L'origine du jazz depuis la première guerre mondiale

Un orchestre de jazz composé de Sammies débarqués à Brest.

Mais d'où vient ce jazz des orchestres Le Borgne, Blue Star jazz, Mallégol, Charly jazz qui ont écumé les salles de danse de la presqu'île de Crozon... Une rumeur infondée court selon laquelle la venue des militaires Américains à Brest lors de la première guerre mondiale aurait généré une vague jazzy... La réalité est plus large que cela. Le jazz depuis son origine a traversé l'Atlantique par des importations orchestrales jouées dans des clubs citadins réservés à une élite sociale vivant sa jeunesse avec incandescence.

Les soldats Américains avaient peu de contacts avec la population Brestoise. Ils vivaient dans un camp de transit (Ponty Camp commune de Lambézellec) avant d'être envoyés au front. Ils ont apporté la boxe, le basket, le trafic de nourriture, les bagarres incessantes et un peu de musique sans doute mais le climat entre les Bretons et les Américains était délétère parce que ces derniers affichaient une opulence que la population ne connaissait pas en dehors des milieux bourgeois. Quand les Américains ont plié bagages, des drapeaux US furent brûlés, quelques Brestoises ont suivi un rêve américain à deux jambes dont une aïeule de l'acteur Américain Sylvester Stalone.

Alors qu'il y ait eu quelques représentations de jazz occasionnelles cela est possible mais ce ne fut pas un étourdissement comme ce le fut quelques années plus tard durant les années trente avec des orchestres bretons s'étant appropriés les sons à la mode pour vivre de leur musique. L'imprégnation jazzy est multi-factorielle et diffuse.

Les jeunes femmes de la presqu'île de Crozon ont adoré cette musique pour l'impression de liberté qu'elle leur offrait, l'impact sur les mentalités fut immense. Elles n'y connaissaient pas grand chose en musique nouvelle mais dès qu'elles voyaient une batterie, l'ambiance bouillonnait, elles respiraient fort, riaient et se jetaient dans la mêlée. Ces femmes en perdirent leur breton, les titres étaient en anglais ou vaguement traduits en français... Quel bazar merveilleux !

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

La Libération de Crozon et de Camaret-sur-Mer
Les Crozonaspis, une vie locale d'antan.
La pegmatite, la grotte du Charivari, l'îlot de la Baleine, le schiste rouge du cap de la Chèvre.
Le drame du Golo II.
Croiseur Amiral Charner - Kapitänleutnant Otto Hersing un héros douteux !
La belle histoire du Bel Espoir !
Auguste Labouret maître-verrier breveté !
La Villa Bellevue Peugeot de Morgat.
Marins de Crozon sur le Croiseur Ernest Renan.
Une modiste s'installe à Telgruc-sur-Mer.
CES le collège Alain de Crozon, quelle histoire ?
La niche votive des maisons nobles.
Visite médicale de l'armée en plein air.
Les conserveries de Morgat dont l'usine Poriel du bas.
L'aviso Détroyat porte les cendres de Jean Gabin en mer d'Iroise.
Les salles de danse des années tellement folles et son jazz révolutionnaire.
Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal et de son arrière petit fils Eugène-Hervé Vincent.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



talmadeen