Le champ de manœuvres de Telgruc-sur-Mer

Pointe de Pen ar Vir, limite Sud-Est qui portait le pavillon rouge des manœuvres.

Limite Est du champ de manœuvre.

Limite Nord.

La baie de Douarnenez recevait les tirs du champ de manœuvre.

Le champ de manœuvre dans la lande.

Vue sur Morgat.

Limite Sud-Ouest, Pointe de Tréboul.

La Pointe de Tréboul portait le pavillon rouge des manœuvres.

Pointes de Tréboul et Pen ar Vir.

Au cours du 19ème siècle, les landes à l'Ouest de Telgruc sont un champ de manœuvres des troupes françaises du Finistère. Différents régiments s'y cantonnent régulièrement pour des manœuvres réglementaires nommées selon les configurations des troupes déployées en ces occasions.
Manœuvres réglementaires : ce sont des manœuvres de tirs obligatoires.
Manœuvres de garnison : un seul régiment impliqué.
Manœuvres régimentaires : plusieurs régiments impliqués mais pas forcément de la même brigade.
Manœuvres de bataillon : des détachements de régiments s'affrontent de régiment à régiment d'une même brigade (une brigade est une subdivision d'une division).
Manœuvres de brigade : dans le cas présent, il y a une brigade de troupes d'infanterie de marine qui deviennent des troupes d'infanterie coloniale à partir de 1900 : le 2e et 6e de Brest. RIMa =>RIC. Le 2e est à la caserne Fautras et le 6e à la caserne de Pontanezen.
Manœuvres de division : le 19e d'infanterie de ligne de Brest et le 118e d'infanterie de ligne éclaté à Morlaix, Quimper, et Crozon constituent la 44e division d'infanterie qui manœuvre à Telgruc.

Quelques exemples :
1896
Le 14 septembre 1896, la 2ème brigade d'infanterie de marine (2e RIMa + 6e RIMa), commandée par le Lieutenant-colonnel Clamorgan (général de brigade par intérim) quitte Brest pour des manœuvres de brigade à Telgruc. Les troupes en tenue de campagne sont transportées à bord des remorqueurs de la direction des mouvements du port vers Le Fret. Les soldats font une marche-manœuvre jusqu'à leurs cantonnements telgruciens.

1897
Manœuvres d'artillerie de marine sur cibles : barques, pontons... Telgruc n'est pas concerné.

1898
Présence d'un bataillon du 6ème régiment d'infanterie de marine à Lanvéoc en septembre 1898. Commandant Arnaud.
Présence d'un bataillon du 2ème régiment d'infanterie de marine à Crozon en septembre 1898. Commandant Gillet.
Manœuvres de combat entre deux bataillons. Cantonnement à Telgruc.

1899
Un bataillon du 118e d'infanterie de ligne du commandant Le Loarer, quitte Morlaix pour Telgruc pour des manœuvres et des tirs. Déplacement par marches-manœuvres. 13 Mai, La Feuillée ; 14, Brasparts ; 15 et 16, Châteaulin (séjour) ; 17, Saint Nic et Argol ; manœuvres de brigade, 18, 19 et 20 mai ; 21 repos  ; 22 et 23 manœuvres ; 24, le régiment occupe les cantonnements de Telgruc  ; 24, 25, 26 et 27 tirs ; 28, repos ; 29 et 30, tirs ; 31, départ (retour), Châteaulin ; 1er juin, Brasparts ; 2, La Feuillée, 3, La Feuillée (séjour)  ; 4, Morlaix.

1900
21 mai - 30 mai, Un bataillon du 118ème d'infanterie de Quimper en exercice de tirs de combat à Telgruc. Un bataillon du 118e de ligne de Morlaix est aussi présent, ce dernier rentre à pied et passe le 1er juin à Châteaulin. Les officiers du 118e ont offert 50 francs en faveur de la création d'une société de tir scolaire.

Les manœuvres d'automne des troupes de la marine (désormais nommées 2e RIC et 6e RIC – régiments d'infanterie coloniale) sont annulées par le ministre de la marine le 15 août 1900 à cause de la guerre en Chine. Il n'y aura seulement que des manœuvres de garnisons à proximité des ports.

1901
Le 10 mai, le détachement du 19e RI, chargé de la conduite des chevaux d'officiers et voitures régimentaires quitte les manœuvres de brigade de tirs de Telgruc. Présence du Général Planazet commandant la 44ème brigade d'infanterie (19e + 118e).

Le 20 mai, 1550 hommes (2e RIC + 6e RIC), en deux vagues, embarquent à Brest pour Lanvéoc. Première vague 5h, deuxième vague 7h45.

