Batteries côtières du 18ème siècle sur la côte Est de Roscanvel

Position de la batterie de Courest (Gouerest). Le voilier de plaisance en mouillage forain correspond approximativement à la portée "précise" des canons du 18ème siècle. La haie en fond ressemble en volume à un talus de tir derrière lequel les canons étaient disposés en ligne parallèle par rapport à la côte.

Corps de garde transformé de la batterie du Gouerest.

Avant la refonte des batteries côtières de 1841, la côte de Roscanvel côté Rade de Brest (côte Est) comportait 5 batteries de canons pour être en mesure d'empêcher le mouillage d'une flotte ennemie devant Brest et de prendre à revers la presqu'île de Roscanvel et ainsi faire tomber la Pointe des Espagnols haut lieu défensif. Cette zone à l'abri servait aussi au mouillage de l'escadre française en période de friction avec l'Angleterre. Il vous faut imaginer des dizaines de navires de guerre à voile parfaitement « rangés » sur un plan d'eau devant Brest.
La batterie la plus au Nord était celle du Lez (Est du hameau éponyme) – 4 canons.
La batterie du Courest (Sud-Est de Gouerest) – 8 canons alignés en 2x4, disposait d'un corps de garde et d'une poudrière en dur.
La batterie de Bégéozu (Est de Trégoudan) – 4 canons.
La batterie du Run – 4 canons mais dont le site fut réemployé pour une nouvelle batterie (Les 3 Bosses proche de Pont Scorff) du 19ème dont les vestiges sont encore existants.
La batterie de Roscanvel – 4 canons à proximité Est de l'actuel corps de garde 1846 de Roscanvel.

Ces batteries du 18ème siècle étaient un petit alignement de canons de marine (employés à bord des navires) disparates en plein champ derrière une ligne de terre surélevée. Des canons vite rouillés surveillés négligemment par des villageois enrôlés dans un service de milice côtière. L'armée n'était présente qu'en cas de guerre. Seule la batterie du Gouerest devait avoir une importance supérieure pour disposer d'une poudrière. Ce petit bâti, aujourd'hui disparu, permettait le stockage des poudres à canon au sec et devait peut-être subvenir aux éventuels besoins des batteries de proximité. Le corps de garde de cette batterie existe encore aujourd'hui, transformé en habitation depuis le 19ème siècle après l'abandon de ces batteries inusitées. Ce corps de garde logeait les artilleurs en situation d'alerte et pouvait être occupé par un gardien civil en temps de paix.

Batterie du Gouerest :
48° 19' 33.13" N
4° 32' 42.2" O



A la une :

Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021