L'épopée des chalutiers langoustiers mauritaniens de Camaret-sur-Mer

Ci-dessous le calendrier des mises en service des langoustiers Mauritaniens, ces chalutiers qui devaient redonner du lustre à la pêche camarétoise. La pêche de la sardine est en pleine déliquescence : la même technique de pêche au filet est possible avec la langouste verte, du moins dans un premier temps...

1955
• Ma Petite Folie (Chantiers Sables-d'Olonne) en pêche jusqu'en 1965 – Transformé en restaurant sur la plage du Moulin Blanc de Brest jusqu'en 2016, détruit ensuite.

1956
• Belle Bretonne (Chantiers Péron) en pêche jusqu'en 1968 puis versé à Bordeaux.

1957
• Monseigneur Landreau (Chantiers Péron) en pêche jusqu'en 1967 puis versé à Bordeaux et finit en Afrique du Sud.

1958
• Saint Rioc (Chantiers Péron) a participé à une campagne aux Antilles et finit au Cap Vert à partir de 1991.
• Françoise-Christine (Chantiers Tertu) en pêche jusqu'en 1966 puis versé au Brésil.

1959
• Notre Dame De Rocamadour (Chantiers Péron) en pêche jusqu'en 1973 et appartient un temps au musée du bateau à Douarnenez.

• Kador (Chantiers à Nantes). En route vers la Mauritanie, il sombre corps (12 hommes) et biens dans le golf de Gascogne en 1962.
• Charleston (Chantiers Tertu) en pêche jusqu'en 1965 et versé au Brésil en 1966.
• Lys De Bretagne (Chantiers Kéraudren) en pêche jusqu'en 1966 puis versé en Afrique du Sud.
• Siroco (Chantiers Sables-d'Olonne) en pêche jusqu'en 1966 puis versé en Afrique du Sud.
• Folgor (Chantiers aux Pays Bas coque acier) en pêche jusqu'en 1969 puis est versé à la Réunion pour échouer dans le canal du Mozambique en 1976.

1960
• Henri Annick (Chantiers Péron) en pêche jusqu'en 1964 puis versé au Brésil à partir de 1966.

1961
• Castel Dinn (Chantiers Péron) en pêche jusqu'en 1990 puis crabier de côte jusqu'en 1998. Devient une épave sur le sillon de Camaret.
• Veryach (Chantiers Tertu) en pêche jusqu'en 1969 puis brièvement versé à Bordeaux pour poursuivre en Afrique du Sud.
• Rubis (Chantiers Keraudren) en pêche jusqu'en 1966 puis versé en Afrique du Sud puis la Réunion.
• Toulinguet (Chantiers Péron) en pêche jusqu'en 1965 puis versé au Brésil en 1966.

1962
• Banc D'Arquin (Chantiers Tertu) sera immédiatement immatriculé à Douarnenez. Puis part au Brésil en 1966. Il fut le plus grand Mauritanien = 37,4 m.
• La Comète (Chantiers Péron) en pêche jusqu'en 1976 puis fait naufrage, équipage sauf...
• Constellation (Chantiers Péron) fait naufrage en 1964 dans les eaux de la Mauritanie.
• Equateur (Chantiers Kéraudren) en pêche jusqu'en 1990 puis versé au Conquet en crabier avant de faire naufrage en 1994.

1963
• Armorique (Chantiers Kéraudren) en pêche jusqu'en 1990 puis devient un bateau de plaisance et de cabotage à Madagascar avant de couler en 1997.
• La Barbade (Chantiers Péron) en pêche jusqu'en 1968 puis versé au Mozambique et enfin à la Réunion en 1973.
• Trezic (Chantiers Tertu) fait naufrage au Cap Vert la même année.
• Maria Martina (Chantiers aux Pays Bas coque acier) accumule les changements de propriétaire et fait la Mauritanie, le Mozambique, Madagascar, Bordeaux... en activité en 1971 à l'île Saint Paul dans l'Océan Indien...

1964
• Le Condor (Chantiers Kéraudren) en pêche jusqu'en 1979 puis versé à Audierne et fait naufrage en 1978 en Afrique du Sud.
• Frai Lann (Chantiers Péron) en pêche jusqu'en 1968 puis finit à la Réunion après 1973.
• Maïtena (Chantiers Tertu) en pêche 1 an puis versé à Douarnenez et Morlaix, finit comme crabier (1976) avant d'être à l'abandon sur le sillon de Camaret-sur-Mer à partir de 2001.
• Portzic (Chantiers Péron) en pêche jusqu'en 1990 puis sa situation devient aléatoire comme la pêche à la Langouste... Beaucoup de milles marins à travers les mers et peu de pêches rentables. Il est réemployé comme thonier et garde-côte à Saint Hélène avant son sabordage en 2005.

