Faire la buée

La maison de la buée proche du lavoir.

Un ancien point d'eau pour faire la buée avant le temps des lavoirs.

Un agenouilloir et le battoir à droite au lavoir.

Lessiveuse à champignon.

La buée fut le premier nom donné à la lessive : "faire la buée" ou "faire la bue". La femme qui s'activait à la tâche était nommée buandière et si celle-ci travaillait pour une maison bourgeoise citadine, elle faisait la buée dans la buanderie.

En presqu'île de Crozon, les épouses des pêcheurs-paysans lessivaient à des points d'eau à peine aménagés ; une source alimentait un creux dans le sol parfois bien moins grand qu'une mare. Puis vint le temps des lavoirs spartiates et enfin celui des lavoirs aménagés au 19ème siècle. Dans la littérature, il est souvent fait mention de la "poétique" de ces travailleuses papotant, échangeant et commérant aussi, autour du lavoir... Des écrits masculins vantant les charmes de la vie traditionnelle et émanant d'une élite intellectuelle qui ignorait une réalité bien plus dramatique. Les artistes peintres n'étaient pas en reste quant à représenter une activité féminine quasi bucolique.

Les efforts consentis par les femmes pour la lessive usaient les organismes lentement mais sûrement, en silence, dans l'évidence de répéter la tâche toute une vie. Les maux de dos, les lombalgies et autres traumatismes plus ou moins musculaires furent les pathologies les plus fréquentes des blanchisseuses. Les problèmes respiratoires pour celles qui œuvraient en milieu clos étaient connus des médecins. Les fausses-couches étaient fréquentes, voire répétitives, pour les lavandières les plus fragiles. Plus assurément encore, les mains gercées, crevassées, brûlées par les produits lavants ; les problèmes articulaires n’arrangeaient rien à l'état de santé de ces femmes surmenées... L'espérance de vie des lavandières professionnelles – blanchisseuses – lessiveuses – était écourtée.

En presqu'île dès qu'une certaine aristocratie et ceci jusqu'à la révolution française, émergea, le métier de blanchisseuse évolua au service des bourgs cossus. Les châtelains des manoirs excentrés n'avaient pas recours aux lavandières externes à leurs personnels de servitude. Au 19ème siècle, la baisse progressive des activités agricoles et le démantèlement des grandes propriétés foncières, furent contrebalancées par l'augmentation des activités industrieuses même si en presqu'île elles étaient faiblement représentées (fours à chaux - conserveries - construction navale). La nouvelle bourgeoisie faisait appel à des blanchisseuses qui s'installaient à côté d'un lavoir suffisamment spacieux pour travailler au mieux.

La présence des militaires en presqu'ile de Crozon donnaient du travail. Si le soldat du rang lavait son linge, le sous-officier s'arrangeait selon les circonstances, l'officier délèguait aux lessiveuses du quartier. L'ultime période faste de la blanchisserie fut la seconde guerre mondiale. L'armée d'occupation réclamait beaucoup de personnels civils pour entretenir les locaux et les tenues. Les blanchisseuses professionnelles, mais aussi les femmes qui cherchaient un travail pour subvenir aux nécessités courantes, ont donc beaucoup travaillé pour l'armée allemande mais avec un retour d'expérience fort utile à la résistance. Les lavandières étaient contactées plus ou moins directement par des résistants qui leur demandaient quel type de linge elles lavaient. Si un lieutenant demandait le lavage d'une tenue de combat, ou si celui-ci demandait le lavage d'un uniforme de cérémonie, les conclusions à tirer par les services d'intelligence variaient. Le grand lavage à la venue du Maréchal Rommel, n'était pas passé inaperçu.

La principale avancée d'après-guerre consista à user de bacs à lessivage en béton.

Avant de connaître la machine à laver électrique dont le prix équivalait de 6 à 8 mois d'un salaire moyen, les ménagères ont pu tester des machines manuelles malcommodes qui nécessitaient de nouveaux efforts physiques dommageables... Bien des grands-mères se souviennent de leur libération : l'installation de la machine à laver à domicile, un événement dont elles se réjouissent encore. Un changement de vie ou un changement de corvée, tout dépendait de la destinée de chacune.

Le jour de grande buée au village réunissait toutes les femmes pour le lessivage de tous les draps de toutes les familles. Un travail fastidieux qui se faisait rarement, deux à trois fois par an seulement. Les épais draps en lin ou coton, voire métis (lin et coton) pesaient lourds une fois trempés. Chaque étape du lavage avait un surnom explicite : le purgatoire : le coulage à froid ; l'enfer, le coulage à chaud ; le paradis, le rinçage et l'essorage... Un paradis très relatif dans une eau de source froide et des torsades excessivement éprouvantes. Le rappel à la religion catholique n'est pas un hasard. Les missionnaires et les curés de campagne, venaient aux sources rencontrer des pénitentes bien plus perméables aux affaires divines que leurs époux convertis à la dive bouteille.

Séchage si possible au soleil pour le blanchiment idéal. Les trois jours de lessive se terminaient par une fête au village. Tout ce pénible cérémonial disparut à l'avènement des lessiveuses galvanisées à champignon après la première guerre mondiale pour les femmes dont le foyer avait les moyens de s'en offrir une. Ce fut aussi le cadeau de mariage par excellence, la lessiveuse devint l'ustensile moderne incontournable. En presqu'ile de Crozon, quelques lavoirs trouvèrent leur utilité jusque dans les années 1960... Certes, le manque d'eau courante avait certainement freiné la modernité, mais cela n'expliquait pas tout...

Les temps forts d'une buée :
Essangeage : tremper (essanger) le linge dans de l'eau froide. Les familles aisées avaient un grand chaudron en fonte pour ce faire.
Coulage à froid : dans un cuvier recouvert d'un drap (surnommé le cendrier) , l'extrait de cendres, le linge et de l'eau froide y sont mélangés. Le linge est empilé (empilage). Les draps au fond, les torchons dessus. L'eau est récupérée et l'opération renouvelée avant une nuit de repos.
Coulage à chaud : l'eau de la veille est jetée et remplacée par de l'eau chaude, une vidange du cuvier, un nouveau remplissage par une eau réchauffée, jusqu'à une nouvelle nuit de repos.
Lessivage : le linge est amené à un cours d'eau pour y être brossé soigneusement.
Retirage : le linge est rincé longuement.
Tordage : essorage du linge en le tordant ou en le frappant.
Séchage : sur l'herbe en plein soleil - la mise au pré permet d'azurer le linge... En l’occurrence, le blanchir pour les draps et le linge de maison.

Faire la lessive à la cendre

Aujourd'hui, la lessive à la cendre se prépare avec un mélange d'eau chaude et de cendres fines. Laissez décanter le mélange 24 heures. La filtration est nécessaire dans un torchon. Le produit récolté est mis en machine. La lessive peut commencer.
La cendre blanche de chêne est recommandée. D'autres lavandières préfèrent la cendre de bouleau. En y ajoutant de l'eau chaude, la chimie (carbonate de potasse) qui en résulte est proche des lessives industrielles. Quelques plantes ou racines régionales parfument le linge durant le lavage.
Dosage lessive cendres : 4 verres de cendres fines pour 2 litres d'eau.

Les lavoirs et fontaines de la presqu'île de Crozon

Bien des lavoirs ont disparu, certains ont traversé les siècles néanmoins. Les lavoirs des différentes communes de la presqu'île sont les derniers témoins des buées d'antan. ArgolCamaretCrozonMorgatLandévennecLanvéocRoscanvelTelgruc.

Histoire locale

L'empire romain : Camp romain du Kerloc'hMonnaie de PostumeVoies romaines.

