Le navire Breslaw participe à l'emprisonnement des Communards

Le Breslaw sort des chantiers navals de Brest le 31 juillet 1848. Il appartient à la classe Suffren des navires de ligne de la Marine nationale française disposant de 90 canons. Avant de s'appeler Breslaw, il porta le nom d'Achille à l'état de projet en 1827, puis de Saint Louis à l'état de coque en 1839.

La classe Suffren succède aux navires de 80 canons de la classe Bucentaure conçus par Jean Tupinier. Ils apportent une innovation : ils possèdent une coque droite, au lieu du frégatage qui prévaut alors à l'époque. Cela a pour conséquence de remonter le centre de gravité du navire et permet d'avoir plus d'espace de stockage sur les ponts supérieurs. Les problèmes de stabilité sont résolus en rajoutant des stabilisateurs immergés sous la coque.

Le navire de ligne Breslaw participe à la guerre de Crimée (1853) comme transporteur de troupes ainsi qu'à la campagne du Mexique en 1862. En 1856-1857, le voilier est motorisé à Brest pour devenir un vaisseau mixte. En fin de carrière, il est relégué en tant que navire de l'escadre de réserve à Landévennec.

En mai 1871, sous le commandement du capitaine de frégate Paul Emile Marie Réveillère (1829-1908 - futur major-général décoré), le navire contribue avec 11 autres navires en rade de Brest, à l'une des plus sombres pages de l'histoire de la marine française : la détention de centaines de communards ou supposés comme tels dans des conditions abominables. Ces navires de la flotte sont transformés en pontons d'incarcération en attendant que chaque dossier des internés soit étudié pour savoir s'ils doivent être déférés en justice avant la déportation en Nouvelle-Calédonie ou simplement relâchés faute de preuve. Interrogatoires, recherches administratives et possibilités de tortures « raisonnées » permettent de faire avancer lentement les dossiers d'accusation.

Dans le livre du journaliste Lissagaray sur l'histoire de la Commune de 1871, l'auteur écrit : « … le capitaine d’armes du Breslaw les traitait en forçats ». Le climat est à l'hystérie générale et à la répression sans limite. Tout militaire qui marquerait un signe d'humanité envers ces insurgés se verrait complice et passé par les armes.

Après cette douloureuse affectation, le navire est inutilisable et devient un dépôt de munitions flottant puis subit une démolition en 1886.

Parmi les prisonniers se trouve le meunier Marc-Marie Groascoz du Disloup en presqu'île de Crozon. Cet homme s'est fait arrêter à Paris et transférer par train de prisonniers à Brest dans des conditions d'entassements épouvantables (1200 prisonniers par train constitués de wagons plombés), sans eau avec quelques biscuits secs à partager à plusieurs pour un voyage de 24 à 36 heures. Transfert de Brest aux navires pontons par chaloupes sous la surveillance des militaires gardiens qui usent de la brimade allègrement. Mise en cellule de 80 personnes dans des cages à bord jusqu'aux cales insalubres.

« Les prisonniers des pontons, étaient nourris de biscuit et de lard. Plus tard, on ajouta de la soupe et du bouilli tous les dimanches. Les couteaux et les fourchettes étaient interdits. On batailla plusieurs jours pour obtenir des cuillers. Les bénéfices du cantinier qui, d’après le cahier des charges devaient être limités à un dixième, atteignirent jusqu’à 500 pour cent. » Lissagaray.

12000 prisonniers répartis sur le Napoléon, l'Austerlitz, le Ville-de-Bordeaux, l'Yonne, le Fontenois, l'Hermine, la Mare, l'Aube, le Duguay-Trouin, le Ville-de-Lyon, le Tilsitt et le Breslaw. Ce dernier mouille face au port du Fret devant le moulin du meunier. Le suspect, lors de sa demi-heure de promenade sur le pont supérieur, regarde son chez-lui, son moulin, pense à sa famille entre mars et avril 1872. Au delà une ordonnance de non-lieu lui signifie sa libération curieusement il ne retourne pas à sa vie passée, il disparaît en Italie pour y mourir un an plus tard à 43 ans.

Pour d'autres prisonniers les mois passent à bord dans la souffrance. Nombreux sont ceux qui seront embarqués dans d'autres navires en partance de la cale de Sourdis en Quélern pour la Nouvelle Calédonie. 5 mois d'un voyage abominable...

Maître des barques

L'histoire des moulins

Le Mauritanien Rocamadour

La Janine monument historique

Dundee

Le Galant-Passeur

Péri ou disparu en mer

Une vie de sardinier

Crise sardinière le vrai le faux

Extermination des bélugas au canon

L'histoire des Mauritaniens

Le fantôme de Landévennec

La légende des Korrigans

L'épave du Tante Yvonne

D'autres épaves

L'échouage du Pérou

L'échouage du Duguesclin

Inauguration du navire école Charles Daniélou

Horreur à bord du Breslaw

Le Bel Espoir

Voiliers anciens et vieilles coques

Bateau à vapeur l'Averse

Louis Prucser moine résistant

La Fauvette

Traduction de toponymes

Tournages de films de cinéma

Séries Tv et courts métrages

Statut social des femmes par leurs pierres tombales

Macron à Crozon carton rouge 2018

Benoît Hamon incognito

Louis Jouvet

Petit commerce

Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance

La visite d'Erwin Rommel

Câble sous-marin

Les vacances de de Gaulle à Morgat

Les architectes qui comptent

Les Filles du Saint Esprit

Antennes-relais

Poteaux en béton

Poteaux en bois



A la une :

L'histoire du boulet en presqu'île de Crozon.
Herbiers de zostères - prairie sous-marine.
L'érosion de la côte argileuse.
La crevette bouquet français.
Une nouvelle baleine morte au Kerloc'h.
Le sémaphore du Toulinguet c'est fini !
L'histoire du presbytère de Roscanvel.
Le street-art in Crozon !
La confiserie Landié sur les quais de Morgat, une institution.
Batteries côtières du 18ème siècle sur la côte Est de Roscanvel.
De la meurtrière au créneau de tir.
Quelle est l'origine du toponyme Rocher Lieval de Roscanvel ?
Sel de mer et canicule en Bretagne.
Chasmophyte - plante de fissure.
L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019