Maison du gardien de Fort Robert







Après l'implantation des premières batteries côtières organisées ayant nécessité d'importants travaux du génie militaire, durant des siècles et ceci jusqu'au 19ème, l'optimisation des sites fut modeste parce que la technologie des canons évolue peu.

A l'ère industrielle, le matériel d'artillerie progresse constamment. Des vagues successives de travaux sont organisées sur la côte et la cadence des améliorations s'accentuent à partir de 1852. La batterie de Fort Robert basse (1697) est ainsi modernisée et une batterie haute est construite en 1888.

Une fois en place la batterie, en temps de paix, est mise en sommeil. Aucun militaire n'y séjourne durablement en dehors des périodes d'exercices de tir. Chaque batterie dispose alors d'au moins une maison de gardien qui est en permanence habitée afin de veiller à ce qu'aucune dégradation ne vienne empêcher l'usage des canons ou des mortiers. La maison en ruine au Nord de Fort Robert logeait le gardien. Plusieurs pièces exiguës et les vestiges de plusieurs foyers de cheminée, voilà ce qui subsiste de cette bâtisse en pierres envahie par la végétation. Fort Robert comptait une autre maison de gardien à l'Est de la Position.

< >




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies