Extermination des bélugas par les pêcheurs et la Marine nationale

Dans les années 1910-30, la presse locale répercute le problème récurent des pêcheurs de sardines. Les pêcheurs sardiniers se sentent dépossédés de leurs capacités de pêche à cause des bélugas, marsouins et autres animaux marins chasseurs de bancs de sardines.

L'appellation béluga n'est pas certaine, les pêcheurs semblent confondre avec le grampus gris répètent les journalistes... Qu'importe les vocables scientifiques ou pas, les "bélugas" deviennent de plus en plus nombreux à la période estivale et déferlent en baie de Douarnenez, par exemple, ce qu'ils ne faisaient pas auparavant car ils restaient au large. Seuls quelques marsouins osaient l'approche...

Avec les années la calamité s'intensifie, les bélugas ou dauphins selon certains, ne pêchent plus, ils s'en prennent directement aux filets des pêcheurs en les déchirant pour consommer les sardines prises. Les pêcheurs sont excédés, leurs revenus déjà bien faibles s'amoindrissent encore. Ils en appellent à l'armée. La Marine dépêche des torpilleurs pour attaquer les "bélugas" aux canons et aux mitrailleuses. Le résultat est piètre en terme d'efficacité mais pour calmer les esprits, les "bélugas" deviennent l'ennemi de la Marine Nationale. La flotille des torpilleurs de Brest se dévoue épisodiquement, la mission est considérée comme un exercice sur cibles mouvantes.

Insatisfaits par les campagnes d'extermination, des expéditions punitives sont organisées par les pêcheurs jusqu'aux îles Scilly dans les eaux anglaises. A coups de hache, au harpon, à la pique... Le carnage déplaît aux autorités anglaises qui demandent aux pêcheurs Français de ramener les cadavres au large pour éviter qu'une peste ne se déclare à cause des cétacés échoués.

La notion de surpêche n'existe pas à cette époque, la survie est un doute à chaque jour de pêche, les familles sont à nourrir.

La cupidité des conserveurs va permettre aux "bélugas" et aux sardines des côtes bretonnes de retrouver une certaine quiétude. La consommation des sardines à l'huile se banalise, les prix baissent, les conserveries se délocalisent au Maroc, les pêches aussi. Les pêcheurs Bretons ont perdu sur toute la ligne...

"Les Mouscouls
Hardi, les as, et sus aux bélugas !
Marsouin de proie dont le groin broie la sardine d'argent si chère aux pauvres gens, le béluga n'est plus le poisson de naguère connu de nos gâs, mais une impitoyable machine de guerre. En chair auparavant, carnassier camouflé depuis en cuirassier, le béluga devenu monstre, en fer dorénavant, vogue sous l'onde par le monde, avec un pêle-mêle d'organes de cuivre et d'acier : l'on en distingue l'oeil de verre qui bourlingue au ras de l'eau, tel un crachat de matelot.
Hardi, les as, et sus aux bélugas !"
...
Le poète Saint-Pol-Roux (symboliste), poursuit ainsi longuement un poème "sans fin" dans un style emporté en 1917... Le poète réside à Camaret-sur-Mer et connaît le monde des pêcheurs.



A la une :

Le rideau breton, une tradition presque perdue.
La voile ancienne pince de crabe... Une antiquité qui ressurgit.
Chantiers navals de Camaret.
La plage suspendue du Corréjou.
Embosser de la charcuterie et un bateau ce n'est pas la même chose.
Le sombre souvenir du Pluton.
Moteur CLM Peugeot Junkers.
Bientôt la fin de la frégate Primauguet.
L'indépendance de la Bretagne grâce à la 5e Panzerdivision allemande, les automistes bretons y ont cru !
16 canons de 47mm Mle 1885 en 4 batteries de côte.
Gardien de batterie de côte, un métier envié.
Nos cousines les Tipule.
La circulaire ministérielle du 31 juillet 1846 - Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières - Loi de déclassement des corps de garde 1846.
Pour ou contre les poubelles de plage. L'avènement des bacs à marée.
Armoiries des communes de la presqu'île de Crozon.
Une ancienne faneuse.
Le Gendarme est l'ami du jardinier.
La Ligie océanique le Cloporte des mers.
Du livre terrier au cadastre napoléonien.
Un petit papillon : la Brocatelle d'or.
ANNONCE GRATUITE : Recherche pièce détachée hache-lande - broyeuse d'ajonc.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Un vélo Jacques Anquetil qui raconte sa marque et ses soirées poker.
Une grande vedette à Camaret-sur-Mer Gabrielle Colonna-Romano.
Les yeux du plasticien Pierre Chanteau.
Initiation artistique de Jean Moulin à Camaret-sur-Mer.
Kabelbrunnen - puits à câbles téléphoniques de la guerre 39-45.
Radars allemands, détecteurs acoustiques - Funkmeßgerät, Ringtrichter-Richtungshörer.
Des mines allemandes dans les champs.
Papillon pourpre : Pyrale pourprée - Pyrausta purpuralis
Les plantes du littotal du haut de plage.
Des plastiques du passé bien présents dans la nature.
Des grains sous les fougères : les sores.
Baies sauvages comestibles ou toxiques...
Escargot Zebrina debrita - Bulime zébré - il aime le soleil !
Les pucerons verts une affaire de génération.
Captage de naissains sauvages d'huîtres.
Le four à pain traditionnel breton.
Alphonse et Gabriel Chanteau les peintres jumeaux oubliés.
Frère François le Bail la passion de la science et de Dieu.
Mme Taon vous découpe la viande !
Pompage électrique de l'eau de 1951.
Création de la commune de Lanvéoc et son premier maire déterminé.
Un insecte qui "stresse rouge" : le Crache-sang.
Danger pour le Cardinal rouge !
Poste de projecteur en rase campagne !
Stations de radio guidage allemandes.
Petit crabe vert - Etrille - Necora puber.
Terriers fossiles de vers marins de 400 millions d'années.
Aérodrome leurre de Tréyout.
Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?
Beurk ! Une ponte de calmars sur la plage.
L'avion fusée Messerschmitt 163 Komet à Lanvéoc-Poulmic.
La mission top secret du Spitfire de l'aspirant Christie.
Fixation d'une grosse chenille verte du Machaon.
Suivez en direct la "plongée" d'une Telline.
La dernière comtesse de Crozon riche et malheureuse.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
La cale brisée de Morgat.
La petite histoire du Ménez Luz.
La conserverie "La Telgrucienne".
Batterie du Menez Caon.
Détails sur les caponnières.
Des canons de place à Crozon.
Les tranchées de la presqu'île de Crozon.
La Cétoine dorée l'insecte vert sympathique.
Le fort de Crozon qui ne résiste pas aux explosions.
Une guêpe presque fréquentable, la guêpe Poliste.
La galle de l'érable une affaire d'acarien.
Le 19e RI et le 118e RI au fort de Crozon. Le 3e RAP et le 2e RAC sur la côte. Le 87e RIT en soutien.
La ligne de défense intérieure des forts de la presqu'île de Crozon.
L'escargot de Quimper un specimen mystérieux !
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020