Magasin de poudres sous roc de la batterie haute de Fort Robert

Salle principale avec son rail de plafond, ses rigoles à la périphérie du sol. Au delà du couloir, la pièce du monte-charge. A l'origine étaient accrochées des tôles ondulées qui faisaient parapluie et déviaient l'eau de la roche qui s'était infiltrée aussi dans la coque en maçonnerie du plafond. L'eau de ruissellement gouttait et tombait dans les rigoles pour être évacuée par l'égoût au fond à gauche.

La pièce du puits de lumière / monte-charge, un petit couloir éclairé d'un créneau de lampe au dessus de la voûte, enfin, un dernier petit local technique qui servait au chargement et à l'amorçage des projectiles.

Le créneau de lampe éclaire la colonne du monte charge et le local d'amorçage en arrière.

Le créneau de lampe côté local d'amorçage.

La colonne des charges.

L'égoût dont l'entrée côté magasin était obturée en dehors d'une petite grille d'évacuation.

L'escalier d'accès.

Le magasin de poudres sous roc de la batterie haute de Fort Robert obéit aux normes militaires de construction en vigueur à la fin du 19ème siècle. A environ 9 m de profondeur dans la roche de la falaise, une galerie de 20 mètres de long et 4 de large approximativement dont chaque pièce est voûtée sur sa longueur fut creusée vers 1888.

L'éclairage se fait par créneaux de lampe.

Une colonne verticale fait office de puits de lumière mais aussi d'issue de secours au vu des échelles, et surtout de monte charge pour que les munitions chargées arrivent sur la plate-forme extérieure de la batterie de 4 canons de 32cm modèle 1870-81 sur affût 1888 PC.

Les poudres et les hommes arrivent par un grand escalier descendant. Les poudres sont suspendues au rail du plafond et sont livrées avec un moindre effort dans la grande salle où elles y sont entreposées.

Les obus de 32 cm faisaient de 338 kg à 392 kg pièce selon la quantité de charge, ils étaient donc intransportables sans assistance de levage.

L'armée allemande d'occupation utilise la batterie haute par trois canons antiaériens de 40 mm (position codée Cr 334) dont les munitions sont stockées dans le magasin sous roc. A l'été 2007, 1500 munitions laissées sur place ont été extraites et pétardées par les démineurs.

< >




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies