Batterie du Stiff – batterie lourde puis batterie légère

Les 6 canons de 65mm à tir rapide de la batterie du Stiff provenaient d'un armement embarqué d'un navire de guerre soit parce que l'armement était remplacé par des canons plus modernes, soit parce que le navire lui-même était rayé, c'est-à-dire sorti du service actif.

La batterie du ravin du Stiff en Roscanvel, en presqu'île de Crozon est un dispositif de défense côtière secondaire installé entre la batterie de Fort Robert et les batteries de la Pointe des Espagnols qui sont quant à elles majeures. Son statut de batterie complémentaire va asseoir une vie stratégique brève.

La date du premier déploiement de la batterie varie selon les sources. On parle ici d'une batterie datant de 1892-1893, et ailleurs d'une batterie antérieure à 1892 sans plus de précision.

La batterie s'articule sur l'usage de deux canons de 320mm modèle 1870-1881 sur affûts M (Marine – pointage latéral possible) modèle 1882 PA (pivot antérieur) pour un usage de tir direct au ras des flots sur les navires cuirassés (blindés) qui forceraient le Goulet avant d'atteindre Brest. Ces tirs de plein fouet sont guidés par un télémètre au moins, souvent « perché » en hauteur sur la falaise.

Cette batterie de rupture selon le vocabulaire militaire de l'époque n'est qu'une des batteries de rupture du Goulet utilisant une paire de canons de 320mm. Le fort des Capucins, fort Robert, Pourjoint, la pointe des Espagnols en sont pourvus mais étant sous casemate par sécurité, les munitions ne sont pas explosives et le tir est perpendiculaire à la côte uniquement.

Côté côte Brestoise des équipements similaires sont installés. La batterie du Stiff qui est à ciel ouvert utilise des obus explosifs récents et les canons s'orientent d'Est en Ouest et inversement dans les limites du ravin.

Vers 1913, les canons de 32 cm sont redistribués.

Le second déploiement de la batterie s'effectue autour d'une plateforme de tir échancrées pour 6 canons de 65 mm TR (tir rapide) modèle 1888. Ceux-ci doivent pilonner rapidement les petites embarcations d'intrusion, de débarquement, susceptibles de se déplacer à vive allure. La batterie est classée parmi les batteries légères.

En 1915 ou 1916, la batterie est démantelée, le matériel récupéré. La batterie du Stiff ne sera jamais réactivée. La batterie est construite dans un ravin qui fait office de protection naturelle. Quelques bâtiments de service sont élevés et une fontaine est mise à disposition des artilleurs. Les vestiges de la batterie sont difficilement accessibles. Elle comporte deux postes de télémétrie Audouard.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.
Eugène Villon aquarelliste
Une graine de poilu de Camaret.
Le pont Saint Drigent
Le pont à voûtains de Perros-Poullouguen.
La cotriade de survie pour les sardiniers.
Une batterie lourde devenue légère, la batterie du Stiff.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite