Le contre-torpilleur Epervier devint invisible

L'Epervier (1886-1911) fut un des quatre aviso-torpilleurs de la classe Condor de la Marine Française. Un navire blindé de 68 m de long, équipé de 5 canons de 100 mm et 10 de 47 mm et 65 mm avec 5 tubes lance-torpilles, passa dans le Goulet de Brest à l'été 1889.

Qu'un navire de guerre français rejoignit son port d'attache n'est pas un événement en soi. Qu'un torpilleur, dans le cadre de manœuvres maritimes de la défense du port militaire de Brest, franchit le goulet « en douceur  », de nuit, en tant que navire hostile sans qu'aucun poste d'observation, aucune batterie de côte de Brest et de la Presqu'île de Crozon n'en détectât la présence, la situation sembla inexplicable et les autorités militaires ne cherchèrent pas à l'expliquer.

Ce fut la presse locale qui en révéla l'absurdité au grand dam de l'armée qui dut bien reconnaître que l'accumulation de canons côtiers sans détection nocturne autre que quelques malheureux projecteurs tellement pénibles à manier, qu'on prit l'habitude de ne pas les manier, était insatisfaisante. Les habitants de la Presqu'île de Crozon s'en amusèrent longtemps...

< >




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies