Le môle de Castel Bihan du port de Lanvéoc



Le môle de Castel Bihan et sa cale en arrière plan. En premier plan, la cale principale.

Le môle est détruit.



Vestige du môle.

Mur de la cale.

Le plan incliné de la cale (à gauche du mur) avait été creusé dans la roche. La cale enveloppait cette dernière. Le môle (pavés à droite) a aussi nécessité la diminution du rocher mais sans inclinaison quant à lui.

Le ponton désaffecté de l'Otan du port pétrolier en arrière plan. Les vestiges de la cale de Castel Bihan en premier plan.

Le projet du môle de Castel Bihan en Lanvéoc a pour but de permettre l'accostage des bateaux dans de bonnes conditions quel que soit le niveau de la marée. De plus, il "ferme" le port et le protège des courants. La cale Ouest à l'autre bout du port est saturée par la navigation d'autant que les bateaux à vapeur de voyageurs encombrent par leurs grandes tailles. Les petits bateaux de pêche locaux sont souvent obligés d'échouer sur une plage où quelques rochers sont saillants. La grève sera dérochée.

Le port de Lanvéoc accueille 180 bateaux à l'année à la fin du 19ème siècle, le port du Fret en fait plus du double. Le Fret ne voit pas d'un bon œil une amélioration du port de Lanvéoc. Le projet tarde pour des raisons de financement qui dépasse le budget de la commune, seule la déclaration d'utilité publique peut engager l'Etat. Après des jeux d'écritures administratives, il est enfin considéré qu'un môle au niveau de la pointe de Castel Bihan - Petit Château - serait utile à la communauté, la réalisation se fait en 24 mois à partir de 1885* pour une longueur de 45,50m par l'entreprise quimpéroise Nédélec. Ensuite y est ajouté une cale de 36,10m en 1894.

Après la disparition de la circulation à vapeur, le train puis la voiture ayant pris le relais en presqu'île de Crozon, le môle perd de son utilité et son entretien est sporadique. La cale Ouest suffit désormais et fait l'objet de toutes les attentions.

A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l'armée allemande place des charges explosives sur la cale Ouest et le môle de Castel Bihan, craignant de faciliter un débarquement allié qui pourrait être conduit vers la base de Lanvéoc. Seules celles du môle explosent, celui-ci est détruit. Après guerre, un dépôt de carburant de l'OTAN dans des abris antiatomiques est construit au dos des vestiges du môle. La municipalité estime qu'il n'est plus de son ressort de remettre en œuvre l'ouvrage.

* Le projet du môle pâtit des tergiversations des différentes municipalités qui modifient leurs exigences "fréquemment". Ultime revirement, alors que le môle est en construction sur le rocher, la municipalité de l'époque demande que soit déplacé l'ouvrage de 10 mètres vers la grève pour sortir le môle de son rocher. Demande rejetée.

Lanvéoc




Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies