirer confiance à la population occupée. Un ordre nouveau, loin de toutes dérives devait conduire la France par l'entremise du 3ème Reich allemand vers une société meilleure.

L'officier revint immédiatement à l'hôtel des Pois - kommandantur durant quelques jours avant d'être installée dans Camaret même - qu'il occupe avec ses 200 hommes pour y rédiger un avis à la population qui sera placardé dans la journée sur le mur de la mairie indiquant que le coupable avait été identifié et qu'il serait puni pareillement à son crime. Effectivement, le soldat fut jugé, condamné à mort et fusillé dans les semaines qui suivirent.

Le 27 juin un peloton de soldats Allemands commandé par un officier dépose une couronne de fleurs distinguées par une croix gammée sur la tombe de Rose Bruteller. L'officier y prononce une allocution puis le cortège s'en retourne. Des veuves Camarétoises assistent à la cérémonie médusées. Au départ des indésirables, l'une d'entre-elle se saisit de la couronne et la jette par dessus le mur du cimetière.

La compagnie d'infanterie motorisée Wichmann quitte Camaret le 28 juin et est remplacée. Il ne s'agissait que d'une unité d'avant-garde qui a poursuivi l'envahissement de la France par le sud de la Bretagne.

Rose Bruteller (13 septembre 1899 - 23 juin 1940) habitait au bord des alignements de Lagatjar, sa sépulture est au cimetière de Camaret-sur-Mer, elle est peut-être la première victime civile locale innocente d'une guerre qui va durer 4 ans. Nombreuses seront les orgies germaniques. Beuveries des glorieux vainqueurs dans un premier temps, puis fêtes sinistres pour conjurer la peur grandissante ensuite. Toutes les affaires de mœurs ne se surent pas, certaines étaient consenties, d'autres pas, dans tous les cas, les femmes choisissaient de se taire pour éviter la colère publique.



Destins de guerre

13ème RIC

Sous -marin Germinal

Dixmude

Tahure

La Fronde

Débarquement d'Athènes

3 frères morts pendant la grande guerre

Croiseur Ernest Renan

Cuirassé Suffren

Le Bouclier

El Ksiba Maroc

Le Sfax

Cuirassé Bretagne

Cargo le Granville

Camp de Watenstedt

Résistant 18 ans fusillé

Bombardement de Telgruc

Mémorial de l'aéronautique

Le 248 RI 208ème compagnie et 5ème Bataillon en 1940

Résistance à Camaret

Réseau Vengeance

bataillon de FTP - Franc-tireur-partisan

Commandant L'Herminier

L'Emigrant sous protection allemande

Tante Yvonne

Maquis de Spezet

Jean Ménez

La Soizic

Bateaux de Camaret arraisonnés ou mitraillés par la Royal Navy et la RAF

La Suzanne-Renée - Réseaux d'évasions des pilotes Américains et Anglais de la WW2

La Croix de Pen-Hir

Rose Bruteller

Opération Rhubarb

Les bancs de brouillard

Les tombes du Commonwealth de : Camaret - Crozon - Lanvéoc - Roscanvel



A la une :

Sel de mer et canicule en Bretagne.
Chasmophyte - plante de fissure
L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019