1902
Un détachement du 19e de ligne composé d'un officier et de trente hommes, avec les chevaux et voitures d'approvisionnement, fait étape à Châteaulin le 29 avril. Manœuvres du 19e du 30 avril au 7 mai à Telgruc pour des tirs de combat puis exécute des exercices combinés avec le 118e (Morlaix). Cantonnement à Lanvéoc. Le bataillon du 118e de ligne de Morlaix commandé par le commandant Jeuné est composé de 11 officiers, 376 sous-officiers et soldats, sept chevaux et deux voitures.

Ces manœuvres de la 44ème division d'infanterie font l'objet de communiqués officiels :
En exécution des ordres du ministre de la guerre, les troupes de la 44e brigade d'infanterie se rendront à Telgruc pour y exécuter des tirs collectifs et de combat. Les tirs auront lieu de onze hzures du matin à cinq heures du soir, les jours suivants :
19ème régiment d'infanterie, les jeudi 1er, vendredi 2, samedi 3, lundi 5 et mardi 6 mai ;
118ème régiment d'infanterie, les vendredi 9, samedi 10 et lundi 12 mai.
Les tirs seront exécutés sur le territoire de la commune de Telgruc à l'ouest du bourg.
La ligne principale est orientée N-O au S-O : partant de la croix de Kerbriant, elle est dirigée vers la mer, à mi-distance entre la pointe de Tréboul et celle de Pen-ar-Vir. Les limites du polygone seront balisées au moyen de mâts de signaux placés à chaque angle. La circulation sera rigoureusement interdite dans les limites du polygone. Dans ce but, une heure avant le tir, des fanions rouges seront hissés au sommet de chacun des mâts limitant le polygone ; à la même heure, la retraite sera sonnée par les clairons sur le périmètre du polygone ; après le tir de chaque journée, les clairons sonneront la marche et les fanions rouges seront abattus. Un garde-pêche croisera pendant les tirs à proximité et en dehors de la zone dangereuse  : il aura pour mission de prévenir du danger des bateaux qui approcheraient et arborera le pavillon rouge une heure avant le tir.
Les maires des communes bordant la baie de Douarnenez sont priés de faire porter la présent avis à la connaissance de ceux de leurs administrés qui fréquentent ces parages. Les tirs n'auront pas lieu les dimanches 4 et 11 mai ni le jeudi 8 mai, jour de l'Ascension.

Trois régiments d'infanterie coloniale quittent Brest dont le 2e le 20 mai 1902 par les vapeurs brestois jusqu'au Fret puis marche vers Argol et Telgruc. Tirs durant 7 jours et retour à pied par étapes par Châteaulin sous le commandement du général Chevallier qui fait faire des manœuvres sur le chemin. Puis halte par Landerneau pour les 2e. Le 6è ne passe pas à Landerneau. Retour à Brest étalé autour du 10 juin. Le 21e régiment rentre par les vapeurs en dernier. Le 21e RIC est une nouvelle entité créée avec les effectifs du 2e et fut engagé au Maroc en 1900. Ce régiment ne va pas rester à Brest et sera envoyé au Fort d'Ivry prochainement.

1903
Les manœuvres de 1903 sont prévues ainsi :
La 44e brigade d'infanterie manœuvre le 1er mai au 6 mai pour le 19e RI et le 8 mai au 13 mai pour le 118e RI. Manœuvres de tirs à Telgruc de la 2e brigade d'infanterie coloniale composé du 2e RIC (500 hommes) et 6e RIC entre le 22 mai et 30 mai (2e) et le 2juin et 11 juin (6e). Mêmes conditions que les manœuvres de 1902 avec le même avis aux mairies. Général commandant la 2ème brigade : Gonard.
Manœuvres supprimées par ordre du ministre de la guerre le 23 avril par mesure d'économie.

1904
Périodes similaires. 44e brigade suivie de la 2e brigade coloniale. Cantonnement au bourg de Telgruc. Retour à Brest du 2e RIC, 371 hommes, 23 officiers, 9 chevaux. Manœuvres de tirs commandées par le Général Frey (commandant la 3e division d'infanterie coloniale) et le général Gonard. Les officiers et sous officiers sont logés chez l'habitant et les hommes cantonnés.

Des précisions sur les coloniaux.
Brest 16 mai 1904.
Départ du 6ème colonial du colonel Bertin. Le bataillon de marche du 6ème régiment d'infanterie coloniale, sous le commandement du chef de bataillon Moraine, embarque à cinq heures, au 1er bassin du port de commerce, sur les vapeurs brestois. Le vapeur Rapide a pris à son bord 200 hommes ; le vapeur Express, 275, et le vapeur Cotentin, 150. Les hommes sont en tenue de campagne, les couvre-pieds roulés sur le sac. Les vapeurs accostent à Lanvéoc, marche des troupes jusqu'à Telgruc (13km).

