Croiseur auxiliaire Golo II torpillé coulé

Version civile du Golo avant 1914.

Représentation du drame du Golo II par Bernard Lachèvre (1885-1950) au large d'Anti Paxo.

Une carte postale portant le tampon d'affranchissement du Golo II en tant que transporteur de courrier.





Le sous-marin UC 22 à Landerneau en 1921.

Le Golo II fut d'abord un paquebot civil (construit en 1905 baptisé Golo du nom d'une rivière corse) de la Cie Marseillaise de Navigation à Vapeur (Cie Fraissinet, Marseille) qui assurait les liaisons avec la Corse puis ultérieurement le courrier entre Marseille et Alger. Réquisitionné par la Marine lors de la première guerre mondiale, armé en croiseur auxiliaire, il fait du transport de troupe en Méditerranée, transporte le courrier et patrouille en mer.

Le Golo II, commandé par le lieutenant de vaisseau Holmann*, fait la liaison Toulon Corfou avec des permissionnaires Français et quelques officiers Serbes à bord. Une torpille explose par bâbord et durant l'évacuation, une nouvelle explosion se produit à cause de grenades embarquées.  Le navire coule. Des rescapés en chaloupes sont sauvés par le patrouilleur Salambo et le chalutier Rorqual après 26 heures de dérive.

Le sous-marin UC 22 commandé par l'oberleutnant Erich Wiesenbach (1891-1945) venait de poser des mines au large de Corfou et couler trois voiliers (Regina - San Nicola - Julita) lorsqu'il croise la route du Golo II. Le sous-marin porte secours à trois officiers Serbes qui sont faits prisonniers. Sur les 257 passagers, 42 victimes dont 14 parmi l'équipage - Pierre Marie Alix, premier-maître fourrier de Telgruc (classe 1897) permissionnaire du cuirassé Courbet, mort pour la France le 22 août 1917.

Les quatre bateaux cités sont les "seuls" victimes de cet officier mais ce commandemant de l'UC 22 fut bref : 14 Juillet 1917 - 16 Octobre 1917.

En 1921, quatre sous-marins allemands versés dans la marine française après guerre et deux mouilleurs de mines, arrivent à Landerneau pour être déconstruits afin de récupérer les métaux. L'UC 22 (1915-1921) est parmi eux, acheté aux domaines de Brest (comme les autres carcasses), il va être découpé par l'entreprise Merdy (bd de la gare) qui travaillait pour la marine.

*Le lieutenant de vaisseau Holmann fut convoqué par le préfet maritime à Toulon, l'amiral Lacaze, pour être traduit en conseil de guerre en novembre 1917. Le Golo II était équipé comme un torpilleur. L'amirauté souhaitait savoir s'il n'y avait pas eu un défaut de surveillance et un défaut de riposte.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

La Libération de Crozon et de Camaret-sur-Mer
Les Crozonaspis, une vie locale d'antan.
La pegmatite, la grotte du Charivari, l'îlot de la Baleine, le schiste rouge du cap de la Chèvre.
Le drame du Golo II.
Croiseur Amiral Charner - Kapitänleutnant Otto Hersing un héros douteux !
La belle histoire du Bel Espoir !
Auguste Labouret maître-verrier breveté !
La Villa Bellevue Peugeot de Morgat.
Marins de Crozon sur le Croiseur Ernest Renan.
Une modiste s'installe à Telgruc-sur-Mer.
CES le collège Alain de Crozon, quelle histoire ?
La niche votive des maisons nobles.
Visite médicale de l'armée en plein air.
Les conserveries de Morgat dont l'usine Poriel du bas.
L'aviso Détroyat porte les cendres de Jean Gabin en mer d'Iroise.
Les salles de danse des années tellement folles et son jazz révolutionnaire.
Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal et de son arrière petit fils Eugène-Hervé Vincent.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



talmadeen