Maison traditionnelle bretonne
Penty de Crozon

Maison traditionnelle bretonne : le penty.

La maison traditionnelle bretonne de la presqu'île de Crozon est appelée penty. Petite maison dans laquelle logeait une famille de pêcheurs-agriculteurs dans une pièce unique avec une cheminée. Le couple dormait avec l'enfant le plus jeune dans un lit clos breton dont le matelas était en fourrage et le reste de la pièce faisait office de salle-à-manger cuisine avec une table adaptée à la taille de la famille, ceci sur un sol en terre-battue.

Sur la façade principale, orientée à l'opposé des intempéries, la fenêtre était minuscule, grande comme une tête et sans volet à moins qu'un volet intérieur ne soit installé. Une porte basse en bois épais faisait l'entrée, il fallait courber l'échine pour ne pas se cogner la tête sur le linteau. Si le propriétaire avait une petite aisance, le linteau pouvait porter une date et la pierre, souvent en kersanton, avait une accolade stylistique. Dans l'éventualité où l'activité de cette famille était artisanale telle que celle de forgeron, ont pouvait deviner en ronde-bosse la sculpture d'outils du forgeron.

Toit en chaume, des chaumes récupérés sur les parcelles céréalières qui permettaient de réparer la couverture après chaque tempête destructrice.

Côté façade exposée aux vents et aux pluies, on construisait perpendiculairement autant de petites étables que le petit troupeau le nécessitait. Il y en avait une incontournable, la soue, l'étable des cochons nourris avec les restes alimentaires.

On en venait vite à fermer le lieu de vie par des murs de clôture pour vivre replié dans un huis-clos inébranlable.

Les maisons qui ont passé le temps ont été progressivement modifiées dès le 19ème siècle puis à nouveau au 20ème. L'ardoise fait son apparition, des lucarnes de toit, les fenêtres sont agrandies, l'adduction à l'eau potable relègue les puits...

Désormais les cours sont fleuries et les pentys ouvrent leurs volets à la belle saisons. Il y a bien longtemps, voir la mer par sa fenêtre ne faisait rêver personne, tant elle apportait le malheur dans les familles démunies connaissant la faim toute leur courte vie. Aujourd'hui les vacanciers tiennent à voir la grande bleue pour goûter à sa poésie permanente. Le penty est autant un investissement financier que psychologique.

Les outils du forgeron, une fleur de lys de la royauté française, une accolade simple. Pierres de Logonna.

Des accolades multiples surmontées d'une croix.

Les dates des linteaux rejoignent l'histoire de France sous le règne de Louis XV pour les plus anciennes.

Toiture en chaume.

La lucarne zinguée à fléau est un ajout de la fin du 19ème début du 20ème siècle.

Lucarne typique des maisons bretonnes de la presqu'île avec un épi en mortier pour les pentys les plus simples et les grands débordements pour limiter la pénétration des pluies battantes.

La lucarne ajoutée lors du passage du chaume à l'ardoise ou bien ultérieurement, est minuscule et servait de chatière pour ventiler le grenier du penty qui renfermait les fourrages et autres produits agricoles. Le fourrage dans un milieu humide fermente, dégage un gaz chauffant qui peut s'enflammer tout seul à forte concentration. L'accès à ce grenier se faisait à l'extérieur de la maison par un escalier massif en pierre accolé au pignon le moins exposé des vents.
A noter le scellement des ardoises à la chaux pour éviter les remontées des pluies et les soulèvements par grand vent. A l'origine, les crochets d'ardoise n'existaient pas. L'ardoise était pointée sur la volige jointive de la charpente.



A la une :

L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Jean Ménez - un grand souvenir.
Villa Trombetta en béton armé.
Chemins de service de l'armée française.
La mousse blanche sur des plantes, danger ou pas ?
La colonisation des algues.
Traversées d'espions Allemands en Manche avec la Soizic
Rose Bruteller servante de St Pol Roux victime de guerre
Manoirs ou maisons manales de Roscanvel.
La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019