Les maisons et les jardins de Bretagne

Enlevez le rosier grimpant, imaginez une cour en terre battue ou en pavés hasardeux avec des poules. Vous vivez deux siècles en arrière dans un jardin à la bretonne, avec son arbre fruitier pour les pommes au couteau et les compotes.

Le mur de séparation et une voûte qui donne sur un jardin. La voûte était signe extérieur de richesse.

L'entrée commune d'un jardin breton avec son arbre fruitier ! Pas de fleurs décoratives ! Il faut reconnaître que la campagne avoisinante et la lande proposaient et proposent encore un festival fleuri. La maison était un lieu de survie et de travail.

Une maison de Bretagne typée avec cette accumulation de bâtis alignés élevés au fil des besoins des fermiers pêcheurs. Notez que les toits des deux bâtis de gauche n'ont pas de pignons surélevés par rapport à leur couverture. Une anomalie moderne ! Le penty, lui, respecte la tradition qui protégeait les rives du toit contre les vents.

Un mur devenu jardin à lui tout seul... Le terrain en lui-même est une pelouse rase.

Une maison bretonne ne recherche pas la lumière extérieure, la végétation s'accapare des fenêtres.

Au 18ème siècle, le jardin fleuri est un luxe pour l'aristocratie, ainsi qu'un lieu de méditation et de recherches botaniques pour le clergé. La cour d'un penty paysan n'était pas fleurie. On y trouvait un arbre fruitier malingre (dont les fruits peinaient à trouver la maturité à cause des parasites). Les pommiers et les poiriers étaient les seules essences à supporter un ensoleillement disparate et un climat humide. Tout autre fruit était aigre.

Les Crozonnais accédaient à la cour par un portillon plein de la hauteur du mur. Les portillons ajourés de notre époque auraient laissé s'éparpiller les animaux de la basse-cour. Les bretons n'auraient pas aimé cette ouverture sur le monde extérieur.

Les murs en pierres sèches accueillaient les lézards et les insectes, voire des essaims d'abeilles sauvages dans les lierres. Aujourd'hui ces murs deviennent un support idéal pour les plantes de rocaille aux floraisons magnifiques. Certains habitants connaissaient la vertu des plantes médicinales et cultivaient discrètement des simples par crainte d'être considérés comme des personnes sous influence du malin.

L'hortensia est sans doute la première plante décorative qui fut introduite dans les jardins de Bretagne avant tout autre plant. A défaut de tabac, on pouvait fumer sa tige sèche, un jeu que les adolescents pratiquaient pour impressionner les filles de leur âge.
L'hortensia supporte l'ombre. Il est sans entretien. Les cours de penty ne recevaient pas toutes le soleil. Ce plant égayait les façades et permettait d'entretenir de longues conversations quant aux couleurs bleues obtenues après avoir déposé des bris d'ardoise au pied.

Patrimoine architectural et vieilles pierres

Moulins à vent - eau - marée - foulon

Photos maison traditionnelle bretonne

Maison bretonne typique

Penty à vendre PRUDENCE

L'immobilier en presqu'île

Maison de pêcheur

Matériaux des maisons

Linteaux

Lucarnes

Maisons et jardins de Bretagne

Bois de chauffage, un luxe

Des trains pour Morgat ?

Les gares de Crozon et de Camaret

Gare de Crozon (2)

Station de pompage de Goandour

La gare de Perros-Saint-Fiacre 1 & 2

Billet de train de l'époque

Gare du Fret

Maison du garde barrière du Fret

Gare d'Argol

Gare de Tal-ar-Groas

Gare de Telgruc-sur-Mer

Maison du garde-barrière de Telgruc

Le double pont du Launay

Les voies ferrées Decauville

Carrières de l'Ile Longue

Manoir du Poulmic

Manoir de Kerhontenan

Manoir d'Hirgars

Manoir de Kerivoas

Manoir de Quélern

Manoir de Trébéron et sa fontaine

Aubette

Ecole de Tal-ar-Groas

Ecole de Lanvéoc

Ecole de Landévennec

Ecole de Kerdilès

Ecole du Kerloc'h

Sépulture en ardoise

Tombe en Bas-Relief

Briqueterie du Stang

Terre-glaise

Fontaines, lavoirs, pompes




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

La villa Sévellec.
Emmanuel Macron un mutin gourmand.
La Maison du marin de Morgat.
Les plissements et grottes roses de Keric Bihan en Argol.
Le chantier naval Belbeoch de Morgat.
Voltigeur Mudry Cap 10 des poussins de l'escadrille 50S.
Naufrage du Galant Passeur.
Maison du garde-barrière de Telgruc, le modèle typique des PN.
Le palmier de Chine signe extérieur de bon goût 1930.
Un peu de clarté sur les prénoms bretons...
La rue du Pâl dite Grand-rue...
La vedette Diane Rouxel volontaire de la BAN de Lanvéoc Poulmic.
Hôtel le Repos de la côte
La dernière vie de Simon.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite