Le cuirassé Charles Martel ponton-prison pour internés civils

Le cuirassé Charles Martel à Landévennec lors de sa première mise en réserve de 1912.











Le Charles Martel est construit à Brest et ses essais se font en Rade.

Le cuirassé Charles Martel opérationnel en 1897 et démantelé en 1920 a connu une carrière militaire plutôt modeste bien que navire amiral de la 3ème flotte, un temps. Il porte une cuirasse Schneider recouverte de nickel, ce qui est une première.

Une « jeunesse » à faire des essais dans le Goulet de Brest avec quelques péripéties entre avaries et incidents. Il s'accroche légèrement au rocher du Mengant ; par miracle, le commandant avait anticipé ce qui aurait pu être une tragédie. Les dégâts restent modestes et réparables.

Une maturité faite essentiellement de représentations et d'honneurs militaires. Accueille à son bord Félix Faure en 1898...

Au cours de manœuvres en 1901 il est torpillé sans gravité par le sous marin Gymnote, premier sous-marin français à moteur électrique, tant qu'à être ridicule autant que cela reste entre Français.

Les officiers successifs demandent à ce que les mâts soient réduits pour installer plus de stabilité, ce qui sera toujours refusé par l'Etat Major qui à cette époque se trouve dans une impasse de conception de navires performants. Des querelles internes de stratégie égarent les ingénieurs concepteurs. La marine est équipée de navires disparates peu fonctionnels, en temps de paix cela passe inaperçu.

Le cuirassé Charles Martel pensait passer sa retraite au cimetière de bateaux de Landévennec mais l'afflux de prisonniers civils à interner partout en France fait que le navire désarmé est transformé en ponton – prison dans la rade de Brest. Ce ne sera qu'en 1920, qu'il sera entièrement déconstruit au Pays Bas.

Pour des raisons administratives qui semblent mal connues, les prisonniers civils du fort de Crozon sont transférés provisoirement sur le Charles Martel qu'ils trouvent plus confortable que leur camp d'internement. L'infirmerie du bord rend d'énormes services qui rassurent les détenus. En cas d'hospitalisation, ils sont conduits à l'hôpital de la marine de l'île de Trébéron. Ce sont des marins qui sont de garde sur le navire.
Dans l'attente de la construction du camp de l'Île Longue, les passagers non militaires du paquebot TSS Nieuw Amsterdam transitent aussi sur le cuirassé Charles Martel immobilisé.

< >




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies