Extermination des bélugas par les pêcheurs et la Marine nationale

Dans les années 1910-30, la presse locale répercute le problème récurent des pêcheurs de sardines. Les pêcheurs sardiniers se sentent dépossédés de leurs capacités de pêche à cause des bélugas, marsouins et autres animaux marins chasseurs de bancs de sardines.

L'appellation béluga n'est pas certaine, les pêcheurs semblent confondre avec le grampus gris répètent les journalistes... Qu'importe les vocables scientifiques ou pas, les "bélugas" deviennent de plus en plus nombreux à la période estivale et déferlent en baie de Douarnenez, par exemple, ce qu'ils ne faisaient pas auparavant car ils restaient au large. Seuls quelques marsouins osaient l'approche...

Avec les années la calamité s'intensifie, les bélugas ou dauphins selon certains, ne pêchent plus, ils s'en prennent directement aux filets des pêcheurs en les déchirant pour consommer les sardines prises. Les pêcheurs sont excédés, leurs revenus déjà bien faibles s'amoindrissent encore. Ils en appellent à l'armée. La Marine envoie des garde-pêche dans un premier temps, puis torpilleurs pour attaquer les "bélugas" aux canons et aux mitrailleuses. Le résultat est piètre en terme d'efficacité mais pour calmer les esprits, les "bélugas" deviennent l'ennemi de la Marine Nationale. La flotille des torpilleurs de Brest se dévoue épisodiquement, la mission est considérée comme un exercice sur cibles mouvantes.

Insatisfaits par les campagnes d'extermination, des expéditions punitives sont organisées par les pêcheurs jusqu'aux îles Scilly dans les eaux anglaises. A coups de hache, au harpon, à la pique... Le carnage déplaît aux autorités anglaises qui demandent aux pêcheurs Français de ramener les cadavres au large pour éviter qu'une peste ne se déclare à cause des cétacés échoués.

La notion de surpêche n'existe pas à cette époque, la survie est un doute à chaque jour de pêche, les familles sont à nourrir.

La cupidité des conserveurs va permettre aux "bélugas" et aux sardines des côtes bretonnes de retrouver une certaine quiétude. La consommation des sardines à l'huile se banalise, les prix baissent, les conserveries se délocalisent au Maroc, les pêches aussi. Les pêcheurs Bretons ont perdu sur toute la ligne...

"Les Mouscouls
Hardi, les as, et sus aux bélugas !
Marsouin de proie dont le groin broie la sardine d'argent si chère aux pauvres gens, le béluga n'est plus le poisson de naguère connu de nos gâs, mais une impitoyable machine de guerre. En chair auparavant, carnassier camouflé depuis en cuirassier, le béluga devenu monstre, en fer dorénavant, vogue sous l'onde par le monde, avec un pêle-mêle d'organes de cuivre et d'acier : l'on en distingue l'oeil de verre qui bourlingue au ras de l'eau, tel un crachat de matelot.
Hardi, les as, et sus aux bélugas !"
...
Le poète Saint-Pol-Roux (symboliste), poursuit ainsi longuement un poème "sans fin" dans un style emporté en 1917... Le poète réside à Camaret-sur-Mer et connaît le monde des pêcheurs.



A la une :

Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021