Lanvéoc



Le port, ses cales, sa plage...

Amer de Penn-ar-Vir

Eglise Sainte Anne

La Poste

Briqueterie du Stang

Moulins

Rue Casse-cou

Menhirs

Ecole Yves Offret

Les maisons Ty Breiz

Manoir de Kerhontenant

Manoir de Poulmic

Manoir de Hellen

Fontaines

Calvaires

Le fort de Lanvéoc

Le sous marin Sfax

Tombes du Commonwealth

Création de la commune de Lanvéoc et premier maire

L'origine du toponyme de Lanvéoc serait une contraction des mots "lann" et "Maeoc". Le premier signifiant monastère en breton et Maeoc étant un saint Breton. Lanveoc se retrouve dans les écrits les plus anciens puis glisse progressivement vers Lanvaux, parfois Lanvoc pour revenir à Lanvéoc une bonne fois pour toute.

Lanvéoc fut un village dépendant religieusement et administrativement de Crozon. Un site de commerce plutôt actif avec sa large rue Nationale devenue Grand'rue où les foires se succédaient mais dont les principaux bénéfices allaient dans des poches crozonnaises. Lanvéoc devint enfin une paroisse autonome en 1862 et une commune en 1872.

Une famille noble fit la pluie et le beau temps durant des siècles : les seigneurs de Poulmic dont le fief était constitué d'un château, de fermes, d'un four, de moulins, d'un colombier et tout autre élément constituant le fait d'une domination économique, sans oublier une chapelle. Le dernier descendant de Poulmic fut guillotiné à la révolution. Le noble patrimoine déconstruit, une métairie remplaça le château avant d'être rasée pour devenir une base aéronavale en 1936 jusqu'à ce que vienne se joindre l'école navale* de Lanvéoc-Poulmic.

Cette appréciation militaire de Lanvéoc est ancienne car le fond de la stratégique Rade de Brest est une préoccupation des autorités militaires de toutes les époques et il s'y trouve une butte naturelle en bord de mer qui ne demandait qu'à être fortifiée pour recevoir une batterie de côte. Plusieurs installations y virent le jour, les suivantes étant plus étoffées que les précédentes pour en venir au fort de Lanvéoc dont les murs subsistent partiellement.

*L'école navale est validée par ordonnance sous Louis Philippe en 1830 bien qu'elle existe de manière non officielle depuis longtemps déjà. Une école navale sous statut désormais et exclusivement cantonnée à bord du vaisseau Orion, jusqu'en 1840, puis les Borda, le Duguay Trouin jusqu'en 1914. Ensuite l'embarquement se fait sur des torpilleurs jusqu'en 1935. Ce sera en 1936, que l'école mettra pied à terre dans le nouvel édifice de St Pierre Quilbignon à Brest.
Viendra la guerre qui perturbera l'enseignement sans l'interrompre complètement, mais pas à Brest sous occupation allemande... Les effectifs sont disséminés, Toulon, Dakar, Clairac (Lot et Garonne), Angleterre.
L'école de Brest est enfin partiellement détruite.
L'école navale est transférée sur la base de Lanvéoc Poulmic dans des baraquements après guerre. L'Ecole Navale d'aujourd'hui a été inaugurée en 1965 par le Général de Gaulle en tant que Président de la République. Depuis Lanvéoc est une commune dépendante de sa vie militaire comme toute la presqu'île de Crozon..



A la une :

La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021