L'ancien régime : La dernière comtesse de CrozonL'histoire du comté de CrozonLes fourches patibulairesJeanne de Navarre quitte la Bretagne par le port du FretMaître des barquesLa loi du milliard pour les émigrésArmoiries des communesAttaques des diligences

Les personnalités : Marguerite de SavoieJean MoulinLa visite d'Erwin RommelLouis Prucser moine résistantLes vacances de de Gaulle à MorgatGabrielle Colonna-RomanoLouis JouvetMonique Keraudren & Gérard Aymonin botanistesFrère François le Bail géologueMacron à Crozon carton rouge 2018Les architectes qui comptentPapes Grégoire XI et Paul II

Artistes : Marie-Jo GuévelGérard GuéguéniatAlphonse et Gabriel ChanteauPierre ChanteauMaxime MaufraJim E SévellecGeorges VioletMarcel Sauvaige

Les gens : Statut social des femmes par leurs pierres tombalesLes femmes dans les conseils municipaux  – Les épidémiesBaisse de la population à cause du sable marinResencement : baisse du nombre d'habitantsMourir en vacancesCurés de campagneLes Filles du Saint EspritVendeur colporteur de presse VCPDémocratie participativeRIP Référendum d'initiative partagéePrécarité et délinquanceAlmanach du forestierTour de FranceCaravane publicitaire

Pêche : Locations au Fret pour les pêcheurs de coquillesUne vie de sardinierCrise sardinière le vrai le fauxExtermination des bélugas au canonLe Mauritanien RocamadourL'histoire des MauritaniensPéri ou disparu en merLa Janine monument historiqueDundee

Epaves et échouages : Le fantôme de LandévennecLa fin de la flûte RhôneL'épave du Tante YvonneD'autres épavesL'échouage du PérouL'échouage du DuguesclinPlanches découvrantesIndemnisations de l'Erika

Vieilles coques : Inauguration du navire école Charles DaniélouHorreur à bord du BreslawLe Bel EspoirVoiliers anciens et vieilles coquesVoile pince de crabeGrésillonBateau à vapeur l'AverseLa FauvetteLes ancres qui chassent

Navires d'aujourd'hui : Seajacks ScyllaVedette des douanes en sauvetageVedettes PM 509 PM 510Méthanier à membraneTempête AmélieStellamarisPétrolier WhitstarLiaisons maritimesPorte-conteneursCâblierRemorqueur océanique

Légendes coutumes toponymes: La pierre du mariageLa chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la filleLe Galant-PasseurLa légende des KorrigansTraduction de toponymesLan – Ermitage

Aménagements : L'histoire des moulinsLes cloches sous la RévolutionLivre terrier et cadastre napoléonienManoir disparuPetit commerceFruiteriePlaque émaillée licence IVBoîte jaune de la PosteCâble sous-marinAntennes-relaisPoteaux en bétonPoteaux en boisPoteaux composites & fibres de verreDéploiement de la fibre optiqueEnfouissement de lignes électriquesLignes de haute-tensionPoste de transformation de haute tensionRepère de nivellement généralPistes cyclablesL'évolution de l'usage de la voitureL'histoire des pompes à essenceRallye Super - Casino - Leader Price - AldiFaire la buéeChantiers CourtéPLUiH

Culture : Tournages de films de cinémaSéries Tv et courts métragesOrchestre de la WW2


°°°




A la une :

Le monument aux morts de Crozon fit éructer le préfet.
Anne Le Bastard de Mesmeur, une religieuse royaliste.
Manoir de Lescoat des Poulmic aux Bastard !
Les trous des bonnes-sœurs.
Attaques des diligences à Crozon !
Le manoir de Treyer de la famille Le Jar de Clesmeur.
Les intentions du PLUiH de la presqu'île de Crozon.
Super-Marché Concorde de Crozon.
La fonte des cloches sous la Révolution.
La manoir de Goandour de la famille de Gouandour.
De la place des femmes, des cigarettes et des cravates dans les conseils municipaux.
Les chantiers Courté.
L'aventure du Centre Hospitalier.
Les excursions maritimes pour visiter les grottes de Morgat, toute une histoire.
Les cordages marins synthétiques la fausse bonne idée.
Abri de projecteur de DCA français redécouvert à la Pointe des Espagnols.
La batterie extérieure de la Tour Vauban.
Un rorqual sans queue ni tête mystérieux.
Usine abri groupe électrogène de l'armée française de la fin du 19ème siècle.
Faire connaissance avec la limace rouge.
Rue et impasse du Moulin Cassé, l'ultime souvenir d'un moulin à vent camarétois.
L'exploitation des roselières pour le chaume traditionnel.
La corvée de la buée.
La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021