Le manoir de Kerhontenant

Le manoir de Kerhontenant a d'abord été une ferme propriété de Daniel Henry en 1565, bien que l'origine du bâti soit plus ancienne. Le fils Jehan prend la succession et par le fait de la dépendance envers le seigneur de Poulmic, cet héritier nomme sa demeure manoir.

Au 17ème siècle, la ferme est transformée en écurie quand la maison de maître est achevée. La demeure devient de plus en plus seigneuriale avec son four à pain, son moulin à vent, sa chapelle privée, son pigeonnier... La prospérité s'installe grâce aux métayers successifs qui œuvrent pendant que la lignée masculine de la famille est officier de marine du roi de père en fils. Les boiseries habillent les murs intérieurs, le luxe à la bretonne s'étale sans complexe, les désormais "de Henry" vivent des privilèges aristocratiques jusqu'à la révolution.

Corentine Guillemette de Kermadec, divorce de son mari (pour la forme) qui a immigré lors de la révolution pour reprendre son nom de jeune-fille "Henry" qu'elle prive de la particule pour mieux passer inaperçu. Premier divorce à Crozon ! Le domaine est sauvé à l'exception de la chapelle qui est volontairement détruite en 1793 signe trop ostensible d'un attachement à Dieu en période de culte de l'être suprême. Elle sauve son fils immigré comploteur d'une condamnation à mort certaine en parvenant à devenir son avocat... Cette femme est la dernière des Henry à tenir au Manoir comme à la prunelle de ses yeux jusqu'à sa mort en 1818. Le faux ex-mari ne reverra jamais le manoir, il fuit et meurt des fièvres aux Antilles, le fils est un débauché qui trépasse avant sa mère.

Ensuite le tissu familial se délite, la propriété devient un bien encombrant peu rentable, les métayers ne s'en sortent plus. La propriété change de mains, elle se dégrade. Lors de la seconde guerre mondiale, l'armée d'occupation use du moulin pour y installer un canon anti-aérien. Des bombardements abîment le domaine.

En 1948, le manoir est rénové de fond en comble et prend l'aspect d'aujourd'hui. L'élément architectural le plus ancien de l'édifice est une porte de l'ancienne chapelle Saint-Jean et Saint-François datée de 1659. Le manoir disposait d'un calvaire qui n'existe plus.



Le port, ses cales, sa plage...

Amer de Penn-ar-Vir

Eglise Sainte Anne

La Poste

Briqueterie du Stang

Moulins

Rue Casse-cou

Menhirs

Ecole Yves Offret

Les maisons Ty Breiz

Manoir de Kerhontenant

Manoir de Poulmic

Manoir de Hellen

Fontaines

Calvaires

Le fort de Lanvéoc

Le sous marin Sfax

Tombes du Commonwealth

Création de la commune de Lanvéoc et premier maire



A la une :

La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021