A la lecture des différents parcours des chalutiers surnommés Mauritaniens par les Camarétois (du fait que la zone de pêche de prédilection est le large de la Mauritanie), on ne peut que constater la brièveté de leurs appartenances à leurs patrons pêcheurs commanditaires locaux. Après la perte d'espoirs lucratifs assurés, ils revendent leur coque au plus offrant souvent à des compagnies de pays lointains (Afrique - Brésil) pratiquant la pêche à la langouste pour quelques années encore avant que la pêche industrielle ne fasse naître des géants des mers. Les "seigneurs de la mer", autre nom des Mauritaniens, ne sont plus spécifiquement des bateaux familiaux comme par le passé, le financement est un capital de 100 millions de francs en 1959 qu'il faut trouver par le biais de sociétés d'investissement. La rentabilité est une nécessité sans retard possible.

A noter que la taille moyenne des chalutiers augmente progressivement puis décroît ensuite comme si la longueur avait suivi la cote de popularité de la langouste. 25 mètres, 30 mètres puis 32, 1 à 37 puis progressivement retour vers 25 mètres. Les langoustiers classiques pour les côtes anglaises, le Portugal ou le Maroc au plus loin, voisinent les 18 mètres en moyenne et pêchent le thon en été parfois. La pêche aux homards ou aux crabes sont deux autres possibilités de diversification. Ces petites unités ne sont pratiquement plus construites durant l'élan Mauritanien. Après la construction des Mauritaniens, soit jusqu'en 1964, il y aura quelques mises en chantier sporadiques de petits langoustiers polyvalents, crabiers, coquilliers sans réels succès. La pêche n'aura de cesse de décliner. La construction navale périclite aussi en construisant quelques canots de 3 ou 4 mètres, quelques chalutiers côtiers de 15 mètres... Le dernier petit langoustier construit à Camaret est une réplique nommée « Lulu » (Chantiers Lastenet) de 1990 de 9 mètres 80 à l'usage de la plaisance.

La pêche à la langouste lointaine, soit sur les côtes africaines est anciennes. Des voiliers Dundees et voiliers mixtes (voile et moteur d'appoint) au début du 20ème siècle font le voyage pour pêcher la langouste verte de surface qui se pêche au filet comme les sardines. Malheureusement, les deux tiers de la pêche reviennent avariés au port après un voyage de 15 à 35 jours selon les vents. Du vivier du bateau, la langouste est transvasée dans un vivier flottant du port avant celui de la criée et celui des différents revendeurs et transporteurs...

Dès que la réfrigération embarquée est au point soit vers 1960, la flotte s'étoffe progressivement alors que la langouste verte se raréfie et "disparaît" en 1969 avec les bateaux qui lui sont dédiés.

Le calcul est vite fait, la rentabilité est possible pour qui investit dans un grand tonnage. La motorisation assure un temps de voyage prévisible. La langouste rose de fond se pêche au casier avec appâts entre 150 et 300m de fond. Elle va représenter l'eldorado provisoire pour 1000 familles de Camaret et de Douarnenez. Certains chalutiers peuvent transporter 20 tonnes de queues de langoustes dans leurs congélateurs, soit 60 tonnes de langoustes pêchées. La congélation des queues correspondait aux pêches d'été. La pêche d'hiver alimentait les viviers du bord et conservait une eau suffisamment froide pour ne pas faire mourir les langoustes. Une dizaine de marins à bord pour deux campagnes de pêche de trois mois en moyenne par an avec pour seul lien terrestre, radio Conquet qui captait les messages rassurants destinés aux familles à terre. Une mane financière non négligeable si d'autres flotilles françaises et étrangères n'avaient pas les mêmes zones de pêche.

La flotte développe deux tendances, l'une entre congélateur et vivier et l'autre purement de congélation, dans les deux cas, le chalutier est équipé d'un sondeur de fond tant les récifs sont nombreux. Les investissements sont plus lourds, les patrons pêcheurs Camarétois ne peuvent plus suivre, ils décrochent à partir de 1966 pour beaucoup, quelques uns vont poursuivre avec des lendemains toujours plus aléatoires. Seules les compagnies de haut rang peuvent assumer des financements toujours plus élevés.

En 1990, les réglementations et décisions politiques donnent le coup de grâce. Et pour cause ! Les accords avec les autorités mauritaniennes ne sont pas respectés. Les pêcheurs Bretons ne devaient pas pêcher les langoustes femelles portant des oeufs afin de régénérer l'espèce. Ils ne s'en sont pas privés en brossant les langoustes femelles tout en leur détachant la queue à vif pour la congeler. La ressource s'est affaiblie sous les yeux des Africains qui ont "offert" les concessions aux Japonais qui ont sans doute pratiqué les mêmes excès...