1905
Le 19e RI manœuvre dans les landes côte Sud, à Telgruc du 23 mai eu 2 juin. Un bataillon cantonne au bourg de Telgruc, un second à Kernon, le troisième à Penquer-le-Caon. Le général Gaudelette commandant la 44e brigade d'infanterie, assiste aux tirs les 27 et 29 mai. Ces manœuvres sont sous la direction du général Ambrosini, commandant la 22e division d'infanterie à Vannes.

Des manœuvres de tirs de combat sont annulées du fait qu'une maison privée se trouve sur la zone de tir. Les exercices sont transférés au Menez-Hom. Les commerçants de Telgruc n'ont pas manifesté leur déception même si l'absence des militaires est une perte de chiffre d'affaire considérable.

Crozon 1 juin
Le bataillon du 118e de Crozon quitte le fort à trois heures du matin pour le nouveau champ de tir du Ménez-hom. Cantonnement à Telgruc. Le 118e de Quimper est présent et un détachement de Morlaix aussi, en l’occurrence le bataillon du commandant Jacquot.

1906
Retour à Brest de la 2e brigade d'infanterie coloniale après des manœuvres à Telgruc le 11 août. Retour par Lanvéoc et le vapeur Brestois qui embarque deux bataillons à la fois par deux fois.

1907
Les 2e et 6e RIC quittent Brest le 28 mai pour effectuer leurs tirs de combat à Telgruc.
Le 6e régiment marche sur Landerneau par la grande route, le 2e prend le passage de Plougastel, par les bacs de Kerhuon. Une première, les bacs sont vétustes.
Le matériel de tir est embarqué sur le bateau à vapeur Rapide, débarquement à Lanvéoc.
Le général Riou, commandant la brigade d'infanterie coloniale supervise les manœuvres qui se déroulent à Telgruc et au Ménez Hom. Retour à Brest le 13 juin.

ETC...

Les régiments sont envoyés à L'Est pendant la première guerre mondiale. Les manœuvres n'ont plus lieu d'être. Après guerre, il semblerait que les terrains de Telgruc aient été mis à l'écart, trop exigus d'autant que progressivement les moyens matériels militaires mécanisés sont en nettes augmentations. De plus les régiments prennent le train dorénavant pour rejoindre des camps d’entraînement comme celui de Coëtquidan. C'est le cas du 2e RIC le 7 mai 1938 à la veille de la seconde guerre mondiale.



Destins de guerre

Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?

19e RI & 118e RI

2e RAC & 3e RAP

13ème RIC

87e RIT

Manœuvres à Telgruc

Sous -marin Germinal

Sous marins Naïade Q015 et Q124

Dixmude

Tahure

11 novembre

La Fronde

Débarquement d'Athènes

3 frères morts pendant la grande guerre

Remorqueur Atlas

Croiseur Ernest Renan

Cuirassé Suffren

Croiseur cuirassé Kléber et sous-marin allemand UC-61

Le Bouclier

El Ksiba Maroc

Le Pluton

Le Sfax

Cuirassé Bretagne

Cargo le Granville

Camp de Watenstedt

Résistant 18 ans fusillé

25/26 août 1944 bombardement de Roscanvel

3 septembre 1944 bombardement de Telgruc

Mémorial de l'aéronautique

Le 248 RI 208ème compagnie et 5ème Bataillon en 1940

La bataille de l'Ailette le 5 et 6 juin 1940

Résistance à Camaret

Réseau Vengeance

bataillon de FTP - Franc-tireur-partisan

Commandant L'Herminier

L'Emigrant sous protection allemande

Tante Yvonne

Marcel Clédic

Maquis de Spezet

Jean Ménez

Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre

Yves Lagatu

La Soizic

Bateaux de Camaret arraisonnés ou mitraillés par la Royal Navy et la RAF

La Suzanne-Renée - Réseaux d'évasions des pilotes Américains et Anglais de la WW2

La Croix de Pen-Hir

Rose Bruteller

Opération Rhubarb

Les bancs de brouillard

Morts pour la France

Soldats inconnus

Les tombes du Commonwealth de : Camaret - Crozon - Lanvéoc - Roscanvel

Les forces américaines de la libération de Brest et Crozon

3rd Division Air Force

Task force (A et B)

Les forces allemandes lors de la libération de Brest et Crozon

Les légions étrangères allemandes présentes en Crozon

Feldkommandantur 752

2. Tactical Air Force RAF

Gardien de batterie

Pilote aviateur Gaston Beven

Officier mécanicien Capitaine Jean Tassa

Guy Eder de la Fontenelle

°°°

FORTS FORTIFICATIONS BATTERIES DE COTE AVANT 1939

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945



A la une :

La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021