La dernière comtesse de Crozon

L'histoire du comté de Crozon

Les fourches patibulaires

Les épidémies

Camp romain du Kerloc'h

La pierre du mariage

La chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la fille

Locations au Fret pour les pêcheurs de coquilles

Jeanne de Navarre quitte la Bretagne par le port du Fret

Maître des barques

L'histoire des moulins

Le Mauritanien Rocamadour

La Janine monument historique

Dundee

Le Galant-Passeur

Péri ou disparu en mer

Une vie de sardinier

Crise sardinière le vrai le faux

Extermination des bélugas au canon

L'histoire des Mauritaniens

Le fantôme de Landévennec

La légende des Korrigans

La fin de la flûte Rhône

L'épave du Tante Yvonne

D'autres épaves

Planches découvrantes

L'échouage du Pérou

L'échouage du Duguesclin

Inauguration du navire école Charles Daniélou

Horreur à bord du Breslaw

Seajacks Scylla

Le Bel Espoir

Voiliers anciens et vieilles coques

Voile pince de crabe

Vedette des douanes en sauvetage

Vedettes PM 509 PM 510

Grésillon

Bateau à vapeur l'Averse

Louis Prucser moine résistant

La Fauvette

Traduction de toponymes

Tournages de films de cinéma

Séries Tv et courts métrages

Gabrielle Colonna-Romano

Marguerite de Savoie

La loi du milliard pour les émigrés

Statut social des femmes par leurs pierres tombales

Macron à Crozon carton rouge 2018

Benoît Hamon incognito

Louis Jouvet

Marie-Jo Guével maître verrier

Gérard Guéguéniat artiste

Frère François le Bail géologue

Alphonse et Gabriel Chanteau peintres

Pierre Chanteau plasticien

Maxime Maufra peintre

Jim E Sévellec peintre céramiste

Petit commerce

Plaque émaillée licence IV

Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance

La visite d'Erwin Rommel

Câble sous-marin

Les vacances de de Gaulle à Morgat

Les architectes qui comptent

Les Filles du Saint Esprit

Monique Keraudren & Gérard Aymonin botanistes

Antennes-relais

Poteaux en béton

Poteaux en bois

Poteaux composites & fibres de verre

Déploiement de la fibre optique

Repère de nivellement général

Les indemnisations pour l'Erika un mauvais souvenir à Crozon

Tempête Amélie

Enfouissement de lignes électriques

Les ancres qui chassent

Jean Moulin

Livre terrier et cadastre napoléonien

Armoiries des communes

Démocratie participative

RIP Référendum d'initiative partagée

Vendeur colporteur de presse VCP

Méthanier à membrane

Manoir disparu

Almanach du forestier

Baisse de la population à cause du sable marin

Resencement : baisse du nombre d'habitants

Mourir en vacances

Curés de campagne

Précarité et délinquance



A la une :

Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Déploiement de la fibre optique en presqu'île de Crozon.
L'Otiorhynque : le malheur du jardinier.
La reine Margherita à Morgat, celle qui porte le nom de la fameuse pizza !
Les femmes et enfants réfugiés Républicains Espagnols à la caserne Sourdis. Une histoire d'humanité.
La fin des chasseurs de mines type tripartite CMT.
La difficile entente entre une antenne relais et son environnement.
Navire transporteur de structures offshores SEAJACKS SCYLLA.
L'essai du sous-marin Nautilus de Robert Fulton.
Des volets rouges, un tournage de film sur la montagne de Camaret...
Station radio allemande à Tal ar Groas Kervenguy.
Du temps où le Menez Gorre était un mont haut.
Station d'écoute aérienne de Messibioc en Lanvéoc.
Le temps est passé et pourtant, mourir en vacances. Fait divers tragique.
L'algue Laminaire transporteuse de galets.
Mourir de la guerre, après guerre : Gaston Beven Pilote Aviateur
Les ragondins sont-ils de Gauche.
Une ferme solaire en presqu'île de Crozon.
Rue : Georges Ancey, toute une époque révolue.
Comment se forme une flaque (dépression) d'eau de mer sur la plage ?
Brise-lames utilité et fonctionnement.
Resencement : ça baisse !!!
Une baisse de la population à cause du sable marin.
Comment meurent les oiseaux ?
Panneaux et affichages variés des polluants pour défendre l'environnement.
Le vol d'une légende : une Alouette dans le ciel de la presqu'île de Crozon.
Marcel Clédic, le dernier résistant Finistérien ayant participé à la libération de la presqu'île de Crozon s'est éteint.
L'almanach : le big data d'antan.
Jim E Sévellec peintre céramiste.
Evolution de l'urbanisme en Crozon : de la conserverie Péron à l'habitat social.
Les légions étrangères allemandes en Crozon
La tempête Bella provoque une tempête d'écume de mer.
Monique Keraudren & Gérard Aymonin botanistes.
La batterie de DCA française de Kerguiridic.
Planches de bois découvrantes à la plage de l'Aber Est.
Pen ar Vir en Lanvéoc une position de d'écoute et de projecteur de la DCA française avant 1940.
Référendum d'initiative partagée court-circuité !
Le manoir disparu de Keroumen.
Batterie antiaérienne de Trébéron Cr354.
Différence entre éboulement et écroulement.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
E-book - livre numérique gratuit.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020